Démocraties qualifiées : Innovation multidimensionnelle éternelle

Democracy's future hinges on embracing a multi-dimensional, dialectical approach that is both procedural and ethical, participatory and reflective.

Masaya Kobayashi
Masaya Kobayashi
Masao Maruyama, théoricien politique japonais influent, a analysé de manière critique la démocratie et l'autoritarisme, inspirant un engagement démocratique plus profond. Photo par Continent.

Réévaluer les fondements démocratiques

La démocratie se dresse comme un thème central tant dans la philosophie politique que publique, mais elle est actuellement soumise à un examen minutieux. Historiquement célébrée comme l'épitomé de la gouvernance équitable, elle lutte désormais contre l'émergence de tendances autoritaires et la propagation du populisme, ainsi qu'une baisse notable de l'efficacité des institutions démocratiques à gérer les crises tant globales que locales.

Le concept de démocratie qualifiée offre un cadre essentiel en réponse, plaidant pour un engagement plus profond et substantiel que ce que les systèmes électoraux traditionnels et les actes participatifs superficiels fournissent généralement. Cette approche vise à intégrer les valeurs démocratiques plus profondément dans les interactions quotidiennes et les processus décisionnels au sein de la sphère publique, avec pour objectif de revitaliser les principes fondamentaux de la démocratie à la lumière des défis modernes.

La démocratie qualifiée déplace la perspective de la démocratie d'événements électoraux isolés à une participation continue, active et informée.

Cette discussion mettra en lumière comment les améliorations théoriques et les applications pratiques de la démocratie qualifiée peuvent potentiellement stabiliser et dynamiser les pratiques démocratiques. En abordant le besoin urgent d'une évolution substantielle de la théorie démocratique, cet article prépare le terrain pour un examen approfondi de la manière dont la démocratie peut être qualitativement réformée pour servir plus efficacement ses citoyens dans notre ère contemporaine complexe.

Des mécanismes électoraux à un engagement plus profond

La notion dominante selon laquelle la démocratie formelle, principalement caractérisée par des élections et des processus parlementaires, est suffisante pour encapsuler l'éthos démocratique est de plus en plus remise en question. Les défis posés par des phénomènes mondiaux tels que la mondialisation économique et la montée du populisme ont révélé des lacunes importantes dans les démocraties purement électorales. Ces systèmes, tout en maintenant la façade de l'engagement démocratique par des élections périodiques, ne parviennent souvent pas à aborder ou à atténuer véritablement les problèmes complexes auxquels sont confrontées les sociétés modernes.

Les tensions entre les modèles orientés vers le consensus et ceux orientés vers le conflit soulignent un débat plus large au sein des démocraties qualifiées.

Alors que nous orientons notre attention vers une forme de gouvernance plus enrichie, le concept de démocratie qualifiée présente une approche transformatrice. Ce modèle va au-delà du cadre électoral traditionnel pour incorporer des mécanismes plus robustes d'engagement civique et de délibération publique. Il met l'accent sur l'importance de pratiques démocratiques plus profondes et substantielles qui peuvent répondre plus efficacement aux besoins de la société et améliorer la responsabilité gouvernementale.

L'évolution de la démocratie qualifiée représente donc un changement de paradigme, en passant de la démocratie considérée comme une série d'événements électoraux isolés à la comprendre comme un processus continu de participation active et informée. Cette approche redéfinie enrichit non seulement le paysage démocratique, mais elle permet également aux citoyens de jouer un rôle plus actif dans la structuration de leur gouvernance. En favorisant une culture de participation continue, la démocratie qualifiée vise à créer un système démocratique plus réactif et résilient, capable de résister aux pressions et défis du XXIe siècle.

Élargir le modèle démocratique par des démocraties qualifiées

L'exploration de la démocratie qualifiée se poursuit alors que nous analysons des théories qui plaident pour un cadre élargi d'engagement démocratique. La démocratie participative, la démocratie délibérative et la démocratie associative sont toutes des facettes de ce modèle enrichi, chacune proposant des mécanismes pour étendre le processus démocratique fondamental au-delà des limites traditionnelles. Ces théories partagent un objectif commun : favoriser une citoyenneté plus engagée et informée, capable de participer de manière significative au processus de gouvernance.

La démocratie participative met l'accent sur la participation active des individus à la prise de décision politique au-delà du simple vote. Elle soutient des structures permettant une participation continue à la formulation des politiques et à la prise de décision communautaire.

La démocratie délibérative, quant à elle, défend l'idée que, grâce au discours rationnel et à la construction de consensus, les décisions démocratiques peuvent gagner en légitimité et en efficacité. Cette approche promeut des discussions et des débats organisés qui impliquent le public directement dans le processus législatif, en veillant à ce que les politiques soient non seulement discutées dans les assemblées représentatives, mais aussi parmi le grand public.

La démocratie associative adopte une approche légèrement différente en soulignant le rôle des associations volontaires dans la gestion des affaires publiques. Elle suggère qu'un réseau robuste d'organisations civiques peut aider à démocratiser davantage la société en décentralisant le pouvoir et en renforçant les capacités des communautés à gérer leurs ressources et leurs défis.

Ensemble, ces modèles de démocratie qualifiée constituent des ‘démocraties qualifiées’, menant à une approche plus profonde et plus robuste de la gouvernance démocratique qui valorise l'engagement continu, le discours éclairé et l'autonomisation communautaire. Chaque modèle contribue de manière unique à l'objectif de renforcer les pratiques démocratiques, en veillant à ce que la démocratie reste dynamique et significative pour aborder les problèmes complexes des sociétés modernes.

Confronter les paradoxes démocratiques

Dans le cadre des démocraties qualifiées, des tensions et des paradoxes inhérents émergent, en particulier entre les théories qui privilégient le consensus et celles qui prônent la reconnaissance des conflits inhérents au sein des communautés politiques. Ces conflits théoriques représentent un aspect crucial de l'évolution vers un modèle démocratique plus robuste.

L'approche néo-dialectique éternelle soutient un système politique plus résilient et réactif.

Par exemple, la démocratie délibérative repose sur l'idée que, par des discussions rationnelles ou raisonnables visant à la construction de consensus, les décisions politiques peuvent gagner en légitimité et en acceptation. Une théorie représentative suppose qu'une situation idéale de parole peut être créée, où les parties s'engagent dans des discussions sans déséquilibres de pouvoir et sans coercition, dans le but d'atteindre une compréhension et un accord mutuels. Ce modèle est attrayant pour son engagement envers la raison et l'inclusivité dans le discours public.

En revanche, la démocratie radicale remet en cause l'idée que le consensus doit toujours être l'objectif. Elle reconnaît l'inévitabilité du désaccord et du conflit dans les processus démocratiques et soutient que ces éléments sont vitaux pour la vitalité et le réalisme de la vie démocratique. La démocratie radicale valorise l'expression des points de vue divergents et le choc dynamique des intérêts, les considérant comme essentiels à l'authenticité de l'engagement démocratique.

Ces tensions entre les modèles orientés vers le consensus et ceux orientés vers le conflit soulignent un débat plus large au sein des démocraties qualifiées sur la meilleure manière de réaliser les idéaux démocratiques. Chaque approche offre des idées précieuses sur la manière dont les démocraties peuvent gérer les conflits internes et s'efforcer de légitimité. En abordant ces paradoxes, les débats entre les démocraties qualifiées aboutissent au raffinement de la théorie et de la pratique démocratiques, en veillant à ce qu'elles soient équipées pour gérer les complexités de la vie politique contemporaine.

Democracy as an Everlasting Dialectical Revolution

Au fur et à mesure que le discours autour des démocraties qualifiées s'approfondit, l'approche néo-dialectique proposée par Masao Maruyama, un éminent théoricien politique japonais d'après-guerre, offre une perspective théorique essentielle. Maruyama a conceptualisé la démocratie comme une 'révolution éternelle', un processus dynamique continu dans lequel les conflits et le consensus ne sont pas des points finaux mais plutôt des parties intégrantes d'un dialogue continu qui façonne et refaçonne les normes et les pratiques démocratiques.

Cette notion de mouvement éternel peut être décrite comme un processus néo-dialectique ou dialectique éternel. Conformément à la terminologie de Maruyama, cela s'appelle 'Démocratie comme la Révolution Dialectique Éternelle.'

La démocratie de haute qualité vise à élever la participation démocratique au-delà du simple vote, en embrassant le concept de démocratie spirituelle radicale.

Cette vision dialectique éternelle embrasse la complexité de la démocratie en reconnaissant qu'elle doit constamment évoluer pour relever de nouveaux défis et intégrer diverses perspectives. Elle reconnaît les contradictions inhérentes à la démocratie - entre l'individu et le collectif, la majorité et la minorité - et voit ces tensions comme des opportunités pour le renouveau démocratique plutôt que comme des obstacles.

En préconisant une démocratie qui s'adapte et se réforme continuellement, l'approche néo-dialectique éternelle soutient un système politique plus résilient et réactif. Elle suggère que la santé d'une démocratie ne se mesure pas seulement par la stabilité de ses institutions mais par sa capacité à s'engager dans l'autocritique et la transformation. Cette perspective est cruciale à une époque où les modèles statiques de démocratie ne parviennent pas à satisfaire les demandes de sociétés diversifiées et changeantes.

Dans ce contexte, la démocratie qualifiée, enrichie par le cadre dialectique éternel, offre une voie vers une pratique démocratique plus inclusive et efficace. Elle encourage une réévaluation perpétuelle des normes et des institutions démocratiques pour s'assurer qu'elles restent pertinentes et réactives aux besoins de la population, favorisant un environnement démocratique dynamique et durable.

Améliorer la qualité démocratique

La poursuite d'une démocratie de haute qualité est un objectif essentiel dans le contexte de la démocratie qualifiée. Cela implique non seulement d'élargir les mécanismes de participation et de délibération, mais aussi d'améliorer les dimensions éthiques et spirituelles de l'engagement public. Un modèle démocratique aussi enrichi exige un accent sur les aspects qualitatifs de la gouvernance, où les vertus civiques et les normes éthiques sont aussi significatives que les normes procédurales.

La démocratie doit être comprise et pratiquée comme une révolution perpétuelle multidimensionnelle.

La démocratie de haute qualité cherche à élever le caractère de la participation démocratique au-delà du simple acte de voter. Elle intègre l'idée de 'démocratie spirituelle radicale', où la croissance spirituelle et éthique des individus contribue à un processus démocratique plus profond et réfléchi.

Ce concept, inspiré par la vision de Masao Maruyama d'intégrer les vertus aristocratiques aux idéaux démocratiques, suggère qu'une démocratie véritablement robuste nécessite une population non seulement politiquement active, mais aussi éthiquement informée et engagée. C'est la vision de la démocratie idéale élucidée par le communautarisme et le républicanisme dans la philosophie politique contemporaine : l'autogouvernance par des personnes souveraines dotées de vertus holistiques ou civiques.

Dans ce cadre raffiné, la démocratie est perçue comme une interaction dynamique entre l'orientation morale interne de l'individu et les arrangements institutionnels externes. Elle défie la communauté de dépasser la simple règle de la majorité et d'adopter une approche plus nuancée qui valorise la sagesse, l'intégrité et l'esprit public. Un tel modèle encourage les citoyens à réfléchir de manière critique à leurs rôles et responsabilités, favorisant un environnement politique où les considérations éthiques sont primordiales.

En préconisant une démocratie de haute qualité, cette approche vise à prévenir la dégénérescence des systèmes démocratiques en populisme ou en autoritarisme, en veillant à ce que la démocratie reste une force véritablement émancipatrice pour tous les membres de la société. Elle souligne la nécessité d'une éducation continue et d'un développement moral comme pierres angulaires d'un système démocratique dynamique et durable.

Conclusion : Vers la démocratie multidimensionnelle éternelle

En synthétisant les idées et les défis discutés, il devient évident que la démocratie doit être comprise et pratiquée comme une révolution perpétuelle multidimensionnelle. Ce concept, profondément enraciné dans l'approche dialectique éternelle, souligne la nécessité d'évoluer continuellement les processus démocratiques pour aborder les tensions inhérentes entre la participation intense, la gouvernance collective et les impératifs éthiques.

Ces trois éléments correspondent respectivement aux trois dimensions suivantes concernant les relations humaines et l'esprit : dimensions horizontales, verticales et élevationnelles. En conséquence, la démocratie doit surmonter les tensions entre ces trois dimensions dans le cadre du mouvement néo-dialectique éternel au-delà des oppositions. Ainsi, la nouvelle théorie démocratique se concentre sur l'idée de la ‘démocratie multidimensionnelle dialectique éternelle’ ou la ‘démocratie 3D néo-dialectique.’

L'amalgame de démocraties qualifiées peut conduire à une forme de démocratie plus profonde et plus substantielle.

Comme le terme philosophique ‘dialectique’ est peu connu des gens ordinaires, cela peut être abrégé en ‘Démocratie Multidimensionnelle Éternelle (EMDD).’ Ce concept représente la vision de ‘Démocratie comme la Révolution Multidimensionnelle Éternelle,’ signifiant la notion d'une approche durable et globale de la démocratie.

L'idée de la démocratie qualifiée, telle qu'exposée à travers diverses améliorations théoriques comme les démocraties participative, délibérative et associative, reflète un engagement profond à repenser et revitaliser le projet démocratique. Chaque modèle contribue de manière unique à combler les lacunes et les échecs des systèmes démocratiques traditionnels, suggérant qu'aucun modèle unique ne peut satisfaire de manière exhaustive les exigences complexes des sociétés contemporaines. Par conséquent, l'amalgame de démocraties qualifiées peut conduire à une forme de démocratie plus profonde et plus substantielle. Cet effort améliore l'engagement horizontal des personnes, ainsi que la gouvernance verticale collective.

En outre, la démocratie qualifiée peut évoluer vers une démocratie de haute qualité en incorporant des éléments qualitatifs et éthiques le long de la dimension élévationnelle. Ce modèle peut être vu comme une démocratie qualifiée de haute qualité. Cette évolution de la démocratie implique l'intégration tridimensionnelle de la gouvernance collective verticale, de l'engagement civique horizontal et de la vertu élévationnelle.

Voir la démocratie comme une ‘révolution éternelle multidimensionnelle’ nous engage à une amélioration continue et à une adaptation.

De plus, l'intégration de ces modèles dans un cadre dialectique éternel—soulignant l'interaction continue entre des forces conflictuelles et des tendances harmonisantes—offre une voie solide vers l'avenir. Elle nous invite à considérer la démocratie non pas comme un point final statique, mais comme un processus dynamique et évolutif qui doit continuellement s'adapter à de nouveaux défis et intégrer diverses perspectives.

Par conséquent, l'avenir de la démocratie réside dans l'adoption de ce mouvement multidimensionnel et néo-dialectique. Elle appelle à une démocratie qui ne soit pas seulement procédurale, mais aussi profondément éthique, non seulement participative, mais aussi réfléchie, en veillant à ce que le processus démocratique soit inclusif, juste et réactif aux besoins de tous les citoyens.

En voyant la démocratie comme la ‘révolution éternelle multidimensionnelle,’ nous nous engageons à un processus sans fin d'amélioration et d'adaptation, essentiel pour la survie et l'épanouissement des idéaux démocratiques dans un monde en rapide évolution. Cette vision évolutive de la démocratie multidimensionnelle éternelle fournit un cadre optimiste et pratique pour un engagement et une gouvernance démocratiques durables.

Politics and Rights Review a adapté le chapitre académique intitulé ‘Democracy as a Perpetual Revolution: New Political Theory beyond Five Paradoxes,’ écrit par Masaya Kobayashi. Cet article a été publié à l'origine dans le livre Democracy – Crises and Changes Across the Globe et est sous licence CC BY 4.0. Cette adaptation, revue par l'auteur, inclut des améliorations et des clarifications qui enrichissent la discussion académique originale.

Comment citer cet article

Kobayashi, M. (2024, 16 mai). Démocraties qualifiées : Innovation multidimensionnelle éternelle. Politics and Rights Review. https://politicsrights.com/fr/democraties-qualifiees-eternelles
DOI:10.5281/zenodo.11205951
Partager cet article
Doyen de l'École des études supérieures en sciences sociales et professeur de Philosophie politique, de Philosophie publique et de Politique comparée à l'Université de Chiba, Japon. Directeur de la Société japonaise de psychologie positive de la santé et est le chef du Centre de recherche sur les affaires publiques. Il a été chercheur à l'Université de Tokyo et chercheur invité et Bye-Fellow à l'Université de Cambridge, son expertise couvre la philosophie politique, la psychologie positive, la politique publique et la pensée comparative.