Plaidoyer pour la paix : Droits humains et violence en Colombie

F. Richard Georgi
F. Richard Georgi
Photo de l'auteur, prise en Colombie lors d'un travail de terrain pour sa recherche.

Le chemin vers une paix digne de ce nom, en Colombie et ailleurs, nécessite les efforts inébranlables et l'engagement des défenseurs des droits de l'homme qui se sont dévoués à faire de la paix plus que simplement la cessation du conflit. Le "Plaidoyer pour la paix" dans ce scénario représente un engagement profond à s'attaquer aux sources fondamentales de violence et d'injustice. Cette forme de plaidoyer encapsule une approche progressiste en Colombie qui appelle à une paix intégrant justice, réforme de l'État, inclusion sociale et changements significatifs dans la structure sociétale.

Les défenseurs des droits humains colombiens (DDHC) ont joué un rôle crucial dans la formation du processus de paix, mettant en avant la nécessité d'une paix qui reflète les besoins et les aspirations diversifiés du pays. Leurs efforts soulignent le lien indissociable entre la paix et les droits humains, arguant qu'une paix durable est inatteignable sans aborder les injustices systémiques qui sous-tendent le conflit armé et que les activistes ont mis en lumière pendant des décennies. À travers leur plaidoyer, ces défenseurs ont ouvert des dialogues, contesté des politiques et mobilisé des communautés, démontrant que le plaidoyer pour la paix est un catalyseur essentiel pour le changement.

Les défenseurs des droits humains colombiens ont identifié le double rôle de l'État comme potentiel artisan de paix et source de conflit.

Au fur et à mesure que cet article se déroulera, il explorera les strates complexes du plaidoyer pour la paix tel que pratiqué par les DDHC colombiens. Leurs stratégies et succès illustrent une approche globale de la construction de la paix qui dépasse les négociations traditionnelles ou les croyances romantiques dans une idée unifiée et ‘locale’ de paix. Au contraire, le plaidoyer pour la paix des DDHC incarne une croyance profonde dans le pouvoir de la diversité des droits humains pour transformer la société.

À travers leurs yeux, nous verrons une Colombie qui aspire non seulement à mettre fin à une guerre, mais à redéfinir fondamentalement ce que signifie vivre en paix. Au-delà de la Colombie, nous pouvons apprendre des DDHC sur la diversité des demandes de transformation politique qui peuvent être intégrées sous l'égide des droits humains – une leçon importante face aux multiples crises du XXIe siècle.

Justice transformative : Mémoire pour un avenir commun

Pour les défenseurs des droits de l'homme colombiens, atteindre la paix dépasse l'arrêt du conflit armé et nécessite impérativement le commencement d'une transformation sociétale profonde. Le processus de paix avec l'ancien groupe guérillero Forces armées révolutionnaires de Colombie - Armée du peuple (FARC-EP), en particulier l'accord historique de 2016, est considéré par les DDH comme une étape critique car il a été le premier de nombreux accords de paix promettant une réforme rurale, la démocratisation et les droits des victimes comme le socle d'une paix durable.

Une approche de la construction de la paix qui intègre la paix, les droits de l'homme et la fonctionnalité de l'État est nécessaire.

Cependant, cette voie est jonchée de défis. L'héritage de violence sociopolitique et les conditions historico-politiques enracinées continuent de saper la quête de paix, révélant les dynamiques complexes que les DDH naviguent dans leur plaidoyer.

Ils argumentent que sans affronter ces problèmes sous-jacents, toute paix atteinte serait superficielle et de courte durée. Par conséquent, leur plaidoyer met l'accent sur la justice transformatrice—une justice qui ne s'attaque pas seulement aux atrocités passées mais qui cherche également à démanteler les structures politiques enracinées qui alimentent la violence continue.

Dans leur vision, la vérité et la reconnaissance de la mémoire historique jouent des rôles pivots. En dévoilant la vérité sur les abus passés et en reconnaissant la mémoire collective des communautés affectées par le conflit, les DDH croient que la réconciliation sociétale peut être atteinte. Cette forme de justice n'est pas à propos de la rétribution mais de la compréhension, de la guérison et, en fin de compte, de la restructuration de la société pour prévenir la récurrence de la violence. À travers leur plaidoyer incessant, les DDH colombiens visent à poser les fondements d'une paix qui soit inclusive, juste et reflétant les voix diverses au sein de la Colombie, marquant un écart significatif de la vision de nombreuses élites politiques qui ont longtemps propagé la paix comme la victoire finale sur les terroristes.

Démocratisation et réforme de l'État : Vers un nouveau contrat social

Dans le contexte colombien, le plaidoyer pour la paix comprend un appel fervent à la démocratisation et à la réforme de l'État, soulignant ces éléments comme indispensables pour atteindre une paix holistique. Les défenseurs des droits de l'homme colombiens ont identifié le double rôle de l'État comme à la fois un pacificateur potentiel et une source de conflit. Cette nature paradoxale de l'État a conduit les DDH à plaider vigoureusement pour des réformes assurant que l'État agisse comme garant de la paix et des droits, plutôt que comme un violateur de ceux-ci.

L'appel à la démocratisation est un appel à une forme de démocratie plus profonde et participative, où les citoyens sont activement impliqués dans les processus décisionnels qui affectent leur vie. Les DDH envisagent un État qui non seulement respecte, mais promeut également la participation civique, la transparence et la responsabilité, par exemple à travers le renforcement des organes politiques locaux et des mécanismes participatifs. Cette vision de la démocratisation comprend également le renforcement du pouvoir judiciaire, assurant la protection des activistes et des communautés vulnérables, et réformant les politiques de sécurité pour prioriser les droits humains.

La réforme de l'État, selon les DDH colombiens, concerne la restructuration des cadres politiques et institutionnels, qui ont historiquement contribué au conflit et à la violence par la fourniture sélective des droits. Elle implique le démantèlement des structures qui ont permis l'impunité et la perpétuation des injustices sociales. Pour que le plaidoyer pour la paix soit efficace, il doit aborder la corruption endémique, le manque de mécanismes efficaces pour la participation citoyenne, et le besoin d'une distribution plus équitable des ressources et des opportunités.

À travers leur plaidoyer, les DDH appellent à une réimagination du rôle de l'État dans la société. Ils soutiennent qu'une paix durable ne peut être atteinte que lorsque l'État incarne véritablement les principes de démocratie et de justice, servant de fondement à une société paisible, inclusive et juste. Seul un appareil d'État profondément réformé peut alors légitimement revendiquer le contrôle sur les territoires colombiens qu'il a longtemps cédés à des groupes armés non étatiques. Cela nécessite une approche globale de la construction de la paix qui reconnaît l'interconnexion entre la paix, les droits de l'homme et la fonctionnalité de l'État.

Inclusion sociétale : Comblant les divisions historiques

Au cœur des efforts des DDH colombiens dans leur plaidoyer pour la paix est l'accent sur l'inclusion sociétale. Reconnaissant que le conflit en Colombie a touché de manière disproportionnée certains groupes et communautés, les DDH ont travaillé sans relâche pour garantir que les processus de paix soient inclusifs et reflètent le tissu social diversifié du pays. Cet engagement en faveur de l'inclusion sociétale repose sur la conviction qu'une paix durable ne peut être atteinte que lorsqu'elle répond aux besoins et aux droits de toutes les communautés, en particulier celles qui ont été historiquement marginalisées.

Le plaidoyer pour l'inclusion sociétale va au-delà de la simple représentation ; il cherche à impliquer activement les femmes, les peuples autochtones, les Afro-Colombiens, les individus LGBTQ+ et d'autres groupes marginalisés dans le processus de construction de la paix. Les DDH comprennent que ces communautés apportent des perspectives et des solutions uniques, basées sur les cultures de résistance et de survie que ces groupes ont cultivées en marge de la société colombienne. En défendant leurs droits et leurs voix, les DDH visent à démanteler les inégalités systémiques et la discrimination qui perdurent depuis l'époque coloniale et entravent la réconciliation.

De plus, l'inclusion sociétale implique de briser la culture de la peur et du silence qui a enveloppé de nombreuses parties de la société colombienne. Les DDH plaident pour un processus de paix qui habilite les victimes et les survivants à parler et à se connecter, les transformant de récepteurs passifs de justice en participants actifs dans la formation de leurs avenirs. Ce changement est crucial pour la guérison et pour favoriser un sentiment de propriété et de responsabilité parmi tous les Colombiens envers le processus de paix.

À travers leur poursuite incessante de l'inclusion sociétale, les DDH colombiens ne plaident pas seulement pour une paix qui met fin aux hostilités ; ils plaident pour une paix qui reconstruit le contrat social, favorise la confiance et célèbre la diversité, en opposition ferme aux sentiments racistes et sexistes prévalents. Leur vision est celle d'une Colombie où la paix est tissée dans le même tissu de la société, garantissant que personne ne soit laissé pour compte dans le voyage vers la réconciliation et l'unité. Cette approche souligne le potentiel transformateur du plaidoyer pour la paix lorsqu'il est basé sur les principes d'inclusivité et de respect pour tous.

Transformation structurelle : Problématiser le néolibéralisme

Au cœur du plaidoyer pour la paix colombien réside une compréhension profonde que la vraie paix nécessite une transformation structurelle. Cette vision reconnaît que les racines du conflit s'étendent profondément dans le tissu socioéconomique de la nation, entrelacées avec des questions de distribution des terres, d'inégalité économique et de privation politique. Par conséquent, les DDH en Colombie cadrent leur plaidoyer pour la paix non seulement autour de la fin des affrontements armés comme manifestation de violence directe, mais aussi autour de la modification fondamentale des conditions socioéconomiques qui donnent lieu au conflit.

Les DDH colombiens soulignent la nécessité d'une réforme agraire comme étape critique vers la redistribution des terres et des ressources de manière plus équitable, abordant l'un des points historiques de violence en Colombie. De plus, leur plaidoyer appelle à une réévaluation des politiques économiques basées sur l'extractivisme orienté vers l'exportation, poussant pour des modèles de développement qui priorisent le bien-être social, la durabilité environnementale et les droits des communautés indigènes et rurales sur les pratiques extractives et exploiteuses.

L'appel à la transformation structurelle englobe également la demande de représentation et de participation authentiques de tous les secteurs de la société. Les DDH colombiens soutiennent que la paix est inatteignable sans un approfondissement démocratique qui démantèle les structures de pouvoir qui ont historiquement reproduit et profité de l'exploitation économique.

Offrir des droits fonciers et de participation à la population rurale peut briser le sort de l'économie illicite de la drogue, dans laquelle des alliances de seigneurs de guerre et de notables locaux exploitent la précarité socio-économique et l'immobilité d'une armée de petits agriculteurs dont le sort dépend de la volatilité des marchés mondiaux des ressources. Cela inclut défier l'agenda économique néolibéral orienté vers l'exportation qui a élargi les inégalités sociales et facilité la dévastation environnementale, plaidant pour des politiques qui favorisent une économie qui sert les besoins de nombreux plutôt que la cupidité de quelques-uns.

À travers leur plaidoyer pour la paix, les DDH colombiens appellent essentiellement à une réimagination radicale de la fondation économique-écologique de la Colombie. Ils envisagent un avenir où la paix est construite sur les fondations de la justice économique et environnementale comme ingrédients clés du respect des droits humains, nécessitant une approche globale qui va au-delà du désarmement pour inclure des transformations sociales, économiques et politiques profondes. Cette vue holistique de la paix souligne l'interconnectivité des droits humains et de la construction de la paix, plaidant pour une Colombie où la transformation structurelle pave la voie à une paix durable.

Dialogue et participation civique : Le cœur du plaidoyer pour la paix

L'essence du plaidoyer pour la paix en Colombie, comme défendu par les DDH, souligne le rôle pivot du dialogue et de la participation civique. Reconnaissant les complexités et les causes profondément enracinées du conflit en Colombie, les DDH plaident pour un processus de paix inclusif qui engage activement tous les secteurs de la société dans un dialogue significatif.

Cette approche est basée sur la croyance que la paix n'est pas simplement l'absence de violence, mais la présence de dialogue, et un espace civique vibrant où des voix diverses peuvent être entendues et respectées. Une telle vision de la paix à travers la délibération est fondamentalement différente de la vision des populistes de droite qui s'adresse à une classe blanche/métisse, urbaine de classe supérieure, et qui promet une continuation de la règle d'élite et de la pacification territoriale à travers la victoire sur les groupes armés.

Au cœur de la vision des DDH se trouve l'empowerment des communautés pour participer au processus de construction de la paix, démocratisant ainsi la paix elle-même. Les DDH colombiens ont joué un rôle clé dans la création de plateformes de dialogue qui comblent le fossé entre le gouvernement, la société civile et les groupes marginalisés. Ils soulignent l'importance d'écouter les voix des victimes, des communautés indigènes, des agriculteurs ruraux et d'autres groupes marginalisés, dont les expériences et les perspectives sont cruciales pour aborder les causes profondes du conflit et favoriser la réconciliation.

De plus, la participation civique dans le plaidoyer pour la paix va au-delà de la consultation pour inclure une participation active dans les processus décisionnels. Les DDH poussent pour des mécanismes qui permettent aux citoyens de contribuer à la formation des politiques et initiatives liées à la paix, à la justice et à l'équité sociale. Cette approche participative vise à cultiver un sentiment de propriété et de responsabilité parmi tous les Colombiens, renforçant l'idée que la paix est un effort collectif et peut signifier différentes choses dans différentes communautés et régions.

En favorisant le dialogue et en améliorant la participation civique, les DDH colombiens cherchent à construire un consensus sur la voie à suivre pour la paix, un qui reconnaît les injustices passées tout en ouvrant la voie à un avenir partagé et inclusif. Cette stratégie aide non seulement à guérir les blessures du conflit mais renforce également la gouvernance démocratique, assurant que le processus de paix soit ancré dans les principes de transparence, de responsabilité et d'action collective. En essence, le cœur du plaidoyer pour la paix en Colombie réside dans sa capacité à inspirer une démocratie participative où le dialogue et l'engagement civique sont les principaux moyens d'atteindre une paix juste et durable.

Peace advocacy in Colombia. A photo by the author, taken in Colombia during fieldwork for his research.
Photo de l'auteur, prise en Colombie lors d'un travail de terrain pour sa recherche.

Leçons apprises et défis futurs : Naviguer vers une paix durable au milieu des défis du XXIe siècle

Huit ans après la mise en œuvre de l'accord de 2016, les défenseurs des droits de l'homme font face à la tâche redoutable de s'assurer que les promesses faites se traduisent par des changements tangibles sur le terrain. Cette transition de l'accord à l'action encapsule le cœur du plaidoyer pour la paix en Colombie aujourd'hui.

La phase de mise en œuvre est truffée d'obstacles, beaucoup ressemblant à des défis plus larges et mondiaux pour les droits de l'homme au XXIe siècle. La politique et la société colombiennes sont de plus en plus infestées de campagnes de fausses nouvelles, de discours de haine et de culture populiste élargissant les fissures sociétales existantes. Un marché mondial hautement rentable des drogues illicites aide à la résurgence de groupes armés dans de nombreuses régions et étouffe les programmes de substitution de la culture de coca. Le règne profondément enraciné de l'élite ralentit ou sape les réformes politiques pour ouvrir la démocratie et accorder des droits aux groupes jusqu'alors marginalisés.

Les frustrations généralisées avec les promesses de réforme pourraient nourrir des sentiments anti-paix et anti-État qui sapent la confiance nécessaire pour reconstruire le tissu social et renforcer le soutien aux forces de droite. Ces défis soulignent la fragilité de la paix et la vigilance constante nécessaire pour la soutenir. Les DDH colombiens sont activement engagés dans le suivi de l'engagement du gouvernement envers le processus de paix, plaidant pour la réalisation complète des ambitions de l'accord de paix de 2016, et abordant de nouvelles sources de violence et d'abus des droits de l'homme qui menacent de saper les efforts de paix.

Une clé pour l'avenir de la Colombie en paix réside dans la capacité des forces pro-paix à s'adapter et à répondre aux défis évolutifs. Les DDH soulignent l'importance du dialogue continu, de l'engagement communautaire et du soutien international pour naviguer dans ces incertitudes. Leur travail s'étend au-delà du plaidoyer traditionnel, impliquant la mobilisation de base, l'éducation et la création d'espaces pour la réconciliation et la guérison. Cela fournit une leçon importante sur le pouvoir des droits de l'homme face au recul démocratique et au populisme de droite au-delà de la Colombie : les DDH sont essentiels pour forger des alliances sociales et donner une scène aux griefs sociétaux, ancrant les imaginaires populaires des droits de l'homme dans la société qui, espérons-le, peuvent noyer les idéologies bellicistes de droite.

Cela nécessite une vision des droits de l'homme qui est multiple et ouverte à la controverse, au lieu d'être linéaire et dogmatique. Le chemin vers une paix durable en Colombie est un témoignage de la résilience et de la détermination de son peuple, en particulier les DDH qui restent à l'avant-garde de ce voyage. Leurs efforts continus pour aborder à la fois l'héritage du conflit et les défis émergents sont cruciaux dans la construction d'un avenir où la paix est non seulement un document signé, mais une réalité vécue par tous les Colombiens.

À ce moment crucial, le rôle de la solidarité et du soutien internationaux devient plus important que jamais. L'engagement de la communauté mondiale, à travers des canaux diplomatiques, des organisations internationales et des partenariats de la société civile, offre un soutien vital au processus de paix de la Colombie, garantissant que les voix des DDH soient entendues et leurs efforts amplifiés sur la scène mondiale.

Conclusion : Consolider la paix par l'effort collectif

En tissant ensemble les fils du plaidoyer pour la paix en Colombie, cet article a traversé les efforts multifacettes des défenseurs des droits de l'homme pour sécuriser une paix aussi diversifiée et complexe que la société qu'elle vise à transformer. Leur voyage, marqué par des défis et des réalisations, souligne un engagement profond envers une paix qui va au-delà de l'arrêt du conflit armé, englobant la justice, la réforme de l'État, l'inclusion sociétale et la transformation structurelle.

Le chemin à venir pour la Colombie, bien que semé de défis, déborde également de possibilités. La résilience et la ténacité des DDH ont posé une fondation sur laquelle une paix durable et inclusive peut être construite. La capacité des DDH à forger des alliances sociétales et à rassembler différentes voix dans un plaidoyer politique commun et constructif est décisive pour ancrer la lutte pour la paix dans la société en général et pour maintenir l'espoir d'une transformation politique vers la paix, malgré tous les revers. Cependant, l'effort pour la paix n'est pas la responsabilité des DDH seuls. Atteindre une paix durable en Colombie nécessite la participation active et le soutien de toute la société colombienne, des institutions étatiques, ainsi que de la communauté internationale.

Ainsi, un appel à l'action émerge du cœur de ce discours — un appel à la solidarité, à l'engagement et au plaidoyer continu. La communauté mondiale a un rôle à jouer dans le soutien aux efforts de paix de la Colombie, offrant non seulement un soutien moral mais aussi une assistance pratique pour assurer la mise en œuvre des accords de paix et la protection des droits de l'homme. Inversement, le monde peut apprendre des DDH colombiens sur l'importance d'ancrer l'idée des droits de l'homme dans la société, de telle sorte que la diversité et la dissension soient permises mais orientées vers une utopie commune de paix – cela est particulièrement important lorsque la violence, les frustrations avec des promesses non tenues, et les idéologies de droite séduisantes risquent de pousser la société dans une direction différente.

Alors que nous regardons vers l'avenir, reconnaissons que le voyage vers la paix est en cours et collectif. L'histoire du plaidoyer pour la paix en Colombie sert de puissant rappel de ce qui peut être réalisé lorsque des individus se réunissent en quête d'un objectif commun. C'est un appel à l'action pour tous ceux qui croient en la paix, la justice et la dignité humaine de se tenir en solidarité avec les DDH colombiens, contribuant à la réalisation d'une Colombie pacifique, juste et inclusive.

Adapté d'un article académique pour un public plus large, sous licence CC BY 4.0.

Comment citer cet article

Georgi, F. R. (2024, Avril 11). Plaidoyer pour la paix : Droits humains et violence en Colombie Politics and Rights Review. https://politicsrights.com/fr/plaidoyer-paix-droits-humains-violence-colombie/
Partager cet article
Chercheur en études de paix et de développement à l'Université de Göteborg et associé du groupe de recherche sur l'autorité à l'Institut Max Planck de droit public comparé et de droit international. Il écrit sur les droits de l'homme, l'activisme, la violence politique, le populisme, l'ordre libéral et les transformations du capitalisme, entre autres sujets.