Fukuyama sur la politique, les droits et la reconnaissance

Karel J. Leyva
Karel J. Leyva
Francis Fukuyama au Fronteiras do Pensamento São Paulo. Photo de Greg Salibian.

Dans son œuvre "Identity: The Demand for Dignity and the Politics of Resentment", Francis Fukuyama navigue à travers le labyrinthe complexe de la politique d'identité. Il présente un argument convaincant que les piliers de la démocratie libérale sont de plus en plus mis à l'épreuve par le cri croissant pour la reconnaissance de l'identité. La critique de Fukuyama fournit un contexte intellectuel robuste qui enrichit notre compréhension du changement dans les priorités politiques, du vieil accent sur l'équité économique à un nouvel accent sur l'affirmation de l'identité.

Il y a plus de deux décennies, cette préoccupation a reçu diverses réponses, dont la plus emblématique pourrait être celle de Nancy Fraser. D'un point de vue progressiste, Fraser était préoccupée par l'émergence de ce qu'elle a appelé la "condition post-socialiste" et a proposé une théorie qui intégrait harmonieusement la redistribution et la reconnaissance.

Cependant, ce n'est pas la position normative adoptée par Fukuyama. Loin de se concentrer sur les structures permettant la participation de tous les individus d'une nation au processus démocratique, Fukuyama se concentre sur le besoin de reconnaissance humaine comme raison structurante des divisions profondes qui existent dans les démocraties libérales, en particulier aux États-Unis.

Le changement dans les politiques de reconnaissance

L'observation de Francis Fukuyama selon laquelle le principe de la reconnaissance universelle a évolué vers la reconnaissance spéciale de groupes particuliers est une critique convaincante des politiques libérales modernes. Ce changement marque un écart significatif par rapport aux principes fondamentaux du libéralisme, qui mettaient l'accent sur les droits humains universels, l'égalité et l'état de droit comme fondements d'une société juste. Dans le cadre libéral traditionnel, l'accent était mis sur la création d'une société où tous les individus, quel que soit leur passé, pouvaient avoir des chances égales et être jugés sur leurs mérites plutôt que sur leur identité.

Cependant, l'essor de la politique d'identité a conduit à un changement de focalisation. Aujourd'hui, les politiques visent souvent à reconnaître et à célébrer les expériences et les défis uniques rencontrés par des groupes spécifiques, en particulier ceux qui ont été historiquement marginalisés ou opprimés. Bien que cette approche ait pour noble objectif de corriger les injustices historiques et de fournir une plateforme aux voix sous-représentées, Fukuyama soutient qu'elle a également eu des conséquences involontaires.

 L'une de ces conséquences est l'érosion du sens de la solidarité collective. Dans le passé, la lutte pour l'égalité économique et la justice sociale était une force unificatrice qui rassemblait les gens malgré diverses divisions. L'accent était mis sur des objectifs communs, tels que la réduction de la pauvreté, l'amélioration de l'éducation et la garantie des soins de santé pour tous. Cependant, le passage à une reconnaissance basée sur l'identité a conduit à une forme de « tribalisme », où la lutte pour la justice sociale est fragmentée en de multiples batailles menées au nom de groupes d'identité individuels.

 Immigration et politique d'identité : Un jeu complexe

 L'immigration est devenue une question controversée dans de nombreux pays, et son intersection avec la politique d'identité ajoute une couche de complexité. Selon Fukuyama, le déclin économique vécu par les groupes majoritaires est souvent attribué à l'immigration et aux politiques basées sur l'identité, alimentant le ressentiment et la résistance. Cette perspective est particulièrement répandue dans les pays où la majorité native se sent économiquement menacée et culturellement déplacée en raison de l'augmentation du nombre d'immigrants.

La montée de la politique d'identité a exacerbé ces tensions. D'un côté, les politiques progressistes visent à protéger les droits et les identités culturelles des immigrants, souvent en présentant cela comme un impératif moral et social. D'un autre côté, ces politiques peuvent être perçues par la majorité comme favorisant les groupes minoritaires à leurs dépens, générant ainsi un sentiment de perte et d'insécurité. Ce sentiment est particulièrement puissant lorsque les conditions économiques sont difficiles et les ressources rares.

Le tournant thérapeutique et son impact sur les politiques publiques

 Francis Fukuyama suggère que le "triomphe du thérapeutique" a significativement influencé la montée de la politique d'identité dans les démocraties libérales comme les États-Unis. Alors que les cadres religieux traditionnels ont décliné, la psychothérapie est intervenue pour combler le vide, se concentrant sur l'auto-réalisation individuelle et la poursuite d'un "moi authentique". Ce changement culturel a eu des implications profondes pour la politique publique, en particulier dans la manière dont les gouvernements abordent les problèmes sociaux.

À l'ère thérapeutique, le rôle de l'État a évolué de garant des droits fondamentaux à facilitateur du bien-être individuel. Les politiques publiques visent de plus en plus à valider les expériences et les identités individuelles, en donnant souvent la priorité au bien-être émotionnel et à la santé psychologique. Bien que cela ait conduit à une plus grande prise de conscience et acceptation des problèmes de santé mentale, cela a également contribué à la fragmentation d'objectifs sociaux plus larges en projets individualisés d'amélioration de soi.

 Cette focalisation sur le bien-être individuel peut parfois détourner de responsabilités collectives et d'objectifs de justice sociale plus larges. Par exemple, des politiques visant à renforcer l'estime de soi dans les communautés marginalisées peuvent ne pas traiter des problèmes systémiques tels que la pauvreté ou le manque d'accès à une éducation de qualité. L'État, dans son nouveau rôle thérapeutique, risque de devenir un facilitateur des quêtes individuelles d'auto-réalisation aux dépens des impératifs communautaires et économiques.

 Francis Fukuyama identifie une tension critique dans les démocraties libérales modernes : la nécessité d'équilibrer la protection des groupes marginalisés avec la poursuite d'objectifs sociétaux globaux. Il soutient que l'accent actuel mis sur la politique d'identité, bien intentionné, risque de saper le tissu de l'action et de la communication collectives. Dans une société de plus en plus fragmentée le long des lignes identitaires, le terrain d'entente nécessaire au dialogue démocratique et à l'action coopérative devient insaisissable.

La solution proposée par Fukuyama est la culture d'une identité nationale inclusive, qui respecte le riche tapis des identités individuelles et de groupe tout en mettant l'accent sur des valeurs et des objectifs partagés. Ce n'est pas un appel à l'assimilation, mais plutôt un appel à une forme d'unité qui respecte la diversité. En favorisant un sentiment d'identité collective, les sociétés peuvent créer un cadre dans lequel les identités individuelles peuvent coexister sans provoquer de fragmentation sociale.

Cependant, la mise en œuvre de cette solution est pleine de défis. Elle exige un acte d'équilibre délicat de la part des décideurs politiques, qui doivent naviguer entre la Scylla de l'effacement des identités individuelles et la Charybde de la promotion d'une forme de nationalisme qui exclut les minorités. De plus, cela demande une réévaluation des programmes éducatifs, des récits publics et même de la rhétorique politique, pour s'assurer qu'ils sont alignés avec cette vision du nationalisme inclusif.

Le point de vue de Fukuyama sur la politique d'identité : Forces et faiblesses

 L'essai de Francis Fukuyama sur la politique d'identité dans les démocraties libérales est à la fois perspicace et imparfait. Du côté positif, il offre un cadre solide pour comprendre les problèmes complexes qui façonnent le paysage politique actuel. L'appel de Fukuyama à une identité nationale inclusive en tant que solution à la nature divisive de la politique d'identité est particulièrement remarquable. Cependant, l'essai présente plusieurs lacunes qui méritent attention. Premièrement, l'affirmation de Fukuyama selon laquelle les défenseurs de la reconnaissance de l'identité ont abandonné l'égalité économique est problématique. Cela néglige l'interconnexion des problèmes économiques et identitaires, suggérant que la lutte pour la reconnaissance de l'identité est souvent alignée avec des réformes économiques plus larges. Deuxièmement, l'essai est entaché de généralisations qui peuvent obscurcir les réalités nuancées de la politique d'identité.

Ces traits généraux peuvent être trompeurs et réduire la complexité des problèmes en jeu. Enfin, la solution proposée par Fukuyama se concentre principalement sur les immigrants nouvellement arrivés, laissant irrésolu le problème plus large de l'inclusion démocratique de tous les groupes d'identité. Cette focalisation étroite suggère une limitation de son approche, car elle ne parvient pas à aborder les complexités d'une société composée de divers groupes d'identité, certains ayant des racines historiques profondes. En résumé, bien que l'essai serve de point de départ précieux pour les discussions sur la politique d'identité, il invite également à une analyse critique. Ses mérites et ses limites contribuent au discours en cours, soulignant la nécessité d'une approche plus nuancée et inclusive. 

Suivre :
Ph.D. en Philosophie (Université Paris Sciences et Lettres). Chercheur associé à l'Université de Montréal, spécialisé en théorie politique et pluralisme. Rédacteur en chef de Politics and Rights Review.

Partager cet article
Suivre :
Ph.D. en Philosophie (Université Paris Sciences et Lettres). Chercheur associé à l'Université de Montréal, spécialisé en théorie politique et pluralisme. Rédacteur en chef de Politics and Rights Review.