Cuba totalitaire au CDH de l'ONU : Une moquerie des droits humains?

Le gouvernement cubain reste un violeur systématique des droits de l'homme, et il existe de nombreuses preuves démontrant son schéma de répression.

Agitation civique et répression à Cuba : Un aperçu des manifestations du 11 juillet 2021 montrant l'absurdité de la place de Cuba au sein du CDH de l'ONU. Photo de Yamil Lage/AFP via Getty Images.

Le débat autour de Cuba au sein du CDH de l'ONU s'est intensifié lors des récents débats internationaux axés sur les droits de l'homme. Le CDH de l'ONU, souvent considéré comme un défenseur mondial principal des droits, suscite une controverse significative lorsqu'il est mis en parallèle avec la participation de Cuba. Une telle implication soulève non seulement des questions sur l'histoire des droits de l'homme à Cuba, mais suscite également des préoccupations concernant l'intégrité et les critères du Conseil.

L'engagement en faveur de la promotion et de la protection des droits de l'homme reste au cœur de la mission du CDH de l'ONU. Pourtant, la présence continue de Cuba au sein du CDH de l'ONU pose une paradoxale challenge. Certains soutiennent que cette adhésion offre une voie pour le dialogue et d'éventuelles réformes ; d'autres la perçoivent comme une érosion des valeurs fondamentales du Conseil.

Dans le domaine complexe des relations internationales, les distinctions entre la diplomatie politique et la véritable défense des droits de l'homme sont souvent floues. Le rôle de Cuba au sein du CDH de l'ONU souligne cette énigme, incitant à une réflexion approfondie sur l'équilibre délicat entre les engagements diplomatiques et l'engagement inébranlable envers les principes des droits de l'homme.

Cet article s'efforce de naviguer dans les complexités inhérentes à l'association de Cuba au sein du CDH de l'ONU. À travers une exploration de ses liens historiques avec la communauté internationale, de ses positions au sein du Conseil et des critiques qui en résultent, cette analyse vise à fournir une compréhension globale des défis et des implications liés à la participation de Cuba au CDH de l'ONU.

Contexte historique

 

La trajectoire internationale de Cuba depuis la révolution de 1959 a été marquée par d'intrigantes dichotomies. Alors que la nation insulaire luttait pour définir son identité socialiste sous la direction de Fidel Castro, elle adoptait une posture assertive sur la scène mondiale, remettant souvent en question les hégémonies occidentales et s'alignant avec le bloc soviétique pendant la période de la Guerre froide. Cette alliance avait des implications de grande envergure pour ses interactions avec les organismes internationaux, en particulier ceux ancrés dans les valeurs libérales occidentales.

L'engagement de Cuba auprès des Nations Unies (ONU) au fil des décennies a été emblématique de son approche plus large en matière de politique étrangère. Tout en plaidant constamment en faveur des principes de souveraineté et de non-intervention, Cuba s'est souvent retrouvée en désaccord avec les mécanismes des droits de l'homme de l'ONU. Son propre bilan en matière de droits de l'homme interne, marqué par des répressions et l'absence de libertés politiques, a été au centre des critiques.

L'histoire du pays au sein du CDH de l'ONU et de son prédécesseur, la Commission des droits de l'homme, offre des perspectives sur sa stratégie évolutive. Le mandat de Cuba dans ces organes a été marqué par des efforts pour déplacer le discours sur les droits de l'homme loin des droits civils et politiques individuels, mettant plutôt l'accent sur les droits économiques, sociaux et culturels collectifs. Cette perspective correspond davantage à l'idéologie socialiste de Cuba et offre une contre-narrative aux paradigmes occidentaux en matière de droits de l'homme.

Cependant, le point central de contention demeure : Comment une nation, souvent sous le feu des projecteurs en raison de son bilan en matière de droits de l'homme, a-t-elle réussi non seulement à faire partie, mais aussi à jouer un rôle significatif dans la formation du discours au sein de la principale institution des droits de l'homme de l'ONU ? La réponse réside dans une combinaison de diplomatie habile, d'alliances stratégiques et des dynamiques changeantes de la politique mondiale.

Comprendre l'engagement historique de Cuba auprès de l'ONU et, plus spécifiquement, sa participation au CDH de l'ONU, est essentiel pour contextualiser les débats et les critiques qui entourent sa position actuelle au sein du Conseil.

La position de Cuba en soutien à des gouvernements controversés

 

La question de Cuba au sein du CDH de l'ONU ne concerne pas seulement son propre bilan en matière de droits de l'homme, mais s'étend à ses alliances internationales et à son soutien à d'autres nations confrontées à des examens des droits de l'homme. Les modèles de vote et les positions de Cuba au sein du Conseil offrent un aperçu de ses affiliations géopolitiques plus larges.

L'un des aspects les plus débattus de la question de Cuba au sein du CDH de l'ONU concerne son soutien constant aux gouvernements critiqués pour des violations présumées des droits de l'homme. Le Venezuela en est un exemple poignant. Malgré les rapports accablants de violations des droits de l'homme au Venezuela, Cuba au sein du CDH de l'ONU a systématiquement voté contre les résolutions condamnant le régime de Maduro ou appelant à des enquêtes indépendantes.

De même, dans le cas de la Syrie, où le régime d'Assad a été accusé de nombreuses atrocités lors de la guerre civile en cours, la position de Cuba au sein du CDH de l'ONU a été de s'opposer aux interventions ou aux condamnations. Cette position correspond à l'appui historique de Cuba à la non-intervention et à ses intérêts géopolitiques stratégiques.

Un examen plus approfondi de Cuba au sein du CDH de l'ONU révèle un schéma de soutien aux États avec lesquels elle partage des liens idéologiques ou stratégiques, souvent au détriment de ce que beaucoup estiment être des considérations impartiales en matière de droits de l'homme. Cette stratégie n'est pas exclusive à Cuba, mais elle est particulièrement marquée compte tenu de sa propre situation controversée en matière de droits humains.

De plus, le rôle de Cuba au sein du CDH de l'ONU a des implications pour la crédibilité du Conseil. Lorsqu'un État membre, déjà sous surveillance pour sa situation intérieure en matière de droits de l'homme, soutient ouvertement d'autres régimes controversés, cela soulève des questions sur la capacité du CDH de l'ONU à fonctionner en tant qu'avocat neutre et efficace des droits de l'homme mondiaux.

La participation continue de Cuba au CDH de l'ONU et ses modèles de vote servent de rappel de l'interaction complexe entre la politique et les principes dans le domaine de la défense internationale des droits de l'homme.

Arguments critiques sur la pertinence de Cuba au sein du Conseil

 

La participation continue de Cuba au CDH de l'ONU soulève plusieurs questions critiques concernant l'éthique même du Conseil. Étant donné le mandat du CDH de l'ONU visant à promouvoir et à protéger les droits de l'homme dans le monde entier, l'inclusion de pays au bilan discutable en matière de droits, comme Cuba, a suscité des débats sur la crédibilité et l'efficacité de l'organisme.

Tout d'abord, la présence de Cuba au sein du CDH de l'ONU met en lumière un décalage apparent entre les valeurs fondamentales du Conseil et les actions politiques et affiliations de certains de ses membres. La mission principale du Conseil est en danger lorsque ses membres sont perçus comme ne respectant pas les principes universels qu'il défend. Cuba, avec son historique de soutien à des gouvernements controversés, alimente cette critique.

Comparer Cuba au sein du CDH de l'ONU à d'autres pays membres complique davantage le débat. Bien qu'aucune nation ne soit exempte de défauts, le soutien constant que Cuba apporte aux régimes autoritaires la place en net contraste avec les membres qui visent à maintenir une approche équilibrée des questions de droits de l'homme.

De plus, l'efficacité du Conseil est potentiellement compromise avec Cuba au sein du CDH de l'ONU. Étant donné l'attente mondiale selon laquelle le Conseil doit agir en tant qu'arbitre neutre dans les questions liées aux droits de l'homme, les positions ouvertement politiques de certains membres peuvent l'empêcher d'atteindre ses objectifs principaux. Le défi réside dans la distinction entre la défense réelle des droits de l'homme et les manœuvres géopolitiques.

La réflexion critique sur Cuba au sein du CDH de l'ONU n'est pas simplement une accusation contre Cuba, mais un appel à l'introspection au sein du système de l'ONU. Elle pose des questions pressantes sur les critères d'adhésion, l'équilibre entre les considérations diplomatiques et la défense des droits de l'homme, et l'impact concret des résolutions du Conseil.

Le débat autour de Cuba au sein du CDH de l'ONU sert de microcosme des problèmes plus vastes qui affligent les mécanismes internationaux des droits de l'homme, nécessitant une exploration plus approfondie de l'efficacité et de la finalité de ces organismes dans le contexte géopolitique actuel.

L'ombre des prisonniers politiques

 

Un examen plus approfondi de la situation des prisonniers politiques à Cuba dresse un tableau préoccupant. Les données récentes indiquent qu'il y a 1062 prisonniers politiques à Cuba. De manière alarmante, 21 nouveaux prisonniers politiques ont été enregistrés rien qu'en septembre 2023. Ces chiffres deviennent encore plus préoccupants lorsqu'on considère la situation des femmes et des mineurs détenus pour des raisons politiques. Au moins 117 femmes, dont deux personnes transgenres, sont actuellement incarcérées pour des raisons politiques et de conscience. De plus, 34 mineurs, composés de 30 garçons et 4 filles, purgent des peines ou sont en cours de traitement pénal pour des raisons politiques.

Ces mineurs sont souvent hébergés dans des établissements qui, bien qu'étant officiellement destinés aux mineurs, fonctionnent comme de véritables pénitenciers. Les motifs de détention de ces individus reposent sur des accusations ambiguës et larges du Code pénal cubain. Ces accusations sont utilisées pour réprimer l'exercice de droits fondamentaux tels que la liberté de conscience, de pensée, d'expression et d'association.

Compte tenu de ces faits, des questions sérieuses se posent quant à l'alignement de la participation de Cuba au CDH de l'ONU avec les principes et objectifs du conseil.

Cuba au CDH de l'ONU : Conclusions et Recommandations


Le débat entourant Cuba au sein du CDH de l'ONU met en lumière les complexités et les défis inhérents aux institutions internationales des droits de l'homme. Il illustre la tension toujours présente entre les subtilités de la politique mondiale et la quête intransigeante des droits de l'homme universels.
 

La présence de Cuba au sein du CDH de l'ONU illustre des préoccupations plus larges, incitant à réfléchir sur la composition et le fonctionnement même du Conseil. Pour véritablement honorer son mandat, le CDH de l'ONU doit s'efforcer d'avoir une composition qui reflète un véritable engagement envers les droits de l'homme, en veillant à ce que les nations présentant des préoccupations importantes en matière de droits de l'homme, comme Cuba, soient soumises à un examen continu.

Une meilleure compréhension des modèles de vote au sein du CDH de l'ONU est essentielle. En rendant les processus de prise de décision plus transparents, la communauté mondiale peut mieux tenir les États membres responsables de leurs positions. Une telle transparence aurait peut-être évité certaines des positions plus controversées prises par Cuba au sein du CDH de l'ONU.

De plus, il est impératif de reconnaître le rôle vital de la société civile dans ce discours. En amplifiant les voix des ONG et des organisations de défense des droits de l'homme, le CDH de l'ONU peut garantir une représentation plus équilibrée des questions de droits de l'homme, potentiellement en contrant l'influence de décisions politiquement motivées, comme celles observées avec Cuba au sein du CDH de l'ONU.

L'examen régulier des bilans en matière de droits de l'homme des États membres est une autre étape cruciale, tout comme la promotion de dialogues diplomatiques constructifs. Ces conversations peuvent favoriser la compréhension mutuelle et potentiellement ouvrir la voie à des changements significatifs dans les pratiques en matière de droits de l'homme.

En conclusion, la controverse autour de Cuba au sein du CDH de l'ONU ne concerne pas seulement Cuba. C'est un appel à l'action, exhortant le CDH de l'ONU et la communauté internationale dans son ensemble à faire preuve d'introspection, à entreprendre des réformes et à renouveler leur engagement envers les principes sacrés des droits de l'homme.

Partager cet article
Suivre :
Docteur en Philosophie (Université Paris Sciences et Lettres). Chercheur associé à l'Université de Montréal, spécialisé en théorie politique et pluralisme. Éditeur de Politics and Rights Review.