Déclin de la liberté d'expression et vulnérabilité sociale de la démocratie

La liberté d'expression est essentielle pour une société libre, impactant à la fois les individus et la démocratie. Sa suppression conduit à une vulnérabilité sociale accrue.

Aniceto Masferrer
Aniceto Masferrer
Image par Politics and Rights Review.

La liberté d'expression est une partie fondamentale de la vie dans une société libre et ouverte et un besoin fondamental de tout être humain. Son absence a des conséquences significatives, non seulement pour les individus mais aussi pour toute la communauté sociale. Ce document examine la relation entre la liberté d'expression, la moralité publique et la démocratie, et comment les défis modernes menacent ces principes, entraînant une vulnérabilité sociale accrue. La suppression de la liberté d'expression rend les individus plus vulnérables et affaiblit les systèmes démocratiques.

Historiquement, la liberté d'expression a été entrelacée avec d'autres libertés fondamentales telles que la liberté de conscience, de religion, de pensée, de croyance, d'opinion et le droit de réunion et d'association pacifiques. Ces libertés étaient centrales pour le constitutionnalisme libéral et ont été des éléments essentiels des démocraties constitutionnelles depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Comme Franklin D. Roosevelt l'a articulé dans son discours sur l'état de l'Union de 1941, la liberté de parole et d'expression est fondamentale pour l'éthos démocratique et faisait partie des objectifs primaires pendant la guerre contre la tyrannie.

La lutte continue pour sauvegarder la liberté d'expression souligne son importance critique pour maintenir une démocratie vibrante et saine.

Malgré ces protections, les défis contemporains à la liberté d'expression proviennent de diverses formes de pression sociale et de politiques gouvernementales qui sapent la pluralité des opinions. Ces pressions peuvent se manifester par la censure, directe ou indirecte, où les individus sont dissuadés d'exprimer leurs pensées par peur des répercussions ou des actions punitives. Cette suppression non seulement réduit au silence les individus, mais érode également le tissu démocratique de la société, entraînant une vulnérabilité accrue parmi ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas exprimer leurs opinions dissidentes.

Le déclin de la liberté d'expression crée un effet dissuasif, où la peur des répercussions empêche le dialogue ouvert et l'échange d'idées. Cet environnement étouffe l'innovation, la pensée critique et la capacité à aborder efficacement les problèmes sociétaux. Dans un tel climat, les progrès individuels et collectifs sont entravés, et la santé globale du système démocratique est compromise.

Contexte historique de la liberté d'expression

La liberté d'expression a une histoire complexe enracinée dans les mouvements culturels et intellectuels des Lumières. Des penseurs comme Kant ont souligné l'importance du droit de l'individu à exprimer des opinions publiquement, même contre l'autorité souveraine. Kant a soutenu que la liberté d'écrire est cruciale pour défendre les droits du peuple, à condition qu'elle respecte le cadre constitutionnel.

La moralité publique doit être façonnée par les citoyens par le biais de la liberté d'expression.

La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de France (1789) était un document pivot, proclamant la communication sans entrave des pensées et des opinions comme l'un des droits les plus précieux.

L'article 11 de la Déclaration stipulait explicitement que tout citoyen peut parler, écrire et publier librement, avec responsabilité pour tout abus de cette liberté, tel que déterminé par la loi. Ce principe a été incorporé dans la première Constitution française en 1791, qui soulignait le droit naturel et civil à la liberté d'expression.

De même, les États-Unis ont consacré la liberté d'expression dans le Premier Amendement de leur Constitution en 1791, interdisant au Congrès de promulguer des lois restreignant la liberté d'expression ou de presse. Ce texte fondamental reflète l'influence des Lumières et l'engagement à protéger les libertés individuelles contre l'excès du gouvernement.

En Espagne, le développement de la liberté d'expression a été marqué par des jalons juridiques significatifs. La Constitution de Cadix (1812) a été l'un des premiers documents à garantir la liberté d'écrire, d'imprimer et de publier des idées politiques sans censure préalable. Ce principe a été renforcé par les constitutions espagnoles ultérieures, y compris la Constitution de 1869, qui protégeait explicitement le droit d'exprimer librement des idées et des opinions.

Cependant, l'application pratique de ces droits a rencontré de nombreux défis. Par exemple, pendant le Triennat libéral (1820-1823),l'exercice de la liberté d'expression a rencontré l'opposition de divers groupes, conduisant à la mise en œuvre de mesures restrictives et à l'inclusion de limitations dans le Code pénal espagnol.

Ces développements historiques soulignent la lutte incessante pour protéger la liberté d'expression contre diverses formes de suppression. Malgré la reconnaissance juridique de ce droit fondamental, les pressions sociales et gouvernementales ont continuellement menacé sa pleine réalisation. La lutte continue pour sauvegarder la liberté d'expression souligne son importance cruciale pour maintenir une démocratie vivante et saine.

La moralité publique et ses modèles : Libertarisme vs. perfectionnisme

La moralité publique est un ensemble de croyances et de valeurs largement acceptées par la société, évoluant constamment au fil du temps. Dans les démocraties, la moralité publique doit être façonnée par les citoyens grâce à la liberté d'expression. Deux modèles principaux influencent la moralité publique : le libertarisme et le perfectionnisme.

Les libertaires privilégient la liberté individuelle, s'opposant à toute contrainte éthique sur les décisions personnelles. Ils soutiennent que la liberté est le principe éthique fondamental et que toute tentative de réduire la capacité d'une personne à faire des choix est une ingérence illégitime. Cette perspective s'étend à divers domaines, y compris l'euthanasie, l'avortement, la consommation de drogues et les politiques économiques. Par exemple, les libertaires s'opposeraient aux lois qui interdisent ou imposent certaines actions, plaidant plutôt pour l'autonomie personnelle et le droit de choisir. Le libertarisme résiste donc aux impositions éthiques, prônant une intervention minimale de l'État dans les choix personnels.

Équilibrer la liberté individuelle avec la promotion du bien commun reste un dilemme central pour les décideurs politiques et les citoyens.

Les perfectionnistes, en revanche, croient en la promotion d'une conduite vertueuse pour le bien commun. Ils soutiennent que la société doit former des citoyens exemplaires en établissant des normes éthiques qui promeuvent la justice et la paix sociale. Cette perspective est enracinée dans les philosophies de Platon, Aristote et Thomas d'Aquin, qui ont souligné l'importance d'une conduite vertueuse pour le bien-être de la société. Les perfectionnistes plaident pour des lois et des politiques qui reflètent ces normes éthiques, visant à façonner le comportement des citoyens de manière à bénéficier à toute la communauté. Ils maintiennent que la liberté individuelle doit être équilibrée avec la nécessité de promouvoir la vertu et le bien commun, souvent par l'intervention de l'État.

La tension entre ces deux modèles est évidente dans leurs approches de l'éthique publique. Les libertaires critiquent les politiques perfectionnistes comme paternalistes et empiétant sur l'autonomie individuelle. En revanche, les perfectionnistes soutiennent que sans un cadre de normes éthiques, la société ne peut garantir la justice et la stabilité sociale. Cette lutte continue façonne la moralité publique et impacte les sociétés démocratiques, car les deux modèles cherchent à influencer l'éthique publique par l'éducation, la culture et la loi.

Le débat entre le libertarisme et le perfectionnisme s'étend également à la manière dont la moralité publique doit être enseignée et appliquée. Les libertaires mettent l'accent sur le rôle des marchés libres et des associations volontaires dans la formation des normes éthiques, tandis que les perfectionnistes soutiennent les initiatives et les régulations menées par l'État pour promouvoir une conduite vertueuse. Cette dichotomie est évidente dans les débats sur des questions telles que la légalisation des drogues, où les libertaires plaident pour la dépénalisation et le choix individuel, tandis que les perfectionnistes prônent des réglementations strictes pour protéger le bien-être de la société.

Le conflit entre le libertarisme et le perfectionnisme souligne la complexité de la formation de la moralité publique dans les sociétés démocratiques. Les deux modèles offrent des perspectives précieuses mais posent également des défis significatifs. Équilibrer la liberté individuelle avec la promotion du bien commun reste un dilemme central pour les décideurs politiques et les citoyens. Le dialogue continu entre ces perspectives est crucial pour maintenir une moralité publique dynamique et inclusive qui reflète les diverses valeurs et croyances d'une société démocratique.

Moralité publique, démocratie délibérative et liberté d'expression

Dans une démocratie délibérative, la moralité publique est façonnée par l'interaction dynamique entre les moralités privées et publiques, facilitée par la liberté d'expression. Les citoyens doivent être libres d'exprimer des opinions dissidentes sans crainte de représailles, car cela est essentiel à la prise de décision démocratique. La loi doit protéger et promouvoir la libre expression des idées, même celles contraires à l'éthique publique dominante. Cela garantit un flux constant entre les moralités privées et publiques, favorisant une culture de dialogue et de respect mutuel. Interdire la dissidence ou limiter la liberté d'expression sape la démocratie et réduit la capacité des individus à contribuer à la formation de leur communauté politique, les rendant plus vulnérables.

La démocratie délibérative exige que l'État s'abstienne d'être le principal agent de la formation de la moralité publique.

L'essence de la démocratie délibérative réside dans la capacité des citoyens à participer à des discussions et des débats justes et raisonnables. Ce processus exige que les individus puissent exprimer leurs moralités privées et contester l'éthique publique sans subir de répercussions légales ou sociales.

La loi ne doit pas seulement permettre mais aussi encourager cet échange d'idées, garantissant que la moralité publique reste un reflet des points de vue divers au sein de la société. En favorisant un environnement où la dissidence est protégée, les systèmes démocratiques peuvent maintenir leur intégrité et leur résilience face aux tendances autoritaires.

Un aspect clé de ce processus dynamique est la protection des opinions minoritaires. Dans une société véritablement démocratique, les points de vue des groupes minoritaires doivent recevoir la même considération que ceux de la majorité. Cette inclusivité est cruciale pour prévenir la domination d'une seule perspective et assurer que la moralité publique soit continuellement façonnée par un large éventail de voix. La suppression des opinions dissidentes ne fait pas seulement échouer le processus démocratique, mais crée également une culture de conformité qui étouffe l'innovation et le progrès.

De plus, la démocratie délibérative exige que l'État s'abstienne d'être le principal agent de la formation de la moralité publique. Au lieu de cela, il doit faciliter un cadre où les individus et les groupes divers peuvent contribuer au dialogue continu sur les valeurs sociétales. Cette approche garantit que la moralité publique n'est pas statique mais évolue avec les croyances et les besoins changeants de la société. Elle empêche également l'imposition d'un ensemble monolithique de valeurs qui peut ne pas refléter la nature pluraliste d'une communauté démocratique.

Pour que la démocratie prospère, il est essentiel que la moralité publique ne soit pas dictée par des lobbies puissants ou par l'État, mais qu'elle soit le produit de l'apport collectif de ses citoyens. Cela nécessite un environnement légal et social qui soutienne l'échange libre des idées, protège la dissidence et encourage la participation active au discours public. Ce faisant, les sociétés démocratiques peuvent garantir que la moralité publique reste pertinente, inclusive et reflète les points de vue divers de ses membres.

Démocratie, liberté d'expression et droit de dissidence

Il n'y a pas de démocratie sans liberté d'expression, et cette liberté n'est réelle que si elle inclut le droit de dissidence. Rejeter la dissidence sape la démocratie délibérative et conduit à l'autoritarisme. La véritable démocratie exige que les citoyens puissent penser par eux-mêmes, exprimer leurs pensées publiquement et contribuer à la formation de l'éthique publique. Ce processus dynamique prévient la corruption démocratique et assure que la liberté politique d'une communauté repose sur la somme des libertés individuelles. Les lois doivent protéger l'expression des opinions dissidentes, tant qu'elles n'incitent pas à la haine ou à la violence. Cette protection est essentielle pour maintenir une démocratie pluraliste et inclusive.

La liberté d'expression est essentielle pour le libéralisme politique, le développement humain et le bonheur social.

La dissidence est souvent perçue comme une menace pour l'harmonie sociale, mais c'est en réalité un composant vital d'une démocratie saine.

Elle permet l'expression de points de vue divers et la remise en question des normes établies, ce qui peut conduire à des réformes sociales et politiques.

Sans la capacité de dissidence, les sociétés risquent la stagnation et l'enracinement de pratiques injustes. Par conséquent, protéger le droit de dissidence est crucial pour l'évolution continue et l'amélioration des systèmes démocratiques.

De plus, la suppression de la dissidence peut conduire à une culture de peur et d'autocensure. Lorsque les individus ont peur d'exprimer leurs opinions, ils sont moins susceptibles de participer au discours public et de contribuer au processus démocratique. Cette peur peut être exacerbée par des mesures légales, des pressions sociales et des campagnes médiatiques visant à faire taire l'opposition. Dans un tel environnement, la qualité du débat public souffre, et la capacité de la société à aborder des questions complexes est diminuée. S'assurer que les voix dissidentes sont entendues et respectées est essentiel pour favoriser une démocratie vibrante et résiliente.

Une société démocratique doit également veiller à ce que la dissidence ne soit pas seulement tolérée, mais valorisée comme un moyen de renforcer la communauté. Cela implique de reconnaître que les opinions dissidentes peuvent fournir des perspectives précieuses et contribuer à la compréhension globale des problèmes sociétaux. Encourager une culture où la dissidence est perçue comme une opportunité de croissance plutôt que comme une menace peut conduire à des institutions démocratiques plus robustes et adaptatives.

En outre, protéger le droit de dissidence aide à prévenir la concentration du pouvoir et à promouvoir la responsabilité. Lorsque les individus et les groupes peuvent exprimer librement leurs désaccords, ils peuvent contester et examiner ceux qui occupent des positions d'autorité. Cet examen est essentiel pour prévenir les abus de pouvoir et garantir que les dirigeants restent réceptifs aux besoins et aux préoccupations de la population. En favorisant un environnement où la dissidence est protégée et valorisée, les sociétés démocratiques peuvent maintenir un équilibre sain des pouvoirs et promouvoir une société plus juste et équitable.

La liberté d'expression comme condition pour le libéralisme politique : développement humain et bonheur social

La liberté d'expression est essentielle pour le libéralisme politique, le développement humain et le bonheur social. Les premières constitutions modernes ont lié la liberté au bonheur, soulignant la recherche du bonheur comme un droit naturel. La Déclaration d'indépendance américaine de Thomas Jefferson et la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen française ont toutes deux mis en évidence le lien entre la liberté et le bonheur. La liberté d'expression permet aux individus de communiquer leurs pensées et idées, favorisant la dignité humaine et le développement personnel. Elle est également cruciale pour le progrès sociétal et le développement des sociétés démocratiques, car elle permet l'échange d'idées et la recherche de la vérité.

Les menaces modernes à la liberté d'expression, comme la culture de l'annulation, augmentent la vulnérabilité sociale.

L'œuvre de John Stuart Mill, "De la liberté", présente l'une des défenses libérales les plus célèbres de la liberté d'expression. Mill a soutenu que chacun devrait pouvoir professer et discuter de toute doctrine, peu importe à quel point elle peut être considérée immorale par d'autres.

Il croyait que la suppression d'une opinion est nuisible à la société car elle prive l'humanité de l'opportunité de découvrir la vérité. Pour Mill, la liberté d'expression favorise l'authenticité, la créativité, l'individualité et l'épanouissement humain, qui sont tous essentiels au développement personnel et sociétal.

Le principe de non-nuisance de Mill fournit une justification claire pour limiter la liberté d'expression uniquement lorsqu'elle cause du tort aux autres. Ce principe garantit que la liberté d'exprimer des idées est protégée tout en empêchant les discours qui pourraient causer des dommages importants. En respectant ce principe, les sociétés démocratiques peuvent trouver un équilibre entre la protection des libertés individuelles et le maintien de l'ordre social. La reconnaissance du rôle fondamental de la liberté d'expression dans la promotion du développement humain et du bonheur social souligne son importance dans le libéralisme politique et la gouvernance démocratique.

Le contexte historique de la liaison de la liberté avec le bonheur remonte à la Déclaration des droits de Virginie, qui a influencé la rédaction de la Déclaration d'indépendance américaine. La phrase de George Mason "recherche du bonheur" était centrale dans l'articulation des droits inhérents, y compris la vie et la liberté. Ce concept a été repris dans des documents constitutionnels européens, tels que la Constitution française de 1793, qui a souligné que le but de la société est le bien-être général et la jouissance des droits naturels et inaliénables.

Par conséquent, la liberté d'expression n'est pas seulement un droit politique, mais un aspect fondamental de l'épanouissement humain. Elle permet aux individus de développer leurs capacités intellectuelles, pratiques et morales, contribuant à la croissance personnelle et à l'avancement sociétal. En favorisant un environnement où les individus peuvent librement exprimer leurs pensées et leurs idées, les sociétés démocratiques peuvent promouvoir une culture d'apprentissage continu, d'innovation et de progrès. Cela conduit à un plus grand bonheur social et à une communauté plus vibrante et résiliente.

Menaces à la liberté d'expression : Culture de l'annulation et vulnérabilité sociale

Les menaces modernes à la liberté d'expression, comme la culture de l'annulation, augmentent la vulnérabilité sociale. La culture de l'annulation ostracise les individus pour avoir exprimé des opinions impopulaires, étouffant le dialogue ouvert et rendant les gens plus vulnérables. Cet environnement brise le flux nécessaire entre les moralités privées et publiques, sapant le pluralisme et l'inclusivité. Les sociétés démocratiques doivent équilibrer la protection des groupes vulnérables avec la préservation de la liberté d'expression pour tous les citoyens. Les lois doivent protéger la liberté d'expression des groupes vulnérables et marginalisés sans restreindre de manière disproportionnée l'expression des autres. Assurer un environnement sûr et inclusif pour la liberté d'expression est essentiel pour maintenir les principes démocratiques et protéger les individus contre une vulnérabilité accrue.

La culture de l'annulation cible souvent des individus pour des déclarations ou des actions jugées offensantes ou nuisibles par certains groupes. Cela peut conduire à l'ostracisme social, à des répercussions professionnelles et même à des menaces pour la sécurité personnelle. Bien que l'intention derrière la culture de l'annulation puisse être de protéger les groupes vulnérables contre le mal, elle aboutit souvent à un effet paralysant sur la liberté d'expression. Les gens deviennent hésitants à exprimer leurs opinions, craignant les représailles et les punitions. Cette suppression de la liberté d'expression sape le processus démocratique en limitant la diversité des voix et des perspectives dans le discours public.

Les individus vulnérables, y compris ceux issus de groupes marginalisés, peuvent être disproportionnellement affectés par les tentatives de faire taire la dissidence.

L'ère numérique a exacerbé ces défis, car les plateformes en ligne peuvent à la fois amplifier et mettre en danger les utilisateurs. L'anonymat fourni par Internet peut encourager les individus à adopter des comportements abusifs et harcelants, augmentant la vulnérabilité de ceux qui expriment des opinions dissidentes. En même temps, la portée mondiale d'Internet signifie que la culture de l'annulation peut avoir des conséquences vastes et sévères, impactant la vie et les carrières des individus dans le monde entier. Pour relever ces défis, les sociétés démocratiques doivent promouvoir une culture de respect et de tolérance, en veillant à ce que toutes les voix soient entendues et que les opinions dissidentes ne soient pas injustement réduites au silence.

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a reconnu l'importance de protéger la liberté d'expression, même pour des idées qui peuvent offenser, choquer ou perturber. Cette protection est vitale pour maintenir une société pluraliste et démocratique. Cependant, l'essor de la culture de l'annulation constitue une menace significative pour ce principe, car elle cherche souvent à faire taire les voix qui défient le discours dominant. Garantir que la liberté d'expression soit maintenue face à la culture de l'annulation nécessite un engagement à protéger les droits de tous les individus à exprimer leurs opinions, quelle que soit leur controverse.

Supposons que les gens exigent une protection contre les mots et les idées qu'ils n'aiment pas, peut-être parce qu'ils ne sont pas politiquement corrects ou parce qu'ils vont à l'encontre de la moralité publique d'un moment particulier, et que les lois ne permettent pas l'expression de telles opinions qui pourraient causer une détresse émotionnelle à certaines personnes. Dans ce cas, nous avons deux types différents de vulnérabilité : ceux qui sont enclins à être émotionnellement bouleversés et ceux qui ne sont pas autorisés à exprimer des opinions non orthodoxes ou qui pourraient causer une détresse à certaines personnes.

En fin de compte, ce qui se passe, c'est que ceux qui ne sont pas autorisés à exprimer leurs opinions, en raison des conséquences sociales et légales, deviennent des citoyens de seconde zone. Ils deviennent également plus vulnérables (parce qu'ils ne sont pas autorisés à causer une détresse émotionnelle avec leurs opinions, alors qu'ils ne peuvent pas se dire bouleversés par les opinions des autres), et, plus important encore, la démocratie devient plus faible, moins plurielle et moins inclusive.

Le concept de vulnérabilité est central pour comprendre l'impact de la culture de l'annulation sur la liberté d'expression. Les individus vulnérables, y compris ceux issus de groupes marginalisés, peuvent être disproportionnellement affectés par les tentatives de faire taire la dissidence. Protéger leur droit à la liberté d'expression est essentiel pour garantir que les sociétés démocratiques restent inclusives et justes. En même temps, il est crucial d'équilibrer cette protection avec des mesures qui empêchent l'abus de la liberté d'expression pour nuire aux autres. Cet équilibre peut être atteint en promouvant un dialogue respectueux et constructif et en mettant en œuvre des lois qui protègent les individus contre le harcèlement et la discrimination sans restreindre indûment leur liberté d'expression.

Adapté d'un article académique pour un public plus large, sous licence CC BY 4.0

Comment citer cet article

Masferrer, A. (2024, 21 mai). Déclin de la liberté d'expression et vulnérabilité sociale de la démocratie. Politics and Rights Review. https://politicsrights.com/fr/liberte-expression-democratie-vulnerabilite-sociale
DOI: 10.5281/zenodo.11215439
Partager cet article
Professeur d'histoire du droit à l'Université de Valence. Éduqué à l'Université de Cambridge, à Harvard, à l'Institut Max-Planck, parmi d'autres universités prestigieuses. Il a publié environ trente livres et plus d'une centaine d'articles académiques. Directeur de l'Institut d'études sociales, politiques et juridiques. Ancien président de la Société européenne d'histoire juridique comparée et A.C. de l'Académie royale de jurisprudence et de législation. Vice-président de la Fondation Universitas et cofondateur des "Libres Penseurs".