La voie du Nigeria : Diversité, droits et unité nationale

Photo par Emmanuel Ikwuegbu.

Le défi de la gestion de la diversité ethnique n'est pas propre à une nation en particulier. Cependant, au Nigeria, un pays riche en diversité culturelle et ethnique, ce défi revêt une urgence particulière. La manière dont nous gérons nos différences peut soit renforcer notre tissu national, soit le déchirer. Alors que nous explorons les complexités de la diversité au Nigeria, nous devons nous demander : Comment pouvons-nous transformer nos différences en forces ?

La diversité ethnique du Nigeria est à la fois une bénédiction et une malédiction. D'un côté, elle enrichit notre riche tapisserie culturelle, mais de l'autre, elle est devenue un outil de manipulation politique. L'ethnicité influence tout, des dynamiques de pouvoir à l'allocation des ressources, ce qui conduit à des conflits et des contradictions. La lutte pour les ressources a intensifié les rivalités interethniques et les tentatives de créer des unités politiques nationales pour l'accommodation ethnique ont souvent échoué.

On pensait que l'accent mis sur les droits de l'homme universels contribuerait à réduire le problème des minorités ethniques en garantissant les droits civiques et politiques fondamentaux de tous les individus, tels que la liberté d'expression, d'association, de conscience, de culte, ainsi que la liberté de vie et de propriété. Malheureusement, ces droits ne sont pas justifiables au Nigeria.

Les droits individuels n'ont pas pu résoudre le problème de la violence ethnique, ce qui a conduit à un changement de pensée en faveur de l'accommodation. L'État ne doit accorder aucune reconnaissance légale aux groupes ethniques ou religieux ni utiliser l'un de ces critères pour la distribution des droits, des devoirs ou des ressources.

Depuis la fin des années 1950, lorsque le pétrole a été découvert dans la région du delta du Niger, plusieurs comportements discordants ont été observés, notamment au sein de la classe politique représentant les principales ou les plus petites nationalités ethniques. Les facteurs ethniques sont largement devenus des paramètres pour l'évaluation de la représentation des groupes au gouvernement, l'allocation des affaires politiques, les principes de caractère fédéral, la citoyenneté et les droits de résidence.

La clé pour gérer la diversité est l'inclusivité. Nous devons reconnaître que le pluralisme culturel est une caractéristique universelle qui, lorsqu'elle est politisée, peut déstabiliser les systèmes politiques. L'accent doit être mis sur la création d'une approche inclusive et équitable qui transcende les barrières ethniques. Cela signifie traiter des problèmes sous-jacents tels que la pauvreté, l'insécurité, l'injustice et le déni des droits humains fondamentaux.

Nos dirigeants doivent prendre l'initiative de favoriser l'unité. La nomination déséquilibrée de postes clés conduit à l'antagonisme et à la tension ethnique. Nous avons besoin de dirigeants engagés à promouvoir l'unité, la paix, le progrès et la stabilité socio-économique. Cela nécessite une compréhension profonde de la riche diversité du Nigeria et un engagement à assurer l'égalité et une répartition équitable des ressources.

La Constitution de Richard de 1946 visait à mettre en place un système politique au Nigeria qui garantirait « l'unité dans la diversité ». L'administration coloniale avait tendance à reconnaître uniquement les groupes ethniques majoritaires au Nigeria, à savoir les Hausa/Fulani, les Yoruba et les Igbo. Des efforts ont été faits pour séparer socialement et politiquement ces groupes, ce qui a conduit à une polarisation des relations ethniques.

La gestión de la diversidad en Nigeria es un desafío complejo, pero no es insuperable. Debemos avanzar más allá de las estrategias que no han producido los resultados deseados y centrarnos en abordar los problemas fundamentales relacionados con las relaciones étnicas.

Dans le contexte des droits et de la politique, nous devons nous efforcer de créer un Nigeria où l'ethnicité ne soit pas un obstacle, mais un pont vers l'unité et le progrès. L'accent doit être mis sur la construction d'une nation où tout le monde ait une voix, où les différences sont célébrées et où notre diversité devienne notre force.

En fin de compte, le choix nous appartient : allons-nous permettre que nos différences nous divisent, ou allons-nous les embrasser comme les fils uniques qui tissent la trame de notre nation ? L'avenir du Nigeria dépend de notre réponse.

Adapté à partir d'une étude académique pour un public plus large, sous licence CC BY 4.0.

Partager cet article