La lutte cachée pour l'expression en Éthiopie

À une époque où Internet est devenu le nouveau champ de bataille des droits de l'homme, l'Éthiopie se présente comme une étude de cas convaincante sur les complexités entourant la liberté d'expression en ligne.

Le paysage numérique de l'Éthiopie raconte une histoire de connectivité et de contrainte, où les chaînes de régulation défient l'esprit de l'expression en ligne. Image de Politics and Rights Review.

Internet a fondamentalement transformé la manière dont nous communiquons, socialisons et même nous mobilisons pour le changement social. C'est une plateforme qui offre des opportunités sans précédent pour la liberté d'expression. En Afrique, Internet a déclenché des révolutions politiques, renversant des dictatures en Égypte, au Soudan et en Tunisie. Les plateformes de médias sociaux sont devenues les places publiques modernes où les citoyens peuvent exprimer leurs opinions, partager des informations et organiser des mouvements.

Cependant, cette nouvelle liberté numérique n'est pas sans défis. Bien qu'Internet ait démocratisé l'accès à l'information, il est également devenu un outil de contrôle et de surveillance étatique. En Éthiopie, le gouvernement utilise des tactiques telles que les coupures d'Internet pendant des périodes sensibles pour réguler la parole en ligne. Des lois répressives criminalisent certains discours, et la censure pure et simple des plateformes numériques existe. Ces actions posent une menace significative pour la liberté d'expression et ont un effet refroidissant sur le discours public.

La situation en Éthiopie sert de microcosme aux défis plus larges auxquels fait face la liberté d'expression numérique en Afrique. Internet est une épée à double tranchant ; il donne du pouvoir aux citoyens, mais offre également aux gouvernements des outils pour restreindre la liberté. Trouver un équilibre entre ces aspects est crucial pour l'avenir des droits numériques en Éthiopie et en Afrique.

La Charte Africaine et les droits numériques : Combler le fossé

La Charte Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples est la pierre angulaire des droits de l'homme en Afrique, y compris la liberté d'expression. Initialement, la Charte se concentrait davantage sur les formes traditionnelles de médias : presse, radio et télévision. Cependant, l'ère numérique a nécessité une évolution dans la façon dont nous interprétons ces textes fondateurs. La Déclaration Africaine de 2002 a souligné la liberté de parole comme pierre angulaire de la démocratie, marquant une étape significative. Pourtant, elle ne traitait pas suffisamment du paysage numérique en expansion.

Un écart important entre la politique et la pratique existe, soulignant la nécessité de le combler pour la liberté numérique en Afrique.

En avançant jusqu'en 2019, nous voyons une version révisée de la Déclaration qui étend enfin la portée de la protection aux médias en ligne. C'est un changement monumental, reconnaissant Internet comme un moyen légitime d'exercer la liberté d'expression. Elle reconnaît également les défis de l'ère numérique tels que les discours de haine, la désinformation et la nécessité de protection des données.

Cependant, la Déclaration mise à jour n'est pas sans limites. Le document étend la liberté d'expression numérique mais inclut des 'clauses de retrait'. Ces clauses vagues permettent aux États de limiter les libertés, créant un potentiel d'abus.

Le défi réside maintenant dans la mise en œuvre. La volonté politique est essentielle pour que ces principes mis à jour passent du papier à la pratique. Pansy Tlakula, ancienne Rapporteuse spéciale, a noté le manque de volonté politique comme un obstacle majeur. Il existe un écart important entre la politique et la pratique, soulignant la nécessité de le combler pour la liberté numérique en Afrique.

Le contenu normatif de la liberté numérique : au-delà des médias traditionnels

Lorsqu'il s'agit d'interpréter le droit d'« exprimer et diffuser des opinions », la Charte africaine n'est pas explicite sur les supports à travers lesquels ce droit peut être exercé. Les interprétations traditionnelles ont limité cela à la presse écrite, la radio et la télévision. Cependant, une telle vision étroite est de plus en plus intenable dans un monde où les plateformes numériques sont devenues les principaux espaces de discours public.

La Charte africaine, comme tout instrument des droits humains, doit être vue comme un document vivant. Elle doit s'adapter aux réalités du jour, y compris aux avancées technologiques. Cette « méthode d'interprétation évolutive » suggère que la Charte devrait englober des moyens modernes comme Internet. Après tout, le but ultime de la Charte est de rendre les droits de l'homme pratiques et efficaces. Limiter la portée de la liberté d'expression aux médias traditionnels minerait cet objectif. the ultimate aim of the Charter is to make human rights practical and effective. Limiting the scope of freedom of expression to traditional media would undermine this objective.

Le gouvernement a souvent invoqué la sécurité nationale comme justification pour restreindre les libertés numériques.

De plus, la Charte vise à promouvoir les idéaux et les valeurs d'une société démocratique. Dans ce contexte, la liberté d'expression sur Internet devient non seulement un droit, mais une nécessité. Elle permet aux individus de participer à un discours significatif, de défier les structures de pouvoir et de contribuer à la formation de l'opinion publique.

Cependant, cette interprétation s'accompagne de son propre ensemble de défis, notamment les soi-disant « clauses de régression ». Ces clauses permettent aux États d'imposer des restrictions aux libertés, souvent sous couvert de sécurité nationale ou d'ordre public. Bien que certaines limitations puissent être nécessaires, elles doivent être clairement définies, proportionnées et conformes aux normes internationales des droits de l'homme pour prévenir les abus.

Le contenu normatif de la liberté numérique est encore en évolution, et dans ce processus, il doit trouver un équilibre entre les libertés individuelles et les intérêts de l'État, toujours dans le but de favoriser une société plus démocratique et inclusive.

Les limites de la régulation étatique : Une ligne fine entre contrôle et liberté

La régulation de l'Internet par l'État est une question controversée, souvent présentée comme un combat entre la sauvegarde des intérêts nationaux et la préservation des libertés individuelles. Bien que la Charte africaine et ses Déclarations ultérieures prévoient des limitations imposées par l'État, celles-ci ne sont pas sans controverses. La question clé est : Quand ces limitations franchissent-elles la ligne de mesures protectrices à instruments de contrôle de l'État?

En Éthiopie, le gouvernement invoque souvent la sécurité nationale comme justification pour restreindre les libertés numériques. Ces restrictions vont de l'interruption de l'internet lors de périodes d'instabilité politique à l'adoption de lois qui pénalisent certaines formes d'expression en ligne. Bien que l'État soutienne que de telles mesures sont nécessaires pour maintenir l'ordre public et la sécurité nationale, elles servent souvent d'outils pratiques pour étouffer la dissidence et écraser l'opposition.

À mesure que les plateformes numériques continuent d'évoluer, les lois et réglementations qui les régissent doivent également évoluer.

Il est crucial de comprendre que la sécurité nationale ne devrait pas être utilisée comme un terme générique pour supprimer la liberté d'expression. La Charte africaine elle-même stipule que toute limitation imposée doit être justifiable et compatible avec les normes internationales des droits de l'homme. La sécurité nationale ne peut pas être invoquée pour protéger un gouvernement de l'embarras, pour cacher des actes répréhensibles ou pour supprimer les troubles industriels. Un tel abus mine l'essence même d'une société démocratique, qui prospère sur la transparence, la responsabilité et la libre circulation de l'information.

Par conséquent, toute limitation imposée par l'État à la liberté numérique doit être examinée rigoureusement. Elles doivent être spécifiques, proportionnées et nécessaires à l'objectif qu'elles servent. Les réglementations vagues et trop larges ouvrent la porte aux abus, entraînant un effet paralysant sur la liberté d'expression et, par extension, sur la démocratie elle-même.

Le défi consiste à établir un cadre réglementaire qui respecte les complexités de l'ère numérique tout en défendant le droit fondamental à la liberté d'expression. Trouver cet équilibre n'est pas seulement une nécessité juridique, mais aussi un impératif moral pour l'avenir des sociétés démocratiques.

Trouver un équilibre pour l'avenir des droits numériques

Alors que nous naviguons dans les complexités de l'ère numérique, l'Éthiopie sert d'étude de cas convaincante pour le reste de l'Afrique et, en effet, pour le monde. Le pays est à un carrefour, aux prises avec le défi d'équilibrer les libertés individuelles avec les intérêts de l'État dans le domaine de l'expression en ligne. Cet équilibre n'est pas seulement une question locale; il a des implications considérables sur la manière dont nous comprenons et protégeons les droits de l'homme à l'ère numérique.

Internet est devenu une partie intégrante de nos vies, offrant des opportunités sans précédent pour l'engagement civique et le changement social. Cependant, ces opportunités s'accompagnent de risques, notamment le potentiel de débordement de l'État et de suppression de la dissidence. À mesure que les plateformes numériques continuent d'évoluer, les lois et réglementations qui les régissent doivent également évoluer. L'objectif doit toujours être de créer un environnement où les droits ne sont pas seulement des concepts théoriques, mais des réalités vécues.

La Charte africaine et ses Déclarations ultérieures fournissent une base solide, mais elles ne sont pas la fin de l'histoire. La mise en œuvre est essentielle, et cela nécessite une volonté politique, une prise de conscience publique et un engagement actif de tous les secteurs de la société. Ce n'est qu'alors que nous pourrons espérer combler le fossé entre la politique et la pratique, faisant de la liberté numérique d'expression un droit pratique et efficace pour tous.

En conclusion, l'avenir des droits numériques en Éthiopie, et par extension en Afrique, est encore en train d'être écrit. C'est un effort collectif qui nécessite un dialogue continu, un examen critique et, surtout, un engagement à défendre les idéaux de la démocratie et de la dignité humaine. Alors que nous avançons, efforçons-nous de trouver cet équilibre délicat, en veillant à ce que l'internet reste un espace de libre expression, de dialogue ouvert et d'amélioration de la société dans son ensemble.

Adapté d'un article académique pour un public plus large, sous licence CC BY 4.0

Partager cet article