Droits politiques vs. droit constitutionnel : La crise catalane

Le cas catalan illustre les tensions et conflits qui surgissent lorsque les gouvernements régionaux poursuivent des voies vers l'indépendance qui contreviennent aux cadres juridiques nationaux.

Jessica Almqvist
Jessica Almqvist
Manifestation pour l'indépendance de la Catalogne. 10 juillet 2010 - Photo par Rob Shenk (CC BY-SA).

Introduction

Dans les États démocratiques, répondre aux mouvements sécessionnistes qui remettent en cause les fondements constitutionnels présente des défis complexes. L'intersection des droits politiques et de l'état de droit pendant de telles crises soulève des questions critiques. Cet article examine comment le Comité des droits de l'homme des Nations Unies (CDH) a traité deux plaintes de dirigeants catalans après la Déclaration d'indépendance de la Catalogne en 2017. Cette déclaration, qui visait à établir la Catalogne en tant que république indépendante, a conduit à d'importants conflits juridiques et politiques avec le gouvernement espagnol.

Le rôle du CDH dans l'évaluation de ces plaintes met en évidence les difficultés à protéger les droits politiques tout en assurant le respect du droit constitutionnel. L'article explore les obstacles procéduraux rencontrés par le CDH, y compris les questions de recevabilité et l'épuisement des recours internes. Il analyse également comment le CDH a évalué le bien-fondé des cas, en particulier dans quelle mesure le passage du temps a influencé ses vues sur les droits politiques en cause.

Les plaintes soumises au CDHNU ont été motivées par la conviction des dirigeants que les autorités espagnoles avaient dépassé leurs limites légales.

De plus, l'article réfléchit aux coûts potentiels de la flexibilité procédurale, en particulier lorsque l'urgence des plaintes n'atteignait pas le seuil de préjudice irréparable. En examinant ces cas, l'article vise à fournir des perspectives sur les implications plus larges pour les États démocratiques confrontés à des mouvements sécessionnistes, en soulignant la nécessité d'équilibrer les droits politiques avec l'état de droit pendant les périodes de crise constitutionnelle.

Le défi du sécessionnisme : Le processus catalan

Les mouvements sécessionnistes, tels que ceux de la Catalogne, du Québec et de l'Écosse, remettent en question les cadres constitutionnels des États démocratiques. En Catalogne, les efforts du gouvernement régional pour parvenir à l'indépendance ont abouti à une déclaration unilatérale d'indépendance en octobre 2017. Cette déclaration était une violation significative du droit constitutionnel espagnol, provoquant des actions immédiates et décisives du gouvernement central espagnol.

A group of Catalan protesters, many draped in Catalonian flags, faces off against a line of police officers during a demonstration advocating for political rights and independence.
Manifestation après le référendum sur l'indépendance de la Catalogne. Photo par Sasha Popovic (CC BY-NC-ND) 3 octobre 2017.

Le gouvernement espagnol a répondu en invoquant l'article 155 de la Constitution espagnole, qui lui permettait de dissoudre le Parlement catalan et de convoquer de nouvelles élections régionales. Ce mouvement sans précédent visait à rétablir l'ordre constitutionnel et à traiter les violations légales commises par les dirigeants catalans. Le gouvernement central a également engagé des poursuites pénales contre plusieurs dirigeants catalans, les accusant de crimes graves tels que la rébellion et la sédition.

Le mouvement indépendantiste catalan avait utilisé les pouvoirs législatifs régionaux pour autoriser un référendum contraignant sur l'indépendance et définir la transition vers une république indépendante. Malgré la suspension et l'annulation de ces lois par la Cour constitutionnelle espagnole, le gouvernement catalan a procédé au référendum le 1er octobre 2017, puis a déclaré l'indépendance le 27 octobre 2017. Ces actions, considérées comme des défis directs à l'intégrité constitutionnelle de l'Espagne, ont conduit à une crise politique et juridique qui a testé les limites de la gouvernance démocratique et de l'état de droit.

Cette situation met en lumière les dynamiques complexes entre les aspirations sécessionnistes et la nécessité pour les États de maintenir l'ordre constitutionnel. Le cas catalan illustre les tensions et les conflits qui surgissent lorsque les gouvernements régionaux poursuivent des voies vers l'indépendance qui contreviennent aux cadres juridiques nationaux.

Contexte des plaintes auprès du CDH

Lors des élections catalanes de décembre 2017, les dirigeants du mouvement indépendantiste ont été réélus, reflétant le soutien continu à leur cause. Cependant, ces dirigeants ont dû faire face à des défis juridiques et politiques importants en raison des accusations portées contre eux. Le gouvernement espagnol avait engagé des poursuites pénales, les accusant de rébellion et de sédition, ce qui imposait de sévères restrictions à leurs droits politiques. Ces accusations et les actions judiciaires subséquentes ont eu des implications profondes sur leur capacité à participer au processus politique.

Un aspect clé de l'engagement du CDH était d'évaluer les mérites des plaintes.

Carles Puigdemont et d'autres dirigeants catalans ont soutenu que ces mesures violaient leurs droits en vertu de l'article 25 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP). L'article 25 garantit le droit de participer aux affaires publiques, de voter et d'être élu, et d'avoir accès aux services publics.

Les dirigeants ont affirmé que la suspension de leurs fonctions publiques était arbitraire, manquant de la prévisibilité et de l'objectivité nécessaires selon les normes internationales. Ils ont soutenu que les accusations de rébellion, qui nécessitent un soulèvement violent et public, n'étaient pas applicables à leurs actions, car les événements menant à la déclaration d'indépendance n'impliquaient pas le niveau de violence nécessaire pour justifier de telles accusations graves.

Les plaintes soumises au CDHNU étaient motivées par la conviction des dirigeants que les autorités espagnoles avaient dépassé leurs limites légales, portant atteinte à leurs droits politiques sans justification adéquate. Ils ont demandé l'intervention du CDH pour traiter ce qu'ils percevaient comme un mauvais usage des dispositions légales visant à supprimer leurs activités politiques. Ce contexte prépare le terrain pour l'examen par le CDH des mérites de ces plaintes, mettant en lumière la tension entre le respect du droit constitutionnel et la protection des droits politiques dans un contexte démocratique.

Obstacles procéduraux

En réponse aux plaintes des dirigeants catalans, l'Espagne a soulevé plusieurs objections procédurales visant à empêcher le CDH de considérer les affaires. Ces objections incluaient des arguments de lis pendens, ce qui suggère que la même question était déjà examinée dans un autre forum, et le non-épuisement des recours internes, qui exige que toutes les voies légales disponibles dans le pays soient épuisées avant de porter une affaire devant un organisme international.

A large crowd gathers to celebrate the Catalonian independence, waving flags and singing, demonstrating their support for political rights and independence.
Activité culturelle pour l'indépendance de la Catalogne. Photo par Jordi Ventura Plans (CC BY-NC) – 27 octobre 2017.

L'Espagne a soutenu que les plaintes devaient être rejetées pour ces raisons. Ils ont affirmé que les pétitionnaires n'avaient pas pleinement utilisé le système juridique interne, comme l'exige le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), avant de se tourner vers le CDH. De plus, l'Espagne a soutenu que les questions soulevées étaient déjà traitées dans d'autres forums juridiques, invoquant ainsi le principe de lis pendens.

Malgré ces objections, le CDH a maintenu une position protectrice envers les pétitionnaires. Le Comité a déclaré les affaires recevables, soulignant l'importance de traiter les violations alléguées des droits politiques. En justifiant sa décision, le CDH a souligné des préoccupations d'économie procédurale, notant que rejeter les affaires entraînerait probablement que les pétitionnaires soumettent à nouveau leurs plaintes après avoir épuisé les recours internes. Cela ne ferait que retarder le processus et prolonger la résolution des questions en cause.

La décision du CDH de poursuivre les affaires malgré les objections procédurales souligne son engagement à garantir l'accès à la justice pour les individus revendiquant des violations de leurs droits politiques lors d'une crise constitutionnelle. En se concentrant sur les questions de fond plutôt que de se voir strictement lié par des subtilités procédurales, le Comité visait à fournir un recours aux pétitionnaires, renforçant ainsi la protection des droits politiques dans le cadre du droit international des droits humains.

Analyse de l'engagement du CDH

Le Comité des droits de l'homme (CDH) a été confronté à un défi complexe en traitant les plaintes des dirigeants catalans. Trouver un équilibre entre la protection des droits politiques et le maintien de l'intégrité procédurale était essentiel. Le CDH devait naviguer soigneusement dans son rôle pour éviter d'empiéter sur la juridiction des tribunaux nationaux tout en examinant minutieusement les plaintes.

Protesters advocating for political rights wave Catalan flags in the aftermath of the Catalonian Independence Referendum. Photo by Sasha Popovic (CC BY-NC-ND).
Des manifestants brandissent des drapeaux catalans lors d'une grande manifestation après le Référendum sur l'Indépendance de la Catalogne. Photo de Sasha Popovic (CC BY-NC-ND).

Un aspect clé de l'engagement du CDH était d'évaluer les mérites des plaintes. Le Comité devait déterminer si les accusations de rébellion contre les dirigeants catalans étaient justifiées dans les circonstances spécifiques des manifestations catalanes. La loi espagnole définit la rébellion comme un soulèvement violent et public, mais les dirigeants catalans ont soutenu que leurs actions étaient pacifiques et ne répondaient pas à cette définition.

Le CDH a conclu que l'Espagne avait violé les droits politiques des dirigeants catalans en les suspendant de leurs fonctions pendant les procédures pénales.

Dans son analyse, le CDH a examiné la nature des événements en Catalogne, y compris les manifestations des 20 et 21 septembre 2017. Le Comité a évalué si ces événements constituaient un soulèvement violent ou si, comme le soutenaient les pétitionnaires, ils étaient en grande partie pacifiques. Cette évaluation était cruciale pour décider si la suspension des dirigeants de leurs fonctions publiques et les accusations subséquentes étaient appropriées et proportionnées.

L'approche du CDH soulignait son engagement à protéger les droits politiques tout en respectant les exigences procédurales du droit international des droits de l'homme. Le Comité visait à fonder ses décisions sur une analyse approfondie et objective des faits, en veillant à ne pas interférer avec les processus judiciaires nationaux. En se concentrant sur des normes légales spécifiques et le contexte des événements, le CDH a cherché à offrir une résolution équilibrée et équitable aux plaintes, renforçant ainsi les principes de justice et de droits de l'homme.

Le traitement minutieux de ces affaires par le CDH met en lumière le rôle vital des mécanismes internationaux des droits de l'homme dans le traitement des questions juridiques et politiques complexes. Il démontre également les défis auxquels ces organismes sont confrontés pour équilibrer la souveraineté nationale avec les obligations internationales en matière de droits de l'homme. Grâce à son approche mesurée, le CDH a cherché à maintenir l'intégrité procédurale tout en protégeant les droits politiques dans une situation hautement contentieuse et politiquement sensible. Les opinions séparées jointes aux conclusions du Comité dans les affaires ont indiqué quelques différences parmi ses membres quant à savoir s'ils avaient réussi à le faire.

Défendre les droits politiques rétrospectivement

Le CDH a conclu que l'Espagne avait violé les droits politiques des dirigeants catalans en les suspendant de leurs fonctions pendant les procédures pénales. Cette conclusion était basée sur l'évaluation que la suspension automatique et collective manquait d'analyse individuelle et de proportionnalité, qui sont essentielles en vertu de l'article 25 du PIDCP. Cependant, la décision était étroitement axée sur la période de suspension et n'a pas abordé les allégations plus larges initialement soulevées par Puigdemont, telles que celles liées à la liberté d'expression et le droit à un tribunal impartial.

A police officer listens attentively as a protester passionately argues during a demonstration advocating for political rights in Catalonia.
Un policier écoute un manifestant parler lors d'une manifestation après le Référendum sur l'Indépendance de la Catalogne. Photo de Sasha Popovic (CC BY-NC-ND).

Le passage du temps entre les événements en Catalogne et l'évaluation du CDH a joué un rôle significatif dans la formation du résultat. Les opinions du CDH ont été influencées par les développements survenus au cours de la période intermédiaire, y compris les procédures judiciaires en Espagne et le contexte politique plus large. Ce retard a abouti à un résultat plus modeste par rapport à d'autres opinions internationales sur la question, comme celles du Groupe de travail sur la détention arbitraire, qui avait adopté une position plus ferme en faveur des pétitionnaires.

Le CDH a équilibré l'intégrité procédurale avec la garantie de justice pour les personnes dont les droits politiques étaient en jeu.

Malgré la portée limitée de la décision, le CDH a souligné l'importance de maintenir les droits politiques même en temps de crise. Le Comité a demandé à l'Espagne de fournir des remèdes efficaces aux dirigeants affectés et de prendre des mesures pour prévenir des violations similaires à l'avenir. Cependant, le CDH a estimé que la publication et la diffusion de ses opinions constituaient une réparation suffisante, laissant la mise en œuvre de mesures plus concrètes à la discrétion des autorités espagnoles.

La décision du CDH souligne les défis liés à la protection des droits politiques dans le contexte d'une crise de l'état de droit. Bien que le Comité ait cherché à protéger les droits des pétitionnaires, le passage du temps et les complexités de l'affaire ont conduit à une approche prudente. Cela reflète la difficulté plus large de concilier la nécessité d'une action rapide et décisive avec les principes d'équité juridique et d'intégrité procédurale dans l'arbitrage international des droits de l'homme.

Conclusion

L'engagement du CDH avec les plaintes des dirigeants catalans met en lumière les complexités de la protection des droits politiques pendant une crise de l'état de droit. La posture protectrice du Comité envers les pétitionnaires était évidente, mais la flexibilité procédurale et l'influence de la rétrospective ont fortement influencé les opinions finales. Ces affaires soulignent les défis inhérents auxquels les États démocratiques sont confrontés pour équilibrer l'intégrité constitutionnelle avec la protection des droits politiques en période de bouleversement politique majeur.

L'approche du CDH illustrait le délicat exercice consistant à maintenir l'intégrité procédurale tout en garantissant la justice pour les personnes dont les droits politiques étaient en jeu. En naviguant entre le respect des normes internationales des droits de l'homme et le respect des cadres juridiques nationaux, le CDH a cherché à fournir une évaluation équitable des plaintes. Cet équilibre est crucial pour renforcer la légitimité des mécanismes internationaux des droits de l'homme et leur rôle dans la protection des droits individuels contre les abus potentiels de l'État.

L'influence du temps sur le processus de décision du CDH a encore compliqué l'engagement. Le retard entre les événements initiaux et l'évaluation finale a conduit à un résultat plus prudent et modeste. Cela met en évidence la difficulté d'aborder des situations politiques en évolution rapide avec la rigueur procédurale requise par les organes internationaux. La décision de limiter la portée des conclusions à la période de suspension, plutôt que d'aborder des allégations plus larges, reflète cette approche prudente.

Dans l'ensemble, la gestion de ces affaires par le CDH offre des perspectives précieuses sur l'interaction entre les droits politiques et l'état de droit dans les États démocratiques. Elle met l'accent sur la nécessité de réponses internationales rapides et efficaces pour protéger les droits politiques tout en respectant l'équité procédurale et la souveraineté nationale. Les affaires catalanes rappellent la lutte constante pour équilibrer ces principes en période de crise politique, soulignant le rôle vital des organes internationaux des droits de l'homme dans la protection des valeurs démocratiques.

Adapté d'unarticle académique pour un public plus large, sous licence CC BY 4.0

Comment citer cet article

Almqvist, J. (2024, 8 juillet). Droits politiques vs. droit constitutionnel : La crise catalane. Politics and Rights Review. https://politicsrights.com/fr/droits-politiques-crise-constitutionnelle-catalane/
Partager cet article
Professeure de droit international et droits humains à l'Université de Lund et chercheuse associée à l'Institut royal Elcano pour les études internationales et stratégiques à Madrid. Elle est titulaire d'un doctorat en droit de l'Institut universitaire européen de Florence. Elle possède également un diplôme de troisième cycle en sciences politiques de l'UC Berkeley et a été chercheuse invitée à la Faculté de droit de Columbia. Ses principaux domaines de recherche incluent la théorie et la pratique des droits humains, l'arbitrage international et la sécurité collective.