Régime totalitaire cubain : 65 ans de répression

Sous la façade révolutionnaire, le régime cubain totalitaire a systématiquement restreint les libertés, réduit au silence l'opposition et laissé une empreinte durable dans l'histoire de Cuba et dans l'esprit de son peuple.

Karel J. Leyva
Karel J. Leyva
Des manifestants défilent le 11 juillet 2021 contre le régime cubain totalitaire, réclamant liberté et vie dans un appel fervent au changement.

Le totalitarisme, dans son essence, fait référence à un système politique où l'État ne reconnaît aucune limite à son autorité et cherche à réguler chaque aspect de la vie publique et privée. Il s'agit d'un système caractérisé par un contrôle centralisé absolu, un seul parti dirigé par un leader dominant, et la suppression de l'opposition. Cette forme extrême de gouvernance utilise souvent la propagande, la censure et les médias contrôlés par l'État pour maintenir son emprise sur le pouvoir, garantissant ainsi que les voix dissidentes soient réduites au silence.

Le parcours de Cuba vers le totalitarisme est profondément enraciné dans son histoire tumultueuse. À la suite de la guerre hispano-américaine en 1898, Cuba émergea de la domination coloniale espagnole pour se retrouver sous l'influence des États-Unis. Cependant, ce fut la Révolution cubaine de 1959 qui marqua un tournant significatif. Sous la direction de Fidel Castro et de son groupe de révolutionnaires, ce mouvement visait à renverser le régime autoritaire de Fulgencio Batista. Réussissant dans leur entreprise, l'accession de Castro au pouvoir marqua le début d'une nouvelle ère pour Cuba.

Les partis d'opposition ont été dissous, et les voix dissidentes ont fait face à de graves répercussions. Les opposants politiques étaient fréquemment emprisonnés, soumis au travail forcé, voire exécutés.

Sous la direction de Castro, Cuba a connu des transformations dramatiques. Les terres et les industries ont été nationalisées, et les liens avec les États-Unis se sont détériorés. Alors que Castro consolidait son pouvoir, les opposants politiques étaient rapidement réprimés, que ce soit par l'emprisonnement ou l'exil forcé. L'État a pris le contrôle des médias, assurant qu'un récit unique dominait les ondes cubaines. Au fil du temps, le contrôle du gouvernement cubain s'est renforcé et la nation insulaire est devenue un État où la dissidence n'était pas tolérée, et les libertés, en particulier celles d'expression et de réunion, étaient restreintes.

Cette évolution vers un régime totalitaire à Cuba n'était pas seulement le résultat de dynamiques internes. Les facteurs externes, en particulier son alliance avec l'Union soviétique pendant la Guerre froide, ont joué un rôle crucial. Au fil des années, le modèle de gouvernance cubain s'est solidement enraciné, avec l'État exerçant un contrôle sur chaque aspect de la vie de ses citoyens, incarnant l'essence même du totalitarisme.

Brève histoire du régime totalitaire cubain

The Cuban Revolution, which culminated in 1959, marked a pivotal moment in the nation’s history. Fueled by widespread discontent with the authoritarian rule of Fulgencio Batista, a young revolutionary named Fidel Castro, alongside figures like Che Guevara, mobilized a guerrilla movement. Their aim was not just to overthrow Batista, but to reshape Cuban society. After a series of battles and strategic maneuvers, Castro’s forces emerged victorious, and he quickly ascended to the helm of Cuban leadership.

One of the hallmarks of the totalitarian Cuban regime’s grip on power is its intricate system of state control mechanisms.

Avec Castro au pouvoir, le processus de consolidation de son régime a débuté sérieusement. La nationalisation des industries et les réformes agraires ont été mises en œuvre rapidement. Cependant, ces changements économiques étaient accompagnés d'un agenda politique plus sinistre. Les partis d'opposition ont été dissous, et les voix dissidentes ont fait face à de graves répercussions. Les opposants politiques étaient fréquemment emprisonnés, soumis au travail forcé, voire exécutés. Le paysage médiatique a été modifié, l'État prenant le contrôle des journaux, des stations de radio et de télévision. Cela a assuré que seule la narration du gouvernement, exempte de critiques ou d'opposition, parvienne à la population cubaine.

An officer detains Cuban journalist Lázaro Yuri Valle Roca during a 2019 protest, epitomizing the repression under the totalitarian Cuban regime and the ongoing struggle for press freedom.
An officer detains Cuban journalist Lázaro Yuri Valle Roca during a 2019 protest, epitomizing the repression under the totalitarian Cuban regime and the ongoing struggle for press freedom.

Mais Cuba sous Castro n'opérait pas en isolement. Le paysage géopolitique de l'époque, dominé par la Guerre froide, a joué un rôle significatif dans la trajectoire de Cuba. Alors que les relations avec les États-Unis se détérioraient, marquées par des événements tels que l'Invasion de la baie des Cochons et la Crise des missiles de Cuba, Cuba a trouvé un allié en Union soviétique. Cette alliance n'était pas seulement idéologique ; elle avait des impacts tangibles. L'Union soviétique est devenue le principal partenaire commercial et bienfaiteur de Cuba, fournissant une aide économique, un soutien militaire et servant de contrepoids à l'influence des États-Unis dans la région.

Avec le soutien de l'Union soviétique, le régime totalitaire cubain a encore renforcé son emprise. Cette relation a fourni au gouvernement de Castro les ressources et le soutien nécessaires pour réprimer la dissidence interne et renforcer son régime autoritaire. Au fil des ans, l'entrelacement des politiques et des idéologies cubaines et soviétiques a solidifié la position de Cuba en tant qu'acteur clé dans la dynamique mondiale de la Guerre froide et en tant que solide bastion du totalitarisme dans l'hémisphère occidental. Récemment, le gouvernement autoritaire russe et Cuba ont renforcé leurs liens, avec le régime totalitaire cubain soutenant même l'invasion de l'Ukraine.

Mécanismes de contrôle de l'État à Cuba

L'un des traits caractéristiques de la prise de pouvoir par le régime totalitaire cubain est son système complexe de mécanismes de contrôle de l'État. Ces outils, à la fois explicites et cachés, ont été essentiels pour maintenir la domination du gouvernement et réprimer la dissidence.

Au cœur de ce contrôle réside la ferme domination de l'État sur les médias et l'information. À Cuba, les médias ne jouent pas le rôle de gardien indépendant, mais plutôt celui d'un bras de l'État, garantissant que la narration reste en accord avec l'idéologie gouvernementale. Les journaux, les chaînes de télévision et les stations de radio sont la propriété de l'État et fonctionnent sous son contrôle, éliminant ainsi efficacement toute plateforme pour les voix dissidentes.

La répression politique est généralisée, avec des arrestations fréquentes de dissidents, souvent sans inculpation formelle ni procès.

Ce contrôle centralisé s'étend également au domaine numérique, avec un accès à Internet restreint et une surveillance en ligne intensive. Le résultat est un environnement d'information soigneusement sélectionné, où la population est exposée uniquement à du contenu approuvé par l'État, à l'abri des influences extérieures ou des critiques internes.

En complément de ce contrôle des médias se trouve un vaste appareil de surveillance. Au cœur de ce système se trouvent les Comités de Défense de la Révolution (CDR). Établis peu après la révolution, les CDR sont des organisations de quartier présentes dans tous les coins de Cuba. Bien qu'ils assument divers rôles communautaires, leur fonction principale est de surveiller et de signaler les activités des citoyens cubains. Cette surveillance de base garantit que la dissidence, voire même la possibilité de dissidence, soit rapidement identifiée et traitée.

Mais le contrôle de l'État ne se limite pas à la surveillance ; il s'agit d'une répression active. Ceux qui sont identifiés comme s'opposant au gouvernement, que ce soit par leurs paroles ou leurs actions, font face à de graves conséquences. La répression politique est généralisée, avec des dissidents fréquemment arrêtés, souvent sans inculpation formelle ni procès. Les conditions dans les prisons cubaines sont notoirement difficiles, avec des rapports de torture, de travail forcé et de refus de soins médicaux. Ce climat de peur, perpétué par la menace d'emprisonnement ou de pires conséquences, sert de puissant moyen de dissuasion, garantissant que de nombreux Cubains réfléchissent à deux fois avant d'exprimer leur opposition ou de s'engager dans des activités considérées comme contraires aux intérêts de l'État.

Fondements économiques du contrôle totalitaire à Cuba

Le paysage économique de Cuba, façonné par des décennies de décisions politiques, sert de pilier fondamental pour le contrôle totalitaire de l'État. En entrelaçant les structures économiques avec des objectifs politiques, le régime totalitaire cubain a créé un système où la dépendance économique renforce la loyauté politique.

La nationalisation des industries et des propriétés a été l'un des premiers changements économiques majeurs après la révolution. Les entreprises privées, les grandes propriétés et les actifs étrangers ont rapidement été placés sous le contrôle de l'État. Cette décision n'était pas seulement économique, mais aussi politique, visant à démanteler les bases du pouvoir économique qui pourraient défier le nouveau régime. En centralisant les actifs économiques, l'État s'est assuré que la prospérité économique et les moyens de subsistance étaient directement liés aux caprices et aux politiques du gouvernement.

Ceux qui se sont alignés sur les objectifs et les idéologies de l'État se sont retrouvés dans des positions économiques favorables, tandis que les dissidents ont fait face à des difficultés économiques, voire au chômage.

Cette structure économique centralisée a créé une situation où la plupart de la population cubaine est devenue économiquement dépendante de l'État. Les emplois, les salaires et les opportunités étaient tous contrôlés par le gouvernement, ce qui rendait la mobilité économique et l'indépendance économique difficiles. Cette dépendance économique est devenue un outil puissant dans l'arsenal de l'État, lui permettant de récompenser la loyauté et de punir la dissidence. Ceux qui se sont alignés sur les objectifs et les idéologies de l'État se sont retrouvés dans des positions économiques favorables, tandis que les dissidents ont fait face à des difficultés économiques, voire au chômage.

De plus, le contrôle de l'État sur la distribution des ressources, en particulier à travers des systèmes de rationnement, a renforcé cette dynamique. Les besoins de base, de la nourriture aux médicaments, étaient souvent distribués selon un système de rationnement, garantissant que la subsistance de chaque foyer cubain était liée à l'État. Ce système permettait non seulement au gouvernement de gérer les ressources rares, mais servait également de rappel constant du rôle de l'État en tant que fournisseur et gardien.

Le régime totalitaire cubain a habilement utilisé les structures et les politiques économiques comme des extensions de ses objectifs politiques. En entrelaçant les deux, il a créé une situation où la dépendance économique et la loyauté politique sont inextricablement liées, renforçant ainsi davantage son emprise totalitaire sur la nation.

Éducation et propagande : Outils de l'État cubain

Dans l'architecture du contrôle totalitaire de Cuba, le système éducatif constitue une pierre angulaire. À travers lui, l'État a non seulement diffusé des connaissances, mais a également façonné des idéologies, garantissant que les générations futures adhèrent à la narration du gouvernement. Le régime totalitaire cubain a habilement utilisé l'histoire et la culture comme des outils de propagande.

Le régime totalitaire cubain a habilement utilisé l'histoire et la culture comme des outils de propagande.

Au cœur de cette entreprise se trouve l'utilisation du système éducatif à des fins d'endoctrinement. Des écoles primaires aux universités, les programmes sont conçus pour mettre en avant les vertus de la révolution et de ses dirigeants. Les leçons entrelacent souvent les contenus académiques avec l'idéologie politique, garantissant que les élèves n'apprennent pas seulement les mathématiques, les sciences et la littérature, mais absorbent également la perspective de l'État sur le socialisme et l'identité cubaine. Cette approche éducative assure que, dès leur plus jeune âge, les Cubains intègrent une vision du monde qui s'aligne sur les objectifs de l'État.

Les enfants effectuent un salut militaire dans une école cubaine, mettant en avant l'un des traits caractéristiques du régime totalitaire cubain : l'endoctrinement de la jeunesse.
Les enfants effectuent un salut militaire dans une école cubaine, mettant en avant l'un des traits caractéristiques du régime totalitaire cubain : l'endoctrinement de la jeunesse.

En parallèle de cette indoctrination éducative, il y a la promotion du culte de la personnalité, notamment autour de figures telles que Fidel Castro et Che Guevara. Ces leaders ne sont pas seulement présentés comme des figures politiques, mais sont élevés à des statuts presque mythiques. Leurs images ornent les salles de classe, les manuels scolaires et les espaces publics, et leurs discours et écrits deviennent des parties intégrantes du programme scolaire. Ainsi, l'État veille à ce que ces figures soient vénérées, que leurs idéologies soient internalisées et que leur leadership soit perçu comme à la fois essentiel et bienveillant.

Comme cela a toujours été courant dans les pays communistes, le régime totalitaire cubain a habilement utilisé l'histoire et la culture comme des outils de propagande. Les événements historiques, en particulier ceux liés à la révolution, sont présentés de manière à mettre en avant l'héroïsme des révolutionnaires et la justesse de leur cause. Les expressions culturelles, que ce soit sous forme de musique, d'art ou de littérature, sont encouragées lorsqu'elles sont en accord avec la narration de l'État et réprimées lorsqu'elles la défient ou la critiquent.

En résumé, à travers une combinaison d'éducation et de propagande, l'État cubain a élaboré un récit qui renforce sa légitimité et son contrôle. En contrôlant les prismes à travers lesquels les Cubains perçoivent leur histoire, leurs dirigeants et leur identité culturelle, l'État assure une population qui n'est pas seulement instruite, mais aussi idéologiquement alignée.

Relations étrangères et diplomatie : Cuba sur la scène mondiale

La position de Cuba dans les relations internationales est une toile complexe tissée à partir de son histoire révolutionnaire, de ses alliances stratégiques et de sa lutte persistante avec les superpuissances. Cette danse complexe de la diplomatie a joué un rôle clé dans la formation des politiques intérieures et étrangères de Cuba.

Sur la scène mondiale, Cuba s'est souvent présentée comme un phare de la résistance contre l'impérialisme et un champion du mouvement des non-alignés. Cette position, enracinée dans ses origines révolutionnaires, a suscité à la fois l'admiration et la critique. Alors que certaines nations saluent Cuba pour sa résilience et son défi à l'hégémonie occidentale, d'autres la considèrent comme un cas à part, souvent en raison de son bilan en matière de droits de l'homme et de son système politique.

Vladimir Putin rencontre Miguel Díaz-Canel, le Président non élu de Cuba, pour discuter des relations bilatérales. Photo de kremlin.ru.
Vladimir Putin meets with Miguel Díaz-Canel, Cuba’s unelected President, to discuss bilateral relations. Photo by kremlin.ru.

Le pivot des relations extérieures de Cuba a indéniablement été sa relation tumultueuse avec les États-Unis. Dès le départ, la Cuba post-révolutionnaire s'est retrouvée en désaccord avec son voisin du nord. L'embargo des États-Unis témoigne de ces relations tendues. Cet embargo, associé à des incidents tels que l'invasion de la baie des Cochons et la crise des missiles cubains, a fait en sorte que les relations entre les États-Unis et Cuba restent un sujet d'intérêt mondial. Au fil des années, bien qu'il y ait eu des moments de détente et des tentatives de diplomatie, la relation reste caractérisée par une profonde méfiance et des différences idéologiques.

Cependant, les efforts diplomatiques de Cuba ne se limitent pas à ses interactions avec les États-Unis. Sa participation dans des organismes internationaux, notamment le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies (CDHNU), témoigne de sa volonté d'être un acteur actif dans les affaires mondiales. Bien que la participation de Cuba à de telles organisations soit souvent controversée, elle offre à la nation une plateforme pour exprimer ses perspectives et défier les critiques. De plus, elle offre l'opportunité à Cuba de façonner son image, se présentant comme une nation engagée dans la coopération mondiale et le dialogue, même lorsqu'elle est critiquée pour ses politiques intérieures.

L'exil comme outil de contrôle : l'héritage complexe de la diaspora cubaine

L'exil a longtemps été un outil puissant dans l'arsenal de l'État cubain, servant à la fois de méthode de contrôle et de reflet du paysage politique tumultueux de l'île. L'histoire de l'exil cubain est une toile de fond de tragédies personnelles, de manœuvres politiques et de la connexion durable d'une diaspora avec sa patrie.

Le récit de l'exil cubain a véritablement commencé après la révolution de 1959. Alors que le nouveau régime consolidait son emprise sur le pouvoir, ceux qui étaient en désaccord avec ses idéologies ou ses politiques étaient confrontés à un choix difficile : rester et risquer la persécution ou fuir à la recherche de côtes plus sûres. Cette première vague d'exilés, composée de dissidents politiques, d'intellectuels et de membres de l'ancienne élite, a posé les bases pour un phénomène qui perdurerait pendant des décennies.

L'exil forcé est devenu une stratégie délibérée du gouvernement cubain. En expulsant les critiques ouvertement exprimés et les menaces potentielles du pays, le régime a atteint un double objectif. Premièrement, il s'est débarrassé de défis immédiats à son autorité à l'intérieur des frontières nationales. Deuxièmement, en qualifiant ces exilés de traîtres ou de mercenaires, il a cherché à discréditer leurs récits et leurs critiques sur la scène internationale. Cette tactique de l'exil forcé n'était pas un acte passif, mais un mouvement calculé, impliquant souvent des menaces, de l'intimidation et l'exploitation des liens familiaux pour contraindre les individus à partir.

Pourtant, l'histoire de l'exil cubain n'est pas seulement celle de la répression, mais aussi de la résilience. La diaspora cubaine, dispersée dans divers pays, mais surtout aux États-Unis, a joué un rôle crucial dans la préservation de la culture cubaine, de l'histoire et du discours politique. Cette diaspora, bien qu'étant physiquement éloignée de l'île, reste profondément connectée à elle, à la fois émotionnellement et politiquement. Leurs expériences, leurs récits et leur plaidoyer ont assuré que les réalités de la vie à Cuba et les défis posés par le régime demeurent dans la conscience mondiale.

L'activiste Camila Cabrera Rodríguez de l'organisation Justicia 11J fait partie des nombreux jeunes Cubains contraints de s'exiler en raison du régime totalitaire cubain.
L'activiste Camila Cabrera Rodríguez de l'organisation Justicia 11J fait partie des nombreux jeunes Cubains contraints de s'exiler en raison du régime totalitaire cubain.

L'exil forcé a pris une nouvelle dimension ces dernières années à mesure que les voix dissidentes ont commencé à se faire entendre. Il est passé d'une arme pour des circonstances exceptionnelles à devenir tragiquement une méthode normalisée pour réduire au silence l'opposition. Les expériences de personnes comme Camila Cabrera Rodríguez, Carolina Barrero et Daniela Rojo en sont la preuve. Confrontées à des menaces, du harcèlement et à la possibilité d'incarcération, ces jeunes femmes ne représentent qu'une fraction des personnes que le gouvernement a contraintes à quitter le pays, menaçant parfois de faire du mal à leurs amis ou à leur famille.

Le pouvoir du régime ne se limite pas aux frontières de Cuba. Le refus d'autoriser des individus, tels que le professeur Omara Ruiz Urquiola, à rentrer après avoir voyagé à l'étranger, met en évidence l'influence étendue du gouvernement. Cette stratégie n'est pas seulement punitive, elle envoie également un avertissement clair : le pouvoir du régime s'étend au-delà des frontières nationales.

Défis au totalitarisme : L'émergence et la réponse aux mouvements d'opposition

Tout au long de son histoire sous un régime totalitaire, Cuba a été le théâtre de vagues de résistance et d'opposition. Ces mouvements, bien qu'ils varient dans leur nature et leurs objectifs, partagent un objectif commun : remettre en question le contrôle absolu de l'État et plaider en faveur de plus de libertés et de droits.

Historiquement, Cuba a connu de nombreuses manifestations et mouvements de dissidence. Des intellectuels et des artistes prônant la liberté d'expression aux organisations de base militant pour des réformes politiques, ces mouvements ont été divers dans leur composition et leurs objectifs. Certains, comme le Projet Varela, ont cherché le changement par des moyens légaux et constitutionnels, tandis que d'autres ont adopté des méthodes plus directes de protestation et de désobéissance civile.

La réponse du gouvernement cubain à une telle dissidence a été constante : rapide et souvent sévère. Les dissidents ont fait face à diverses répercussions, de la surveillance et du harcèlement à la détention et à l'emprisonnement. L'appareil d'État, y compris ses forces de sécurité et son système judiciaire, a été mobilisé pour réprimer l'opposition, souvent sous prétexte de protéger la sécurité nationale ou de préserver les acquis de la révolution. Ce schéma de répression a fait en sorte que, bien que des voix dissidentes émergent, elles rencontrent souvent d'importants obstacles pour maintenir leurs mouvements et atteindre leurs objectifs.

Cependant, l'avènement de la technologie et la montée des médias sociaux ont introduit de nouvelles dynamiques dans cette vieille lutte. Les plateformes numériques offrent aux dissidents un espace pour partager leurs récits, organiser des mouvements et se connecter avec des publics internationaux. La récente vague de protestations à Cuba, alimentée en partie par des campagnes sur les médias sociaux et une mobilisation en ligne, souligne le potentiel transformateur de ces outils. L'État, reconnaissant cette menace, a réagi par des coupures d'Internet et une surveillance numérique, tentant de restreindre l'influence de l'activisme en ligne.

In essence, while the totalitarian Cuban regime has maintained its grip on power through a combination of political maneuvering and repression, it faces an evolving landscape of resistance. Modern technology, coupled with the enduring spirit of the Cuban people, presents new challenges to the state’s totalitarian control, signaling the possibility of change in the future.

Malgré la répression systématique exercée par le gouvernement cubain au cours des 60 dernières années, ce dernier a maintenu un monopole complet sur l'information. Grâce à une propagande implacable, le régime totalitaire cubain a réussi à convaincre de nombreux citoyens que, même avec son approche sévère envers certains groupes dissidents minoritaires financés par les États-Unis, le gouvernement bénéficiait d'un large soutien de la part de ses citoyens.

En conséquence, pour certains observateurs, Cuba était commodément perçue comme une démocratie qui, bien qu'illibérale, fondait sa légitimité sur les principes de la souveraineté et de l'autodétermination populaire. Cependant, les protestations qui ont éclaté ce jour-là ont brisé toute illusion pour ceux qui croyaient ou choisissaient de croire à la rhétorique du gouvernement. Dans chaque province du pays, des centaines de milliers de Cubains sont descendus dans les rues pour réclamer une transition démocratique, scandant « liberté », « nous n'avons plus peur », « nous ne voulons pas de communisme » et « à bas la dictature ».

Ariel Ruiz Urquiola, un scientifique cubain, a été détenu par la sécurité lors d'une protestation, mettant en évidence les tactiques répressives du régime totalitaire cubain.
Ariel Ruiz Urquiola, un scientifique cubain, a été détenu par la sécurité lors d'une protestation, mettant en évidence les tactiques répressives du régime totalitaire cubain.

Ces manifestations, un événement sans précédent en plus de 60 ans de dictature, ont été la cristallisation d'une série de facteurs, dont le mécontentement populaire à l'égard d'un gouvernement qui n'est plus considéré comme légitime, comme le montre la tendance à la hausse du nombre de protestations politiques à Cuba. Il suffit de rappeler qu'en janvier 2021, il y a eu 79 manifestations politiques et civiles à Cuba, tandis qu'en avril de la même année, le nombre enregistré par l'observatoire des conflits cubains était de 156, et en juillet, il est monté à 435, ce qui représente une augmentation de 450%.

L'Observatoire cubain des droits de l'homme a enregistré, juste un mois avant l'explosion sociale, 713 actions répressives contre la population civile, comprenant des détentions arbitraires et d'autres abus (le total en 2021 s'élevait à 9 705, dont 2 717 détentions arbitraires et 3 743 assignations à résidence illégales).

Il serait alors incorrect de comprendre les manifestations du 11 juillet exclusivement comme une expression de la crise économique et sanitaire du pays. Bien que la situation à Cuba se soit considérablement détériorée avec cette crise, les vidéos enregistrées par les manifestants montrent que le peuple cubain demande la liberté et les droits.

 Le poing de fer : Escalade de la répression soutenue par l'État

Au lieu d'écouter les demandes du peuple, le Président non élu de Cuba a ordonné publiquement aux "révolutionnaires" de réprimer les manifestants pacifiques. De jeunes Cubains en âge de service militaire obligatoire à Cuba ont été recrutés de force depuis leurs domiciles. On leur a remis des bâtons pour frapper les manifestants.

Il existe des images enregistrées de la police frappant de manière indiscriminée. Il y a des vidéos dans lesquelles les forces de l'État pénètrent dans des maisons, enlèvent et, dans au moins un cas, tirent sur une personne devant sa famille. Après que les manifestations aient été réprimées dans les rues avec des tirs, des passages à tabac et des chiens dressés, les agents de sécurité de l'État et la police ont commencé à visiter les domiciles des manifestants identifiés pour les arrêter.

Un officier de police cubain appréhende un manifestant le 11 juillet 2021, au milieu de la protestation publique contre le régime totalitaire cubain, mettant en lumière la lutte pour les droits de l'homme et la liberté d'expression.
Un officier de police cubain appréhende un manifestant le 11 juillet 2021, au milieu de la protestation publique contre le régime totalitaire cubain, mettant en lumière la lutte pour les droits de l'homme et la liberté d'expression.

Le siège des domiciles des manifestants, les menaces contre leurs familles, le harcèlement et la surveillance, les coupures d'Internet, les fortes amendes, les actes de répudiation, les licenciements, l'exil forcé, entre autres, sont rapidement devenus la nouvelle norme à Cuba. Le Décret-Loi 35 est venu renforcer les contrôles sur la liberté d'expression sur les réseaux sociaux à Cuba, enfreignant les dispositions des articles 8, 40, 41, 47, 54 et 228 de la Constitution de la République de Cuba, ainsi que les traités internationaux ratifiés par le gouvernement cubain.

Des adolescents ont témoigné avoir été menacés de viol par des agents de l'État; des étudiants ont déclaré avoir été torturés et humiliés sexuellement; des manifestants ont été poursuivis et emprisonnés pour avoir promu le respect des droits fondamentaux; des poètes ont été harcelés par la police chez eux; des enfants de 13 à 17 ans ont été détenus et des journalistes contraints de rester à la maison pendant des mois. Beaucoup ont été condamnés lors de procès sommaires sans droit à un avocat dès les jours suivant les protestations.

Un rapport de l'ONG Prisoners Defenders affirme qu'en raison des protestations du 11 juillet, plus de 5 000 personnes ont été détenues et plus de 1 500 ont été poursuivies pénalement. Parmi ces prisonniers figurent des mineurs de moins de 13 ans. La liste des prisonniers politiques comprend 32 garçons et 4 filles, dont 2 filles et 7 garçons ont déjà été condamnés à de lourdes peines de privation de liberté pour sédition. Parmi les manifestants, 167 avaient déjà été condamnés pour la même cause, certains avec des peines allant de six à 30 ans.

Préoccupations concernant le droit processuel et l'intégrité judiciaire

Selon le rapport de Human Rights Watch, de nombreux détenus à Cuba ont signalé des conditions inhumaines, notamment des cellules surpeuplées et insalubres, ainsi qu'un accès limité à des besoins de base tels que la nourriture et l'eau propre. Ils ont été soumis à des interrogatoires répétés, souvent sans rapport, qui impliquaient parfois des menaces et des abus physiques, y compris la torture.

 Les procédures judiciaires à leur encontre manquaient fréquemment de procédure régulière ; ils étaient soumis à des "procès sommaires" avec des chefs d'accusation vaguement définis et étaient souvent sans représentation légale, ou étaient soumis à des "procès ordinaires" en violation du droit international.

La répression politique est la marque de fabrique du Régime Totalitaire Cubain
La répression politique est la marque de fabrique du Régime Totalitaire Cubain

Ces procès ont criminalisé des actions reconnues internationalement comme des exercices légitimes de la liberté d'expression et d'association, telles que les manifestations pacifiques ou les critiques à l'encontre des personnalités gouvernementales. Les condamnations reposaient souvent sur des preuves peu fiables ou non corroborées, comme les témoignages uniques des agents de sécurité ou les douteuses "traces d'odeur", suscitant ainsi de sérieuses préoccupations quant à l'équité et à l'intégrité du processus judiciaire cubain.

Les manifestations du 11 juillet et les témoignages de civils victimes de torture, de mauvais traitements et d'humiliation ont contribué à mettre en lumière les schémas de contrôle et de répression caractérisant le régime totalitaire cubain. Une étude scientifique basée sur plus d'une centaine de cas sélectionnés de manière aléatoire et soumis au Comité contre la Torture des Nations Unies révèle 15 types de torture/mauvais traitements auxquels sont généralement confrontés les prisonniers politiques à Cuba.

Le rapport mentionne la privation intentionnelle de soins médicaux  à ceux qui en ont besoin (100% des prisonniers), ainsi que la privation de communication (84,09%), de sommeil (51,14%) et de liquides et de nourriture (35,23%). Il souligne également l'isolement cellulaire (56,82%); des schémas posturaux hautement inconfortables, nuisibles, dégradants et prolongés  (43,18%); des menaces (78,41%); des passages à tabac  (51,14%); la propagation d'excréments ou d'urine dans la nourriture ou l'eau  (4,55%); l'enfermement dans des cellules infestées de rats, d'insectes ou soumises à des températures extrêmement froides ou chaudes  (40,91%), et plus encore.

17M: Massive Protests Against Economic and Political Suffocation

Le 17 mars 2024, la flamme des manifestations de masse a été ravivée à Cuba, marquant un autre chapitre significatif de dissension populaire sur l'île.

Cette fois-ci, l'épicentre du mécontentement était Santiago de Cuba, plus précisément dans le quartier de Reparto Veguita de Galo. Dans l'après-midi, les habitants ont pris d'assaut les rues, motivés par le manque persistant d'électricité et la pénurie aiguë de denrées alimentaires de base. Sous le slogan "puissance et nourriture", une multitude de citoyens se sont rassemblés sur l'Avenida de Carretera del Morro, exprimant un appel au changement et scandant "Patria y Vida" en présence d'agents de police et d'agents en civil, symboles tangibles de la répression étatique. Alors que certaines régions du pays connaissaient des coupures de connectivité, d'autres ont vu l'entité étatique de télécommunications ETECSA, une partie du conglomérat militaro-commercial GAESA, opter pour une interruption totale de l'accès à Internet, reproduisant ainsi les tactiques observées lors des manifestations du 11J mais avec une exécution plus efficace, fruit de l'expérience précédente.

Dans la ville de Bayamo, le mécontentement a également débordé dans les rues. Malgré la présence intimidante d'unités spéciales connues sous le nom de "guêpes noires" et la fermeture stratégique de diverses routes en prévision de la répression, les citoyens ont exprimé leur désaccord avec véhémence. La tension a monté jusqu'à ce que le régime déchaîne sa force répressive contre les manifestants. Les réseaux sociaux ont été inondés d'images et de vidéos montrant des policiers utilisant la violence pour soumettre et arrêter des citoyens tentant d'échapper à la détention.

Au fur et à mesure que la nuit tombait, mais sans aucun signe d'apaisement du mouvement de protestation, Bayamo est devenu le théâtre d'une marche pacifique. Éclairés uniquement par la lumière de leurs téléphones portables, des centaines de manifestants ont parcouru ses rues au son de l'Hymne national, dans une démonstration d'unité et de résistance, tandis que les cris de liberté résonnaient, comme capturés dans des enregistrements circulant sur les plateformes numériques.

L'effet d'entraînement des manifestations ne s'est pas limité à Santiago de Cuba ou à Bayamo. À Cárdenas, Matanzas, à la tombée de la nuit, la communauté a rejoint le mouvement de protestation national, descendant dans les rues au rythme des casseroles, ajoutant ainsi leur voix au chœur croissant de mécontentement qui, une fois de plus, défiait l'autorité du régime cubain.

Envisager la voie à suivre pour Cuba

Alors que nous réfléchissons à la trame complexe de l'histoire, de la politique et de la société cubaines, la question de sa trajectoire future se profile en grand. Le pays se trouve à un carrefour, avec le poids de son passé qui façonne les possibilités de son avenir.

Le potentiel de changement à Cuba est indéniable. Tout au long de son histoire, malgré les défis d'un régime totalitaire, l'esprit de résistance et le désir de liberté ont persisté. Cette résilience, associée à l'évolution du paysage mondial et à l'avènement de la technologie, suggère que Cuba pourrait être à l'aube d'une nouvelle ère. Cependant, le chemin vers un changement significatif n'est ni linéaire ni garanti. Il exige non seulement une volonté interne, mais aussi un soutien et une compréhension externes.

La préservation de la mémoire historique est primordiale dans ce parcours. Pour que Cuba avance, elle doit confronter son passé. Ce processus d'introspection garantit que les générations futures soient informées par les leçons de l'histoire, évitant la répétition des erreurs passées et guidant la nation vers un avenir inclusif et démocratique.

Tout aussi crucial est le rôle de la communauté internationale. Cuba n'existe pas en isolation ; son destin est lié aux dynamiques mondiales. La communauté internationale, par le biais de la diplomatie et de la promotion, peut jouer un rôle central dans le soutien à l'évolution de Cuba. En engageant une interaction constructive avec Cuba et en reconnaissant les complexités de son histoire et de sa politique, la communauté mondiale peut être un catalyseur pour un changement positif.

Même si les défis auxquels est confrontée Cuba sont importants, les opportunités le sont tout autant. Avec une histoire riche, une culture vibrante et une population connue pour sa résilience et sa créativité, le potentiel de Cuba est illimité. Alors que la nation se tourne vers l'avenir, elle le fait avec l'espoir d'un lendemain plus lumineux, plus libre et plus prospère.

Partager cet article
Suivre :
Ph.D. en Philosophie (Université Paris Sciences et Lettres). Chercheur associé à l'Université de Montréal, spécialisé en théorie politique et pluralisme. Rédacteur en chef de Politics and Rights Review.