Le monde universitaire et les défis illibéraux à la liberté d'expression

Les institutions académiques sont confrontées au défi crucial de préserver le discours ouvert tout en défendant simultanément les principes de la démocratie libérale contre l'empiétement des mouvements illibéraux.

Anja Hennig
Anja Hennig
PEGIDA (Patriotic Europeans Against the Islamization of the West) protest. Photo by Bündnis 90/Die Grünen Nordrhein-Westfalen (CC BY-SA).

Introduction : Le dilemme libéral-illibéral

Cet article explore les complexités démocratiques rencontrées par les chercheurs et les institutions académiques lorsqu'ils décident de fournir ou non des plateformes pour des points de vue controversés. L'accent est mis sur un tournant inattendu des événements lors d'une table ronde académique à Francfort (Oder), en Allemagne de l'Est.

Initialement destinée à discuter des manifestations locales dans les rues, la table ronde a inclus de manière inattendue les manifestants eux-mêmes, qui contestaient les restrictions COVID-19 et exprimaient plus tard leur soutien à Poutine en pleine crise énergétique et opposition au gouvernement allemand. Cette situation illustre le délicat équilibre entre le maintien de la liberté d'expression et l'établissement de limites face à la montée des mouvements illibéraux.

Le problème central réside dans la tension inhérente entre les principes libéraux et la menace posée par les acteurs illibéraux. Les institutions académiques, qui devraient être des bastions de la liberté d'expression et du discours ouvert, font face à des décisions difficiles quant à savoir à qui fournir une plateforme. Cet incident à Francfort (Oder) a mis ces défis au premier plan, car la présence des manifestants a transformé la discussion en un engagement en temps réel avec des éléments illibéraux.

L'interaction complexe des facteurs historiques, sociaux et politiques en Allemagne de l'Est fournit un contexte critique pour comprendre la dynamique libérale-illibérale.

Ce scénario souligne le défi plus large auquel sont confrontées les démocraties du monde entier: comment gérer et répondre aux acteurs illibéraux dans un cadre libéral. Les manifestants à Francfort (Oder) représentaient un mélange idéologique divers, allant des extrémistes de droite aux sceptiques conservateurs de l'État démocratique, unis par leur méfiance envers les médias publics et leur affinité pour les théories du complot. Leur participation à l'événement académique public a mis en lumière les difficultés de maintenir une plateforme pour la libre expression tout en préservant les principes de la démocratie libérale.

L'ambivalence de la dynamique libérale-illibérale devient évidente dans de telles interactions, où l'engagement envers le dialogue ouvert peut entrer en conflit avec la nécessité de protéger les valeurs démocratiques des incursions illibérales. Cet article vise à disséquer ces tensions, offrant des perspectives sur la manière dont les institutions académiques et les démocraties peuvent naviguer dans les complexités de cette dynamique.

Le contexte des manifestations du lundi en Allemagne de l'Est

Un lundi d'octobre 2022, la ville de Francfort (Oder) a été témoin d'une manifestation importante impliquant plus de 2 000 participants. Comme dans d'autres régions, notamment en Allemagne de l'Est, ces individus ont défilé contre la hausse des coûts énergétiques et exprimé leur soutien à Vladimir Poutine, soulignant une tendance plus large de l'illibéralisme contemporain. Les manifestations ont initialement commencé pendant la pandémie en réponse aux restrictions liées au COVID-19, mais elles ont évolué vers un mouvement plus large englobant diverses perspectives idéologiques.

Célébration du deuxième anniversaire du mouvement illibéral PEGIDA, avec une grande foule rassemblée devant un bâtiment historique, brandissant des drapeaux allemands et diverses bannières.
Une grande foule célébrant le deuxième anniversaire du mouvement illibéral PEGIDA. Photo de strassenstriche.net (CC BY-NC).

Ce groupe diversifié comprenait des extrémistes de droite et des individus politiquement conservateurs, partageant tous un scepticisme commun envers l'État démocratique et les médias publics, ainsi qu'une forte inclination vers les théories du complot.

Le contexte historique de ces manifestations est enraciné dans les manifestations pro-démocratiques du lundi de 1989, qui ont été déterminantes dans la chute du régime communiste est-allemand.

Ces manifestations ont été appropriées par divers mouvements au fil des années, chacun avec des griefs différents. En 2004, des manifestations similaires ont émergé en réponse aux réformes du marché du travail, reflétant des problèmes socio-économiques non résolus des transformations post-1989. Ces mouvements ont attiré constamment plus de participants en Allemagne de l'Est qu'à l'Ouest, soulignant les disparités régionales persistantes.

En 2014, les manifestations ont pris un ton plus xénophobe avec la montée du mouvement Patriotes Européens contre l'Islamisation de l'Occident (PEGIDA) à Dresde, en Allemagne de l'Est. Cela a marqué un changement significatif, car les manifestations ont commencé à s'opposer explicitement aux politiques allemandes d'immigration et d'asile.

En 2020, les manifestations se sont adaptées au contexte de la pandémie, se mobilisant contre les restrictions liées au COVID-19 avec des slogans tels que “Nous sommes le peuple,” et rassemblant un mélange hétérogène d'anti-vaccins, de théoriciens du complot et d'activistes d'extrême droite.

Le terme “illibéral” implique une opposition ou une mauvaise utilisation des principes de liberté et d'égalité politique libérale.

Francfort (Oder), en tant que première ville allemande rencontrée par les réfugiés ukrainiens venant de Pologne, avait mis en place une infrastructure d'aide humanitaire significative. Cependant, la présence de drapeaux russes et de sentiments pro-Poutine parmi les manifestants a créé un environnement hostile pour ces réfugiés, compliquant la réponse locale aux manifestations.

Cette situation à Francfort (Oder) illustre le défi plus large auquel sont confrontées les sociétés démocratiques pour répondre aux griefs des mouvements illibéraux tout en maintenant la cohésion sociale et en protégeant les populations vulnérables. La complexité des facteurs historiques, sociaux et politiques en Allemagne de l'Est fournit un contexte critique pour comprendre la dynamique libérale-illibérale.

Engagement académique et réponses institutionnelles

Les réponses à ces manifestations ont varié en fonction de la position ou du rôle de chacun : certains membres du corps professoral ont plaidé pour la publication de déclarations publiques et la prise de mesures actives contre les manifestations, arguant que l'université ne devrait pas rester silencieuse face aux menaces potentielles pour les valeurs démocratiques et les groupes vulnérables. D'autres, cependant, ont souligné l'importance de maintenir le principe de la liberté d'expression, en insistant sur le fait que même les voix impopulaires ou controversées méritent une plateforme dans le cadre académique.

En d'autres termes, les représentants des institutions publiques agissent différemment des chercheurs individuels avec des habitudes académiques et le potentiel de créer un fossé de connaissances avec les non-académiques. En tant qu'individus politiquement engagés travaillant dans une université, on peut avoir une compréhension claire de la ligne rouge à ne pas franchir entre ce qui peut être dit et ce qui menace les valeurs démocratiques.

Les principes libéraux tels que la liberté d'expression et de réunion peuvent être exploités par des acteurs illibéraux pour saper les valeurs démocratiques.

Cette divergence de perspectives au sein de la communauté académique reflète le dilemme plus large auquel sont confrontées les universités : fournir une plateforme aux voix illibérales ou prendre position contre elles. D'une part, la liberté académique est un pilier de l'enseignement supérieur, garantissant que divers points de vue puissent être exprimés et débattus. D'autre part, il y a une responsabilité de protéger les groupes vulnérables, tels que les réfugiés ukrainiens, des dommages ou de l'intimidation potentiels causés par de telles expressions. La présence de manifestants brandissant des drapeaux russes et défendant Poutine a ajouté une couche de complexité, rendant clair que ces problèmes ne sont pas simplement théoriques, mais ont des implications réelles pour la sécurité et le bien-être des membres de la communauté.

Dans ce contexte, la table ronde de l'Université Viadrina visait à explorer la nature et les motivations des manifestations locales, mais a pris un tournant inattendu lorsque les manifestants eux-mêmes ont rejoint l'événement public en tant que membres du public. Les défis éthiques posés par cette situation sont importants. Fournir une plateforme aux voix illibérales risque de légitimer leurs points de vue et de normaliser l'intolérance et les théories du complot.

Cependant, supprimer ces voix pourrait être perçu comme une violation des principes mêmes de la liberté d'expression et du discours ouvert que les universités sont censées défendre. L'incident à l'Université Viadrina illustre l'équilibre que les institutions doivent trouver entre favoriser un environnement de recherche académique ouvert et garantir que cet environnement ne devienne pas un terreau pour des idéologies nuisibles.

Les dynamiques des interactions libérales et illibérales

Le sens du terme "illibéral" implique une opposition ou un mauvais usage des principes de liberté et d'égalité politique libérale. Les manifestants (ou certains d'entre eux) peuvent être considérés comme illibéraux parce qu'ils tendent à revendiquer les droits de liberté pour un seul côté, ce qui signifie en réalité l'intolérance au droit de dissidence, le soutien à Poutine en tant que chef de guerre, ou la diffamation agressive des membres de l'élite dirigeante.

La relation entre le libéral et l'illibéral est donc dynamique et centrée sur les acteurs: Protégeons-nous la liberté individuelle ou la liberté d'un groupe? Une approche purement majoritaire de la liberté restreindrait la liberté individuelle. Un accent autoritaire sur les droits individuels conduit à ce qui est perçu comme l'illibéralisme de gauche. Cette dynamique met en lumière les complexités et les contradictions inhérentes aux systèmes démocratiques.

Le monde académique fait face à des pressions de la part de ceux qui rejettent certaines vérités et la libre enquête.

Le concept d’“ambivalences de la démocratie,” exploré par Oliver Hidalgo et moi-même, fournit un cadre pour comprendre ces interactions.

Les principes libéraux tels que la liberté d’expression et de réunion sont essentiels à la démocratie, mais ils peuvent aussi être exploités par des acteurs illibéraux pour promouvoir des agendas qui sapent finalement les valeurs démocratiques. Par exemple, les manifestants à Francfort (Oder) ont invoqué leur droit à la liberté d’expression pour propager des sentiments pro-Poutine et des théories du complot, défiant les normes démocratiques qu’ils prétendaient défendre.

La théorie de la Tolérance Jumelle de Stepan souligne la nécessité d’une approche équilibrée où les libertés d’un groupe n’empiètent pas sur les droits des autres. Cette théorie est particulièrement pertinente pour examiner les limites de la tolérance démocratique. Selon Stepan, les systèmes démocratiques doivent tolérer des points de vue divers jusqu’à ce qu’ils menacent l’ordre démocratique lui-même. Cet équilibre est souvent controversé, surtout lorsqu’il s’agit de mouvements qui rejettent explicitement les normes libérales-démocratiques.

La pratique du “no platforming” illustre cette tension. Originaire comme une politique visant à refuser des plateformes aux groupes fascistes et racistes, le no platforming a évolué pour aborder un éventail plus large de discours nuisibles. Cette pratique cherche à empêcher la diffusion d’idéologies intolérantes tout en préservant l’intégrité du discours ouvert. Cependant, elle soulève également des préoccupations concernant la censure et la suppression des débats légitimes. Les critiques soutiennent que le no platforming peut être utilisé pour étouffer la dissidence et marginaliser des points de vue qui, bien que impopulaires, ne sont pas nécessairement nuisibles.

La relation dynamique entre les éléments libéraux et illibéraux pose ainsi des défis permanents pour les décideurs politiques, les éducateurs et la société en général.

Leçons apprises : Quatre modèles d’ambivalence

El evento de la mesa redonda proporciona información valiosa sobre cómo los académicos individuales y la universidad como institución pública son desafiados por la dinámica liberal-iliberal, destacando cuatro patrones clave de ambivalencia: la extensión del espacio público otorgado a los actores iliberales, los peligros de la autocensura, el papel de la educación pública y los desafíos del etiquetado académico. Estos patrones ilustran el equilibrio intrincado requerido para navegar eficazmente la dinámica liberal-iliberal.

  • Le premier modèle implique l'étendue de l'espace public qui devrait être accordé aux acteurs illibéraux. La table ronde à l'Université Viadrina a montré comment fournir une plateforme (ne serait-ce que dans le public) pour de telles voix peut mener à des interactions inattendues et difficiles. Bien que les institutions académiques visent à favoriser le dialogue ouvert, la présence de manifestants avec des points de vue illibéraux peut perturber le discours académique prévu. Cette situation soulève des questions sur la quantité d'espace qui devrait être accordée à des perspectives qui peuvent saper les valeurs démocratiques.
  • Le deuxième modèle concerne les dangers de l’autocensure. Les universitaires font souvent face à des pressions indirectes pour s’autocensurer afin de maintenir un dialogue constructif avec des personnes ayant des points de vue opposés. Cette retenue peut faciliter des interactions plus fluides, mais peut aussi limiter l’expression complète des perspectives critiques. Par exemple, lors de la table ronde, les participants ont peut-être hésité à aborder certains sujets ou à défier directement les manifestants, craignant que cela n’exacerbe les tensions. Cette approche prudente met en évidence le délicat équilibre entre favoriser un dialogue ouvert et maintenir l’intégrité académique.
  • Le troisième modèle aborde le rôle de l’éducation publique dans ces interactions. Il questionne jusqu’à quel point les universités ont la responsabilité d’éduquer le grand public. Du point de vue de la recherche engagée, les universités devraient être plus actives dans la promotion des valeurs démocratiques. La table ronde a montré la difficulté de fournir des opportunités éducatives à un public non académique avec des idéologies en partie nuisibles. Le défi réside dans l’offre de contenu informatif sans donner une crédibilité indue à des points de vue qui contredisent les principes fondamentaux de la démocratie libérale.
  • Le quatrième modèle implique les défis de l’étiquetage académique. Les universitaires doivent naviguer sur la fine ligne entre catégoriser avec précision les éléments illibéraux et éviter des concepts académiques qui pourraient être perçus comme des attaques. Lors de la table ronde, l’utilisation de termes comme “illibéral” ou “extrême droite” pourrait être perçue comme conflictuelle, potentiellement entravant un dialogue productif. Les universitaires devraient donc réfléchir aux façons dont ils décrivent et analysent ces mouvements sans aliéner les individus impliqués, en veillant à ce que leur travail reste à la fois rigoureux et respectueux.

Conclusion : Tracer une voie à suivre

Le domaine académique est de plus en plus sous pression de la part de ceux qui considèrent certaines vérités comme des mensonges et des menaces ou qui n'acceptent pas l'idée de la liberté d'enquête. Cela nécessite des stratégies sensibles sur la manière de réagir, que ce soit en tant que chercheur individuel, université ou personne privée. Les concepts d'activisme académique ou de recherche engagée légitiment les activités académiques au-delà de l'enseignement, de la recherche ou de la consultation.

Les expériences de la table ronde à l'Université Viadrina illustrent les complexités impliquées dans cet engagement. La nécessité d'équilibrer la liberté d'expression avec la protection des groupes vulnérables, les défis de l'autocensure et le rôle de l'éducation publique mettent en lumière l'approche nuancée requise pour naviguer dans ces interactions. Les universitaires doivent adapter continuellement leurs stratégies pour contribuer efficacement à la préservation et à l'avancement des principes démocratiques.

Ce faisant, les universitaires doivent s'assurer que leur travail reste à la fois rigoureux et respectueux, tout en analysant avec précision les tendances illibérales contemporaines dans la société et la politique. Réfléchir aux implications plus larges de la dynamique libérale-illibérale pour les sociétés démocratiques révèle la nécessité d'un dialogue continu et de stratégies adaptatives.

Ces stratégies peuvent inclure une approche plus sensible aux étiquettes et des tentatives d'engagement avec certaines idées illibérales, en les acceptant également comme des contributions au discours public. Il existe cependant le danger de fournir une plateforme ou de légitimer certaines positions qui sont hostiles à la constitutionnalité démocratique de l'État ou discriminatoires.

Adapté d'un article académique pour un public plus large, sous licence CC BY 4.0

Partager cet article
Docteure en politique comparée à l'Université européenne Viadrina, Francfort (Oder), Allemagne. Ses travaux portent sur la religion et la politique illibérale en Europe, avec un accent particulier sur le catholicisme et les mouvements anti-genre, les relations polono-allemandes et, plus récemment, la politique illibérale en matière d'environnement et de climat.