Exil forcé à Cuba : Guerre implacable contre la libre expression

A l'ombre de sa célèbre révolution, Cuba a mené une guerre silencieuse mais implacable contre la libre expression, utilisant l'exil forcé comme son arme la plus dévastatrice contre les critiques du régime.

Karel J. Leyva
Karel J. Leyva
Pris entre l'exil forcé et la détention, les jeunes Cubains naviguent dans un paysage marqué par des motifs art déco, reflétant les contrastes entre la liberté et la restriction. Image de Politics and Rights Review.

Depuis des décennies, Cuba a été témoin de violations persistantes des droits de l'homme, des faits qui, bien que largement documentés, passaient souvent au second plan. Cependant, le 11 juillet 2021, la scène a radicalement changé. Contrairement aux manifestations précédentes, qui ciblaient des groupes spécifiques tels que les journalistes indépendants ou les militants, cette journée a vu toute une nation se lever dans un cri unifié pour la 'liberté'. Les chants exigeaient non seulement la fin de la dictature, mais exprimaient également un rejet retentissant du régime communiste.

These demonstrations challenged all the regime’s prior narratives. Streets were filled with citizens of all ages, social classes, and even various political leanings. It was clear that the diversity and number of protestors debunked any attempts to attribute the protests to external interventions or “mercenaries paid by the CIA.” What was even more surprising was witnessing young people who identified with socialist ideals also joining the voices of protest.

The Regime’s Repressive Tactics

The Cuban government’s response to the July 11th protests was of an unprecedented intensity. Not because it lacked repressive capacity before, but because it had never faced public discontent of such magnitude. The regime’s motto seemed clear: neutralize any individual who might pose a threat.

The Cuban communist regime’s use of forced exile has deep and lasting consequences.

Après la répression brutale des manifestants, ceux qui ont réussi à rejoindre leurs foyers ont pu se sentir en sécurité, mais pas pour longtemps. Une chasse aux sorcières intense a suivi, générant peur et paranoïa. Les tactiques utilisées pour faire taire les voix dissidentes se résumaient à deux stratégies principales : l'emprisonnement ou l'exil.

Il est estimé que plus de 1 000 personnes ont été détenues sans procès préalable ou ordre judiciaire, certaines avec des peines allant jusqu'à 25 ans d'emprisonnement après des procès sommaires. D'autres, en particulier ceux ayant plus d'influence ou de visibilité, ont trouvé des agents de la sécurité d'État postés à leurs portes, restreignant chacun de leurs mouvements pendant des mois.

Des détentions aux exils forcés

But repression was not limited to physical detention. The regime established a stifling environment for those brave enough to criticize it. Threats to family members, public acts of denunciation, internet service interruptions, job dismissals, and warnings of potential reprisals against loved ones became daily life for many. In this hostile setting, prominent figures were presented with exile as a “solution”, a means to escape oppression and ensure their loved ones’ safety.

Camila Cabrera Rodríguez, an activist from the Justice 11J organization, is a prime example. In 2022, after enduring over a year of harassment by State Security, she was forced into exile in Europe. Carolina Barrero, an art historian and human rights advocate, faced a similar situation. She was given a 48-hour ultimatum to leave Cuba, with the threat that, if she didn’t, her fellow activists would be imprisoned. Daniela Rojo, coordinator of the opposition movement Archipiélago, faced an even more dramatic choice. She was offered exile in Germany as an “alternative” to serving a five-year prison term for her peaceful involvement in the 11J protests.

Journalists Katheryn Felipe, Max Barbosa, and Abraham Jiménez Enoa have also fallen victim to this repressive tactic. While their names stand out on the list of forced exiles, sadly, they are not alone. Many others, silently, have been compelled to leave their homes and country for the simple act of speaking out against the Cuban dictatorship.

Retours interdits : L'emprise de fer s'étend au-delà des frontières

La stratégie d'exil forcé du régime communiste cubain ne se limite pas à expulser ceux considérés comme une menace pour leur contrôle absolu de l'expression publique. Elle comprend également l'empêchement de réentrée si l'individu en question voyage à l'étranger. Un cas emblématique est celui de la professeure Omara Ruiz Urquiola. En 2021, lorsqu'elle a tenté de retourner à Cuba après un voyage aux États-Unis pour un traitement médical, les autorités d'immigration cubaines l'ont empêchée de monter à bord de l'avion. Cette action était une représaille directe pour ses critiques à l'égard du régime et de la qualité du traitement oncologique qu'elle avait reçu à Cuba.

Un autre cas illustrant cette approche répressive concerne la journaliste indépendante Karla Pérez Domínguez. Après avoir été expulsée en 2017 de l'Université Centrale de Las Villas pour son activisme dans le mouvement d'opposition Somos+, Karla a obtenu une bourse au Costa Rica pour poursuivre ses études de journalisme, une carrière brusquement interrompue à Cuba. Après avoir terminé ses études et à l'expiration de son visa étudiant, elle a choisi de retourner dans son pays natal. Cependant, les autorités cubaines lui ont refusé l'entrée.

De manière similaire, l'historienne de l'art et activiste politique Anamely Ramos a été confrontée à un obstacle imprévu à son retour à Cuba. Alors qu'elle se préparait à embarquer sur un vol d'American Airlines en février 2022, la compagnie aérienne l'a informée d'une communication qu'elle avait reçue du régime cubain, faisant obstacle à son retour. En conséquence, elle a quitté l'aéroport international de Miami enveloppée dans un voile d'incertitudes.

La tendance du gouvernement cubain à utiliser l'exil forcé pour faire taire ses critiques, que ce soit en les expulsant directement du pays ou en empêchant leur retour, est profondément préoccupante. Cette pratique, ainsi que d'autres tactiques d'intimidation employées quotidiennement par le régime, démontrent les défis constants auxquels sont confrontés les militants des droits humains et les journalistes indépendants dans le pays.

Répercussions émotionnelles et transnationales de l'exil

This is no minor issue. The Cuban communist regime’s use of forced exile has deep and lasting consequences. It not only induces emotional distress and strains relationships with family and community members, but also results in a loss of civic rights. The stress and uncertainty it breeds can profoundly harm the mental health of the exiles. They are at risk of suffering from depression, loneliness, and social isolation, compounded by the language barriers in their host countries. A significant aspect of this situation is the anguish of their families, faced with the uncertainty of the fate of their children or grandchildren, unsure if they will ever see them again.

La communauté internationale a la responsabilité non seulement de dénoncer, mais aussi d'agir.

Comme si cela ne suffisait pas, certains font face à ce que l'on connaît sous le nom de répression transnationale, une tactique par laquelle les gouvernements poursuivent les critiques au-delà de leurs propres frontières. Le cas de Jiménez Enoa sert d'exemple frappant. Non seulement il a été expulsé de Cuba pour avoir écrit sur la réalité cubaine, mais il a également été harcelé par des hommes non identifiés en Europe, notamment à Madrid et à Amsterdam. Le Comité pour la protection des journalistes, qui lui a décerné le Prix international de la liberté de la presse en 2020, a appelé les autorités espagnoles à enquêter et à garantir sa sécurité.

Cuban communist regime’s strategy of forced exile goes beyond being a mere political manoeuver; it is a deep wound in the soul of the nation. Those forced into exile are not only torn from their homeland and disconnected from their roots, but they also suffer significant anthropological harm at the hands of a regime that seeks not only to silence but also erase any trace of dissent and exert absolute control over freedom of expression.

Un appel à la communauté internationale

 Il est impératif que le monde ne considère pas cette pratique comme une simple norme ou une autre caractéristique du gouvernement cubain. Une telle pratique doit être reconnue pour ce qu'elle est : une violation grave des droits de l'homme et une tactique de répression visant à priver les Cubains de leur droit fondamental de vivre dans leur pays d'origine.

La communauté internationale a la responsabilité non seulement de dénoncer, mais aussi d'agir. Il est essentiel d'exercer des pressions diplomatiques et de fournir un soutien à ceux qui, désormais depuis l'exil, continuent de se battre pour une Cuba libre.

Partager cet article
Suivre :
Ph.D. en Philosophie (Université Paris Sciences et Lettres). Chercheur associé à l'Université de Montréal, spécialisé en théorie politique et pluralisme. Rédacteur en chef de Politics and Rights Review.