Meurtres sanctionnés par l'État et répression à Cuba communiste

John Suarez
John Suarez
Des manifestants en exil protestent contre la dictature à Cuba. Photo de lezumbalaberenjena. (CC BY NC ND)

La dictature cubaine a maintenu son emprise sur le pouvoir depuis 65 ans, commettant de nombreuses violations des droits de l'homme qui sont vastes et difficiles à résumer. Cet essai met en lumière trois cas spécifiques de comportement criminel par des agents gouvernementaux au cours des trois dernières décennies, tous survenus en juillet.

Ces cas incluent la répression violente des manifestations pacifiques en juillet 2021, les meurtres des dissidents cubains Oswaldo Payá et Harold Cepero le 22 juillet 2012, et les morts tragiques de 37 Cubains lorsque le remorqueur “13 de marzo” a été attaqué et coulé le 13 juillet 1994.

Les témoins documentant la brutalité du régime sont arrêtés et condamnés à de longues peines de prison.

Ces événements, largement documentés, soulignent la brutalité du régime communiste cubain et la nécessité cruciale de la solidarité internationale avec le peuple cubain contre son gouvernement oppressif.

Manifestations de masse non violentes réprimées avec une force létale

Il y a trois ans, le 11 juillet 2021, des manifestations massives à travers Cuba ont marqué un tournant important dans l'histoire de l'île. Des centaines de milliers de Cubains sont descendus dans les rues pour réclamer la liberté et la fin de la dictature communiste, risquant leur vie dans le processus. Simultanément, le régime totalitaire a révélé sa volonté d'utiliser la violence, y compris la force létale et l'intimidation, pour réprimer tous les civils plaidant pour un changement non violent.

A photograph from the protests on July 11, 2021, in Cuba, showing an instance of state repression. A young man is being apprehended by a security officer on a bustling street, indicative of the civil unrest that sparked international discussions about 'Cuba in the UNHRC'.
Agitation civique et répression à Cuba : un aperçu du 11 juillet 2021. Photo de Yamil Lage/AFP via Getty Images.

À San Antonio de los Baños, à 16 miles de La Havane, des milliers de Cubains ont protesté et se sont exprimés. Les images ont été partagées sur les réseaux sociaux, et les flammes de la dissidence se sont propagées à travers l'île avant que le régime ne puisse les éteindre. Les Cubains ont défilé dans plus de 50 villes et des centaines d'autres communautés, chantant des lignes de l'hymne de protestation Patria y Vida et réclamant la liberté, la fin de la tyrannie, une patrie et la vie. La dictature a été secouée par cette protestation spontanée et non violente.

Miguel Diaz-Canel, président choisi par Raúl Castro, a répondu explicitement le même jour, déclarant: “Nous appelons tous les révolutionnaires du pays, tous les communistes, à descendre dans les rues et à se rendre sur les lieux où ces provocations vont avoir lieu aujourd'hui, à partir de maintenant, et dans tous ces jours, et à y faire face de manière décisive, ferme et avec courage.” Il a conclu son discours en disant, “L'ordre de combat a été donné, révolutionnaires descendent dans les rues.

Facebook, WhatsApp, Instagram et Telegram ont tous été restreints par la dictature cubaine.

Les agents du régime ont battu et tiré sur des Cubains, et des milliers ont été détenus arbitrairement. Le 12 juillet 2021, Christian Barrera Díaz a disparu lors d'une marche non violente. La police a d'abord affirmé qu'il avait été arrêté, puis a dit qu'il s'était noyé, et enfin a déclaré qu'il avait été enterré dans une fosse commune. Sa famille croit qu'il a été battu à mort par la police. Le même jour, Diubis Laurencio Tejeda, un chanteur de 36 ans, a été abattu dans le dos par la police de la dictature alors qu'il participait aux manifestations du 11J à La Havane. Les agents du gouvernement ont terrorisé les proches d'autres victimes pour les réduire au silence. Malgré cela, des images de l'armée tirant sur des manifestants non armés ont émergé.

Trois ans plus tard, il y a encore plus de 1 100 prisonniers politiques à Cuba. Pendant ce temps, plus de 500 000 Cubains ont fui l'île. Cependant, les manifestations non violentes et la brutalité du régime perdurent. Les témoins documentant la brutalité du régime sont également arrêtés et condamnés à de longues peines de prison. De nouvelles réglementations ont été approuvées et appliquées pour pénaliser quiconque produit du contenu qui dépeint négativement la dictature.

Les Cubains qui plaidaient pour des changements démocratiques non violents dans le cadre légal du régime n'étaient pas à l'abri de l'usage de la force létale par les agents du gouvernement. Le 12 juin 2023, la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) a conclu une enquête de dix ans prouvant que les opérateurs de l'État cubain étaient responsables des meurtres du 22 juillet 2012 des dissidents cubains Oswaldo Payá et Harold Cepero, du Mouvement chrétien de libération.

A crowd of Cuban protesters in Canada has gathered to protest against the dictatorship in Cuba. The demonstrators are holding signs expressing their rejection of the communist regime and denouncing the murders and political oppression. Some of the visible signs in the image include messages like "Libertad para los presos políticos" (Freedom for political prisoners), "Patria y Vida" (Homeland and Life), "Viva Cuba libre" (Long live free Cuba), and "We must finish the communism in Cuba." The protest highlights the demand for freedom and human rights for Cubans, as well as the condemnation of the repression and human rights violations by the Cuban government. Additionally, Cuban flags and various images contrasting the situation in Cuba with other realities can be seen.
Des manifestants en exil protestent contre la dictature à Cuba. Photo de lezumbalaberenjena. (CC BY NC ND)

Le Mouvement chrétien de libération, dirigé par Oswaldo Payá, avait organisé une campagne de pétition, le Projet Varela, pour réformer le système, recueillant des dizaines de milliers de signatures, suscitant l'ire de la dictature. Oswaldo a également dénoncé les efforts de la dictature pour se perpétuer à travers ce qu'il a appelé "changement frauduleux".

Les démocraties européennes ont dénoncé la répression mais ont fait peu pour sanctionner le régime cubain.

Oswaldo a également dénoncé les efforts de la dictature pour se perpétuer à travers ce qu'il a appelé “changement frauduleux.”

Pendant le dégel d'Obama avec Cuba (2009-2017), La Havane a reconnu que la normalisation des relations diplomatiques était une priorité plus grande pour Washington que la solidarité avec le mouvement dissident. Les morts de figures de l'opposition de haut profil ont commencé en 2010, avec Orlando Zapata Tamayo, suivi par la leader originale des Dames en blanc, Laura Pollán, en 2011, et Oswaldo Payá et Harold Cepero en 2012.

Rosa María Payá a pris la parole lors du 8e Sommet de Genève pour les droits de l'homme et la démocratie le 23 février 2016, à propos de l'incident du 22 juillet 2012 impliquant son père, Oswaldo Payá, et son ami Harold Cepero.

Le 22 juillet 2012, mon père a été exécuté extrajudiciairement par des agents de la police politique, avec mon cher ami Harold Cepero, mettant en scène un accident de voiture qui n'a jamais eu lieu, dans un endroit de Cuba qui reste à déterminer. Non satisfaits de ce double crime, ma famille a été menacée de mort... À l'été 2015, un rapport spécial a été publié par la Fondation des droits de l'homme, où toutes les preuves indiquent qu'il s'agissait d'un crime contre l'humanité, avec la participation des autorités cubaines. Nous n'abandonnerons jamais la justice, car il ne peut y avoir de réconciliation sans la reconnaissance de toute la vérité. Une nation qui prétend oublier la violence contre son peuple innocent restera une nation captive. Et ce sera une nation condamnée à subir une telle violence encore et encore.

La dictature cubaine n'a pas seulement assassiné des Cubains qui luttaient pour restaurer la liberté sur l'île, mais a également tué ceux qui tentaient de quitter Cuba à la recherche d'une vie meilleure.

Cubains massacrés par des agents du régime lorsqu'ils fuyaient l'île pour vivre en liberté

Le 13 juillet 2022, Jorge A. García, un écrivain et journaliste cubain qui a perdu 14 membres de sa famille dans le massacre, a raconté ce qui s'est passé ce matin-là en 1994.

A crowd of Cuban protesters in Canada has gathered to protest against the dictatorship in Cuba. The demonstrators are holding signs expressing their rejection of the communist regime and denouncing the murders and political oppression. Some of the visible signs in the image include messages like "Libertad para los presos políticos" (Freedom for political prisoners), "Patria y Vida" (Homeland and Life), "Viva Cuba libre" (Long live free Cuba), and "We must finish the communism in Cuba." The protest highlights the demand for freedom and human rights for Cubans, as well as the condemnation of the repression and human rights violations by the Cuban government. Additionally, Cuban flags and various images contrasting the situation in Cuba with other realities can be seen.
Des manifestants en exil protestent contre la dictature à Cuba. Photo de lezumbalaberenjena. (CC BY NC ND)

Ce n'était pas un accident comme le prétendent habituellement les porte-parole de la dictature à cette date. J'ai encore très frais dans mon esprit le témoignage des survivants et les résultats de mes enquêtes sur ce qui s'est passé cette nuit sombre du 13 juillet 1994, à 3h50 du matin, à sept milles du Malecón de La Havane : Sous le commandement du général de division Senén Casas Regueiro, le régime a exécuté une punition macabre avec le soutien de trois navires Polargo 2, 3 et 5 (principalement manœuvrés par des soldats sous couverture). À l'aide de jets d'eau sous pression et de rouleaux lourds, ils ont coulé le remorqueur 13 de Marzo avec 68 personnes à bord. Malgré les supplications des victimes, beaucoup sans savoir nager, jetées à la mer et entourées de requins, les navires meurtriers ont quitté les lieux sans fournir d'aide. Le génocide a fait 37 morts (dont 10 enfants) et 31 survivants. Les corps n'ont jamais été rendus à leurs familles pour leur donner une sépulture chrétienne.

Dans le spécial Nightline du 20 janvier 1998, “Crossing the Divide”, Jorge a été interviewé sur la façon dont il a appris l'étendue complète de sa perte. “Quand j'ai demandé à ma fille, ‘Et Juan Mario ?’ ‘Papa, il est perdu.’ ‘Et Joel ?’ ‘Papa, il est perdu.’ ‘Et Ernesto ?’ ‘Papa, il est perdu.’ Et alors nous avons su que d'autres membres de la famille étaient tous perdus, 14 au total.

Sa fille, María Victoria García, a été l'un des trois membres de la famille à avoir survécu au massacre. Parmi les morts se trouvaient son frère Joel García Suárez (24 ans), son mari Ernesto Alfonso Loureiro (25 ans) et son fils Juan Mario Gutiérrez García (10 ans).

Protester contre la mort de leurs proches par le gouvernement a conduit à des tentatives de meurtre

María Victoria a refusé de soutenir le faux récit du régime. “J'ai dit au colonel que ce n'était pas un accident, qu'ils nous avaient coulés”, a-t-elle déclaré dans une interview avec Voces de Cuba il y a neuf ans, se rappelant sa réaction immédiate. Son père, Jorge García, a révélé que lorsqu'elle a parlé, la jeune veuve avait été la cible de tentatives d'assassinat. “Ils ont tenté à plusieurs reprises de tuer ma fille, parce qu'elle a été la première à parler et à contredire le récit officiel du régime.

Le gouvernement cubain siège actuellement au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, sapant les normes internationales en matière de droits de l'homme et soutenant d'autres contrevenants systématiques aux droits de l'homme.

Père et fille ont fui Cuba par peur bien fondée qu'après la diffusion de leurs interviews sur Nightline, ils seraient soit emprisonnés, soit tués. Jorge A. García a publié en 2001 une enquête approfondie en espagnol sur “Le naufrage du remorqueur 13 de Marzo”. Tous deux sont décédés en 2024 de causes naturelles, après avoir enduré des années de trouble de stress post-traumatique.

Cette année marque les 30 ans depuis que les agents du gouvernement cubain ont massacré 37 hommes, femmes et enfants cubains dans le massacre prémédité du remorqueur “13 de marzo” le 13 juillet 1994. Les responsables de cette atrocité n'ont pas été tenus responsables.

Manque de solidarité internationale

Pour ajouter l'insulte à l'injure, le gouvernement cubain siège actuellement au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, sapant les normes internationales en matière de droits de l'homme et soutenant d'autres contrevenants systématiques aux droits de l'homme tels que l'Iran, le Venezuela, la Russie, la Chine et la Corée du Nord.

Suite aux manifestations de juillet 2021, le Mouvement chrétien de libération a présenté à la communauté internationale un plan d'action en onze points pour isoler la dictature cubaine ; cependant, la communauté internationale a refusé d'agir et La Havane continue de mettre en œuvre des lois et des pratiques sévères.

Les démocraties européennes ont dénoncé la répression mais ont fait peu pour sanctionner le régime cubain. Les États-Unis ont sanctionné certains responsables mais ont ignoré Diaz-Canel, qui a dirigé la réponse violente du 11 juillet 2021. Washington a ensuite levé les sanctions contre La Havane le 16 mai 2022, un jour après que la dictature a adopté un nouveau code pénal sévère.

Un appel à l'action

Le 10 juillet, à 19h00, le Centre pour une Cuba libre, avec d'autres organisations, tiendra une veillée à l'ambassade de Cuba à Washington DC pour demander justice pour ces victimes et d'autres, ainsi que la libération immédiate de plus de 1 100 prisonniers politiques cubains.

Vous êtes également invité à signer la pétition pour expulser Cuba du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, qui compte actuellement plus de 2 600 signatures.

Partager cet article
Directeur Exécutif du Centre pour une Cuba Libre. M. Suárez a été responsable de programme pour les Programmes d'Amérique latine à Freedom House. Il a témoigné sur les questions des droits de l'homme à Cuba devant le Congrès des États-Unis et la Commission interaméricaine des droits de l'homme à Washington, DC. Il s'est également adressé à la fois à la Commission des droits de l'homme des Nations Unies et à son successeur, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève.