Récits de guerre : Le socle du passé totalitaire de l'Albanie

Le Premier Secrétaire du Parti du Travail d'Albanie, Enver Hoxha, et le Premier Secrétaire du Parti communiste de l'Union soviétique, Joseph Staline, se tenant ensemble à Moscou, Union soviétique.

Fondements des récits de guerre albanais

La compréhension du paysage politique et social de l'Albanie entre 1944 et 1991 implique une plongée profonde dans la manière dont les récits de guerre ont façonné l'identité collective et le tissu idéologique de la nation. Le rôle de la guerre dans le passé totalitaire de l'Albanie est un point central crucial de cette discussion.

Anchées dans des histoires de lutte et de résistance, ces récits de guerre ont offert au Parti communiste, né en 1941, un outil puissant pour légitimer son régime et forger une nouvelle identité nationale. Bien que cette idéologie ait des origines historiques remontant aux figures romantiques et révolutionnaires du XIXe siècle, le Parti communiste a adopté et adapté ces récits à ses propres fins stratégiques.

Le parti a réussi à fusionner ces récits de manière transparente dans son cadre marxiste-léniniste, créant ainsi un héritage durable qui les a liés avec le prétendu tempérament guerrier du peuple albanais. Cette trame idéologique était si complexe qu'elle dépassait la simple gouvernance, pénétrant dans tous les aspects de la vie albanaise, de l'éducation aux arts.

Ces récits de guerre ont justifié l'autorité du Parti, en particulier le leadership d'Enver Hoxha, et ont fourni un cadre qui a organisé à la fois l'expérience collective et individuelle. Ainsi, toute analyse visant à dévoiler le passé totalitaire de l'Albanie doit tenir compte du rôle multidimensionnel que les récits de guerre ont joué dans la formation de l'identité, de la politique et des structures sociales du pays.

Le rôle de la guerre dans la formation de l'idéologie

Le paysage idéologique de l'Albanie entre 1944 et 1991 a été profondément influencé par la narration d'un peuple forgé dans la guerre. Cette histoire fondatrice a des racines profondes dans l'histoire albanaise, remontant aux révolutionnaires du XIXe siècle. Ces figures cherchaient à inspirer un sentiment d'unité nationale et de résistance contre la domination ottomane. Ils évoquaient souvent une histoire mythifiée de Skanderbeg, un héros national du XVe siècle qui a résisté aux forces ottomanes, l'utilisant comme un archétype guerrier qui incarnerait l'esprit albanais.

Le Parti a efficacement fusionné les mythes autochtones avec l'idéologie marxiste-léniniste étrangère.

Cependant, cette narration historique était un cadre vivant que le Parti communiste a adapté pour répondre à ses besoins. En s'insérant dans cette méta-narration préexistante, le Parti communiste a atteint deux objectifs importants. Tout d'abord, il a obtenu un sens de légitimité indigène; il n'était pas une force externe imposant une idéologie étrangère, mais était profondément enraciné dans l'histoire et la culture de l'Albanie. Deuxièmement, cette position a permis au Parti d'adopter l'idéologie marxiste-léniniste de l'étranger sans avoir l'air d'une imposition étrangère.

La méta-narrative a également joué un rôle dans l'élaboration des politiques du Parti. L'idée d'un peuple façonné par la guerre a donné au Parti une base émotionnelle et idéologique sur laquelle construire et maintenir son règne. De cette manière, elle est devenue à la fois un fait historique et une stratégie politique continue, profondément enracinée dans l'identité et l'idéologie politique du pays.

Les communistes comme les véritables successeurs

Le Parti communiste s'est habilement positionné comme le véritable héritier de l'héritage des héros nationaux et des révolutionnaires de l'Albanie. C'était une stratégie pour monopoliser la narration des réalisations. À travers une propagande, une éducation et un discours public soigneusement élaborés, le Parti établissait des parallèles entre sa propre lutte et les actes vaillants de figures historiques comme Skanderbeg.

L'adoption de la violence en tant que norme idéologique était un mouvement calculé visant à cimenter l'autorité du Parti communiste albanais.

Le Parti n'a pas seulement amplifié ces épopées, mais les a aussi romantiques. Par exemple, embellir les récits d'héroïsme et de bravoure du passé rendait les triomphes du Parti communiste encore plus significatifs. Cela a créé un contexte comparatif contre lequel les réalisations du Parti pouvaient être mesurées et glorifiées. Ce faisant, le Parti a acquis un monopole clair sur l'histoire de la lutte et du succès de l'Albanie.

De plus, le Parti a efficacement fusionné ces mythes autochtones avec l'idéologie marxiste-léniniste étrangère. Ce faisant, il a obtenu un double avantage : il a localisé une idéologie étrangère qui aurait autrement été étrangère, tout en lui donnant un contexte historique au sein de l'Albanie. Le résultat a été une narration puissante qui a accordé au Parti à la fois une légitimité autochtone et une alignement idéologique avec le communisme international.

Cette stratégie n'était pas qu'un exercice intellectuel ; c'était un outil pratique. La monopolisation de la narration a permis au Parti communiste de façonner l'opinion publique, d'influencer l'éducation et, en fin de compte, de légitimer son règne. C'était un mélange de machinations psychologiques, culturelles et politiques qui ont transformé le Parti en les véritables successeurs perçus du legs national de l'Albanie.

La guerre comme genèse de l'idéologie communiste

Les récits de guerre n'étaient pas seulement rétrospectifs pour le Parti communiste ; ils servaient également de genèse idéologique. Les récits de bravoure, de sacrifice et de lutte pendant la guerre ont été élevés au rang de mythes, contribuant de manière significative au cadre idéologique du Parti. En vénérant ses racines dans la résistance en temps de guerre, le Parti a accompli quelque chose de crucial : il a rendu son idéologie presque intouchable.

Le Parti a transformé ses racines en une forme d'histoire sacrée.

Cette élévation stratégique de la guerre comme genèse de son idéologie a servi à perpétuer le règne du Parti. Il a façonné une narration qui donnait au Parti un droit quasi divin de gouverner, enraciné dans une lutte historique pour la liberté et la justice. Cette histoire d'origine sanctifiée a rendu extrêmement difficile pour quiconque de remettre en question l'autorité morale ou politique du Parti. Par conséquent, les récits de guerre sont devenus un élément central dans la construction idéologique du Parti, assurant efficacement son règne à long terme en le plaçant dans une histoire sacrée de lutte et de sacrifice.

Tout comme les récits ancestraux de guerre ont légitimé le Parti communiste d'Albanie, ils ont également fourni le mythe fondateur de son idéologie. Le Parti a transformé ses racines en une forme d'histoire sacralisée. En sacralisant ses origines pendant la guerre, le Parti a accompli bien plus qu'un simple argument idéologique. Il a intégré cette narration dans la conscience collective, en faisant une histoire nationale partagée. Il a activement façonné la manière dont le passé était compris et lui a donné un rôle dans le présent, affirmant ainsi sa propre autorité. À travers cette sacralisation, remettre en question le Parti équivaut à remettre en question un ethos national profondément enraciné.

Ce mécanisme de sacralisation servait un objectif politique distinct : la perpétuation du règne du Parti. Ses dirigeants comprenaient que la survie du Parti dépendait de sa capacité à se positionner comme une extension de l'inévitabilité historique, en tant que véritable successeur d'une longue lignée de résistance et de lutte. Ainsi, la vénération des racines de guerre est devenue un aspect essentiel de sa stratégie de gouvernance, faisant paraître le règne du Parti logique et divinement ordonné. La sacralisation a contribué à isoler le Parti de la critique, le consolidant fermement dans le rôle de véritable et légitime leader de la nation. Par conséquent, l'idée que le Parti communiste est issu d'une lutte pendant la guerre est devenue une vérité incontestable, fondamentale pour sa stratégie de gouvernement à long terme.

La violence comme un moyen acceptable

Suivant le célèbre adage de Mao Zedong selon lequel le pouvoir politique émane du canon d'un fusil, le Parti communiste albanais n'a pas hésité à soutenir la violence ; il l'a célébrée. C'était plus que du pragmatisme. C'était une déclaration idéologique profondément ancrée qui positionnait la violence non seulement comme un outil politique, mais comme une norme sociétale.

Cette position idéologique avait de larges implications. Tout d'abord, elle rendait moralement défendable toute forme de violence perpétrée par le Parti ou ses partisans dans le cadre de leur idéologie. Il ne s'agissait pas de simples discours ; cela avait un impact réel sur la politique et la gouvernance. L'utilisation de la violence était institutionnalisée, se manifestant par des purges, une surveillance étatique et un État policier omniprésent.

Penalties ranged from social ostracism to imprisonment.

Deuxièmement, cela a donné au Parti la latitude d'imposer sa volonté par tous les moyens nécessaires. Le régime pouvait recourir à la répression sans avoir besoin de la justifier, car l'idéologie elle-même en était la justification. Cela a conduit le public à accepter et à glorifier, les actes de violence du régime comme des extensions de la pureté idéologique et de l'engagement du Parti.

Troisièmement, cette normalisation de la violence a alimenté un cercle vicieux, perpétuant le règne du Parti. Plus le Parti pouvait justifier sa violence comme étant conforme à ses principes fondamentaux, moins il était probable que toute forme de dissidence puisse gagner du terrain. En établissant la violence comme un élément central de son idéologie, le Parti a consolidé son emprise sur le pouvoir, réduisant la volonté du public de remettre en question le statu quo.

En résumé, l'adoption de la violence comme norme idéologique était une décision calculée visant à consolider l'autorité du Parti communiste albanais. Ainsi, la violence est devenue un moyen acceptable de maintenir le pouvoir et de réprimer la dissidence, renforçant la domination idéologique et politique du Parti.

Mobiliser les masses

La grande vision du Parti communiste était de transformer l'Albanie en une véritable utopie communiste. Pour atteindre cet objectif, le Parti visait à une mobilisation complète de la société, ciblant non seulement les structures économiques et politiques, mais aussi les normes culturelles profondément enracinées et même la psychologie humaine. Le rôle des récits de guerre a joué un rôle central dans tout cela.

Pour commencer, le Parti a formulé son programme transformateur comme un conflit perpétuel contre les agresseurs externes et les maux sociaux internes. La définition de la 'guerre' (luftë) s'est élargie pour inclure des campagnes contre le pessimisme, l'oisiveté et les influences étrangères—des éléments considérés comme antithétiques à la vision du Parti.

Cet encadrement avait un double objectif. Tout d'abord, il inculquait un sentiment d'urgence et de mission, poussant chaque Albanais à contribuer à la lutte. Il ne s'agissait pas d'une participation passive, car le Parti exigeait une implication active de la part des masses pour atteindre ses objectifs élevés. Les individus étaient censés contribuer par le travail, la vigilance et la pureté idéologique.

Deuxièmement, cette mobilisation de type guerrier a créé un mécanisme de contrôle. Les personnes qui ne contribuaient pas ne se contentaient pas de se soustraire à leurs devoirs civiques ; elles étaient des 'suspects' voire des 'ennemis' dans une grande bataille pour l'âme de la nation. Cela rendait plus facile la justification de mesures punitives à leur encontre. Les sanctions allaient de l'ostracisme social à l'emprisonnement, garantissant ainsi une marche disciplinée et concentrée de la société vers les objectifs du Parti.

Le cadre de la guerre est devenu un outil multifonctionnel : il a servi de cri de ralliement, de mécanisme de contrôle et de critère pour mesurer les progrès. Il a permis au Parti de tisser les fils du nationalisme, de la pureté idéologique et de l'effort collectif en une tapisserie représentant sa vision d'une utopie communiste. À travers cela, le Parti cherchait à mobiliser chaque aspect de la vie individuelle et collective vers ses objectifs ambitieux de transformation.

Une stratégie globale

Bien que les écoles aient été instrumentales, elles n'étaient qu'un aspect d'une stratégie multidimensionnelle. Le régime a harmonisé diverses institutions, notamment les médias et les centres culturels, pour diffuser efficacement ses quatre piliers idéologiques. Ces thèmes n'étaient pas indépendants les uns des autres, mais des éléments interconnectés dans une machine bien huilée conçue pour maintenir le contrôle idéologique.

La narration de guerre en Albanie de 1944 à 1991 était une orchestration délibérée du Parti communiste.

Les médias, par exemple, ont amplifié les récits historiques et les réalisations contemporaines, projetant le Parti comme le seul architecte du progrès de l'Albanie. Les journaux, les émissions de radio, et plus tard la télévision, fournissaient quotidiennement des affirmations des idéologies du Parti. Ils célébraient des 'victoires', que ce soit sur les défis de la nature comme les sécheresses ou sur les ennemis idéologiques, renforçant ainsi l'idée que la guerre du Parti était en cours et nécessaire.

Les centres culturels et les événements publics, tels que les défilés et les festivals, ont également joué leur rôle. Ici, l'archétype national était glorifié à travers des performances et des représentations artistiques, connectant la narration du Parti avec des expressions culturelles profondément enracinées. Pendant ce temps, les discours et les publications des dirigeants du Parti servaient à réitérer le rôle essentiel de la violence et de la purification dans la marche vers une société communiste.

Cette stratégie globale a garanti un message idéologique cohérent et omniprésent. En contrôlant les récits sur plusieurs plateformes, le régime pouvait captiver l'attention du public et la diriger vers les objectifs du Parti. L'influence était verticale, du Parti vers le peuple, et horizontale, imprégnant la société à tous les niveaux. Ce réseau d'influence ne laissait pratiquement aucune place pour des points de vue alternatifs, rendant les récits de guerre du Parti persuasifs et inévitables.

En rétrospective

Le récit de la guerre en Albanie de 1944 à 1991 a été une orchestration délibérée par le Parti communiste. Cette tissage stratégique du folklore historique avec les réalisations du Parti a sécurisé leur emprise sur le pouvoir et façonné l'identité nationale. Leur utilisation d'une méta-narrative de guerre indigène comme tissu d'une idéologie marxiste-léniniste plus large a eu deux résultats immédiats : elle a fourni une légitimité indigène et facilité l'alignement idéologique avec les récits communistes internationaux.

De plus, cette étude de cas sert de leçon convaincante sur la manipulation de la mémoire historique et de l'identité à des fins politiques. Elle offre un aperçu de la manière dont un régime totalitaire peut tordre les récits culturels pour légitimer la violence, supprimer la dissidence et mobiliser une nation vers un avenir idéologique spécifique.

En résumé, plonger dans ce chapitre sombre du passé de l'Albanie n'est pas seulement une démarche académique. C'est une nécessité pour les défenseurs des droits de l'homme, les décideurs politiques et quiconque s'engage à prévenir la résurgence d'idéologies oppressives similaires. En disséquant les méthodes utilisées pour manipuler la mémoire collective et mobiliser la société, nous obtenons des enseignements précieux qui peuvent éclairer la résistance aux violations des droits humains et la préservation des principes démocratiques dans le présent et l'avenir.

Partager cet article
Par Doan Dani
Docteur en histoire de l'Université de Turin, spécialisé dans l'intersection de la religion et de la politique, et expert en historiographie albanaise.