Le prix de l'amour : L'iniquité silencieuse du Zimbabwe

Dans une société qui s'efforce d'atteindre l'égalité des genres, les lois sur le prix de la mariée au Zimbabwe révèlent une couche cachée de discrimination systémique contre les femmes.

Au Zimbabwe, le prix de la mariée, communément appelé « lobola », est un rite culturel célébré. Cependant, les complexités de cette tradition soulèvent des questions éthiques et légales profondément enracinées dans la société.

La pratique du prix de la mariée n'est pas seulement un rituel culturel ; elle est codifiée dans la loi. Au Zimbabwe, le droit coutumier, qui régit ces pratiques traditionnelles, a une influence significative. Il ne s'agit pas simplement d'un échange d'argent ou de bétail ; c'est un contrat légal qui comporte des droits et des obligations. Et voici le problème : la loi, telle qu'elle est actuellement, permet au mari de réclamer le prix de la mariée si l'épouse est jugée infidèle. Cette disposition n'est pas seulement archaïque, mais aussi profondément problématique.

Les femmes peuvent être achetées et retournées comme des marchandises.

Pourquoi ? Parce que cela crée un cadre juridique unilatéral qui affecte disproportionnellement les femmes. Dans une société qui plaide de plus en plus pour l'égalité des genres, cette loi perpétue la discrimination systémique contre les femmes. Elle mine leur autonomie, les réduit à une forme de propriété et, plus important encore, leur ôte leur dignité. Ce n'est pas seulement une question culturelle ; c'est une faille juridique flagrante qui perpétue l'inégalité des genres. Et comme nous le verrons, les ramifications de cela sont vastes, affectant non seulement les femmes concernées, mais aussi la notion même de justice et d'égalité dans la société.

Au Zimbabwe, le système juridique est un mélange de droit général et de droit coutumier, chacun ayant son propre ensemble de règles et de réglementations. Le droit général, influencé par le droit romano-néerlandais et le droit anglais, n'exige pas un prix de la mariée pour un mariage civil. Il fonctionne sur des principes souvent plus alignés sur les normes internationales des droits de l'homme. D'autre part, le droit coutumier est profondément enraciné dans les pratiques traditionnelles et les normes culturelles. Il reconnaît non seulement, mais exige également le paiement d'un prix de la mariée, appelé "considération" en termes juridiques.

La loi non seulement ne protège pas les femmes, mais contribue activement à leur assujettissement.

Le système juridique dual complique le paysage, permettant différents jugements pour le même acte en fonction de la loi appliquée. La Loi sur les Mariages Coutumiers stipule explicitement qu'un tuteur de la femme doit donner son consentement pour le mariage, et quelqu'un doit payer une «considération» pour reconnaître le mariage sous le droit coutumier. Ce soutien juridique confère un air de légitimité au prix de la mariée, le rendant non seulement une pratique culturelle, mais aussi une obligation juridiquement contraignante.

Le problème devient encore plus compliqué lorsque l'on considère que cette loi n'offre pas une disposition similaire pour les femmes. Si un mari est infidèle ou abusif, l'épouse n'a aucun statut légal pour réclamer le prix de la mariée ou toute autre forme de compensation. Cette omission flagrante dans la loi perpétue non seulement l'inégalité des genres, mais contrevient également à la propre constitution du Zimbabwe, qui appelle à l'égalité des droits et des opportunités pour tous, quel que soit le genre.

La loi, dans sa forme actuelle, ne protège pas les droits et la dignité des femmes, en faisant essentiellement des citoyennes de seconde classe en matière de mariage et de divorce. Ce n'est pas seulement un oubli juridique ; c'est une violation des droits de l'homme qui nécessite un redressement urgent.

L'affaire qui a secoué la nation

L'affaire Mangwende contre Machodo sert d'exemple frappant de la manière dont la loi peut être utilisée contre les femmes. Dans cette affaire, une femme a été jugée infidèle et son mari a cherché à récupérer le prix de la mariée. Le tribunal, citant le droit coutumier, a statué en faveur du mari. Cette décision n'a pas seulement affecté la femme en question ; elle a établi un dangereux précédent pour les affaires futures.

La décision envoie un message clair : les femmes peuvent être achetées et retournées comme des marchandises. Elle valide la pratique du prix de la mariée, renforçant sa place dans la culture et la loi. Mais ce qui est encore plus troublant, c'est l'effet domino de cette affaire sur la société dans son ensemble. Elle sert d'aval judiciaire à une pratique fondamentalement imparfaite et discriminatoire.

La loi fournit un mécanisme permettant aux hommes de récupérer le prix de la mariée si leurs épouses sont infidèles, mais n'offre pas de voie similaire pour les femmes

Ce cas n'est pas un incident isolé ; il est symptomatique d'un problème plus large. Il reflète les normes patriarcales profondément enracinées qui persistent dans la société zimbabwéenne. Ces normes ne sont pas seulement des constructions sociales ; elles sont légitimées par la loi. Lorsque le pouvoir judiciaire, un pilier de la démocratie, soutient de telles pratiques discriminatoires, il érode les fondements mêmes de la justice et de l'égalité.

L'affaire Mangwende contre Machodo sert d'avertissement. Elle souligne le besoin urgent de réforme légale pour garantir que la loi soit en accord avec les principes des droits humains et de l'égalité des genres. En l'état, la loi non seulement échoue à protéger les femmes, mais contribue activement à leur assujettissement. Ce n'est pas seulement un échec du système juridique ; c'est un échec de la société à protéger ses membres les plus vulnérables.

La nature unilatérale des lois sur le prix de la mariée au Zimbabwe est plus qu'un problème juridique ; c'est une préoccupation flagrante des droits humains. La loi fournit un mécanisme permettant aux hommes de récupérer le prix de la mariée si leurs épouses sont infidèles, mais n'offre pas de voie similaire pour les femmes. Ce déséquilibre n'est pas simplement un oubli ; c'est une construction délibérée qui perpétue l'inégalité des genres.

Ce cadre juridique contrevient à la propre constitution du Zimbabwe, qui plaide explicitement pour l'égalité des genres et la dignité de chaque individu. Il viole également les normes internationales des droits de l'homme, y compris la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW), dont le Zimbabwe est signataire. Ces accords internationaux appellent à l'abolition des lois qui perpétuent la discrimination et l'inégalité, faisant des lois sur le prix de la mariée au Zimbabwe non seulement un problème national, mais aussi mondial.

Les jeunes filles en viennent à croire que leur valeur est liée à leur « pureté » et à leur obéissance, tandis que les jeunes garçons pensent posséder les femmes d'une certaine manière.

La falta de un remedio legal correspondiente para las mujeres crea un desequilibrio de poder en los matrimonios. Coloca a las mujeres en una posición subordinada, haciéndolas vulnerables al abuso emocional e incluso físico. La ley, en esencia, otorga a los hombres una forma de control sobre sus esposas, reforzando las normas patriarcales y profundizando aún más los roles y estereotipos de género.

Les implications de ce déséquilibre s'étendent au-delà du domaine juridique vers le bien-être social et psychologique des femmes. Cela crée une culture qui voit les femmes comme moins précieuses, moins capables et moins dignes de respect et de dignité. Ce n'est pas seulement une offense aux femmes ; c'est une offense aux principes de justice, d'égalité et de droits de l'homme qui devraient être la pierre angulaire de toute société démocratique.

Les ramifications sociales : Au-delà de la salle d'audience

L'impact des lois sur le prix de la mariée au Zimbabwe dépasse les documents juridiques et les salles d'audience pour affecter la vie quotidienne des femmes, leur statut social, leur stabilité financière et leur santé émotionnelle. La possibilité de perdre le prix de la mariée agit comme un chantage émotionnel, piégeant les femmes dans leurs propres mariages. Cela favorise une culture de peur et de soumission, décourageant les femmes de parler contre les torts comme l'infidélité ou l'abus en raison des conséquences financières et sociales potentielles

Cette pratique renforce les stéréotypes de genre nuisibles et solidifie l'idée que l'on peut acheter et retourner les femmes comme des biens. Elle envoie un message nuisible aux jeunes générations, influençant la façon dont elles perçoivent les rôles de genre et les relations. Les jeunes filles en viennent à croire que leur valeur est liée à leur « pureté » et à leur obéissance, tandis que les jeunes garçons pensent posséder les femmes d'une certaine manière. Ces stéréotypes, une fois internalisés, sont difficiles à désapprendre et contribuent à un cycle de discrimination qui persiste à travers les générations.

Le système du prix de la mariée au Zimbabwe est une relique d'une époque révolue, une pratique qui n'a pas sa place dans une société moderne prônant l'égalité des genres et les droits humains.

De plus, le système du prix de la mariée a des implications économiques. Les femmes se retrouvent souvent financièrement dépendantes de leurs maris, ce qui rend difficile de quitter même des relations toxiques. Le système juridique aggrave cette vulnérabilité économique en n'offrant aucune protection financière pour les femmes si un divorce entraîne la récupération du prix de la mariée.

Les ramifications sociales de cette pratique sont vastes et profondément ancrées dans la psyché collective. Ce n'est pas seulement une question juridique, mais aussi une question sociétale qui nécessite une approche multifacette pour y remédier. La réforme juridique est cruciale, mais le changement sociétal l'est également. Les deux doivent aller de pair pour démanteler les structures profondément enracinées qui perpétuent l'inégalité des genres.

Le système du prix de la mariée au Zimbabwe est une relique d'une époque révolue, une pratique qui n'a pas sa place dans une société moderne prônant l'égalité des genres et les droits de l'homme. Il est grand temps de changer. Nous avons urgemment besoin de réformes juridiques pour aligner les pratiques coutumières sur les valeurs constitutionnelles et les normes internationales des droits de l'homme. La loi ne doit pas seulement être neutre en termes de genre, mais aussi promouvoir activement l'égalité et la dignité pour tous.

Une approche pratique de la réforme consiste à prendre en compte la durée et la qualité du mariage lors de la décision sur le retour du prix de la mariée. Si un couple a été ensemble pendant une période significative, contribuant mutuellement à la relation, il serait injuste que l'homme récupère le prix de la mariée dans son intégralité. Cela prendrait en compte les investissements émotionnels, financiers et sociaux des deux parties, offrant une solution plus équitable.

La réforme juridique, cependant, n'est qu'une partie de la solution. Les attitudes sociétales doivent également changer. L'éducation et la sensibilisation sont essentielles pour remettre en question et changer les normes culturelles profondément ancrées. Les leaders communautaires, les organisations religieuses et les institutions éducatives ont un rôle à jouer dans cette transformation. Ils peuvent servir de catalyseurs pour le changement, en promouvant une éducation sensible au genre et en remettant en question les normes traditionnelles qui perpétuent l'inégalité.

De plus, les femmes doivent participer activement à ce processus de réforme. Leurs voix sont souvent mises de côté dans les débats juridiques et culturels, mais nous devons les entendre. Après tout, ce sont elles qui sont les plus touchées par ces lois et pratiques discriminatoires.

Un pas vers l'égalité

Le système du prix de la mariée est une question complexe qui croise le droit, la culture et les droits. Bien qu'elle soit profondément enracinée au Zimbabwe, cette pratique alimente l'inégalité des genres et viole les droits humains fondamentaux. Les réformes juridiques et sociétales ne sont pas seulement nécessaires ; elles sont impératives pour le progrès d'une société juste et égale.

Le chemin vers l'égalité des genres comporte de nombreux obstacles, mais corriger les défauts du système du prix de la mariée est une étape cruciale en avant.

Adapté à partir d'un article académique pour un public plus large, sous licence CC BY 4.0

Partager cet article